10 excellentes séries peu connues 36


La gestion de crise à l’américaine, des femmes au foyer à la répartie et la libido surhumaine, des délires télévisuels sous LSD et des psychopathes adorables, … Il y a une vie après les block busters.

Better off Ted

Hilarant de cynisme léger, ses deux saisons mettent en scène le département de recherche et développement de la société Veridian Dynamics, monstre tentaculaire qui congèle ses collaborateurs, fait travailler les enfants de la garderies des employés et fabrique de la viande de bœuf sans vache, entre autres choses.

C’est drôle, pas sérieux pour deux sous, et aucun personnage n’est à jeté durant les courtes 20 minutes de chaque épisodes.

Psychoville

5 fous reçoivent une lettre avec écrit: “”Je sais ce que vous avez fait”. Un clown dégueulasse qui ne quitte jamais sont déguisement, un nain qui croit qu’il est télékinésique, un fils et sa mère débiles et violents, une infirmière qui nourrit une poupée avec du sang pour lui donner vie, et un collectionneur qui a vendu ses yeux pour poursuivre son hobby.

Cette flaque d’humour noir glauque et glissante prouve une fois de plus que les rosbifs sont toujours au top créativement parlant.

Dead like me

Belle, blonde et blasée: une peu morte à l’intérieur. La mauvaise nouvelle, c’est que Georgia va passer le reste de sa vie dans une cave à trier des papiers avec son air morose. La bonne, c’est que la fin de sa vie est à peu prêt dans 5 minutes. Tuée par des lunettes de WC tombant de la station Mir, elle devient une morte-vivante SDF suivant des ordres sur posts it. Si, si.

C’est lent. C’est tronqué à la saison 2. C’est très mystérieux. Mais qu’est-ce que c’est bon.

Sherlock

A part la très inattendue bonne surprise des films avec Robert Downey Jr, les adaptations à l’écran de Sherlock Holmes ont toujours été coup-ci coup-ça. Dites bonjour à un jeune Sherlock, méprisant, insupportable, détesté de tous, et parfaitement génial, qui s’est très bien adapté aux SMS.

On connaît l’histoire, mais la réa impeccable et l’excellent Benedict Cumberbatch font très vite accrocher à ces saisons de 3 épisodes d’une heure trente. Les personnages secondaires sont magistraux, avec une mention spéciale pour l’attaque des bijoux de la couronnes par Moriarty et son lecteur MP3 et l’introduction de The Woman à oualpé.

Pushing Daisies

Un pouvoir, deux règles. Ned peut ressusciter les morts en les touchant, mais si la résurrection dure plus d’une minute, une autre personne meurt au hasard. Et si il les retouche, ils retournent pour toujours à leur éternel repos. Ned doit maintenant caresser son chien avec une cuillère en bois et embrasser sa petite amie à travers un papier cellophane.

Si vous avez aimé Amélie Poulain, vous allez crier au chef d’œuvre. Petit bijoux d’esthétisme, chaque épisode peut être regardé plusieurs fois pour y trouver des centaines de détails. En prime, les personnages féminins ont des répliques fabuleuses.

Red Dwarf

Le vaisseau le Red Dwarf embarque l’équipage le plus nul du monde. C’est cheap, et pas forcément bien joué. Mais c’est sooooooooooooo Monthy Python. Et geek.

Firefly

Après Stargate, le monde de la série SciFi s’est écroulé. Battle Star Galactica a laissé quelques espoirs, mais le syndrome de Lost l’a très vite gagné. Puis j’ai découvert Firefly, ses personnages stéréotypés et son mélange science fiction / western. Et ça a pris. Je ne sais pas pourquoi. Mais ça a pris.

Difficile pour moi de vendre cette série. Elle n’a rien d’extraordinnaire. Mais elle m’a permit de me remettre de la déception de Farescape.

Oui, ils ont fait un film…

Misfits

Prenez 6 ados racailles condamnés aux travaux d’intérêt général. Donnez leur des pouvoirs arbitrairement, soudainement, sans leur ajouter ni morale, ni but dans la vie. Laissez mijotez dans un gettho britanique. Seule série de super héros sans aucun héros ou même personnage maîtrisant ses pouvoirs, Misfits brille par son ambiance unique, ainsi qu’une forte cohérence du scénario.

Combien de séries peuvent se venter de faire revenir un personnage dans le temps pour tuer Hitler, le laisser se faire mettre un coup de boule par Adolf, puis montrer comment l’Allemagne gagne la guerre grâce au téléphone portable du pauvre mec ?

Community

Il n’y a pas de scénario. Il n’y a pas de cohérence. Il n’y a pas de budget. Community est une série dans la lignée de Scrubs: des personnages caricaturaux dans un décors simple, des situations géniales et la volonté de donner un style à chaque morceau de saison. Un épisode est une partie de poker / paintball, un autre est entièrement en animation, un troisième est un huit-clos dans un simulateur spatial…

A prendre à dose régulière pour traiter la déprime, chaque prise vous apportera l’effervescence d’un sourir et la bonne humeur pour le reste de la journée. Six seasons and a movie !

Awake

Sam award de l’idée la plus cool. L’agent Michael Britten se plante en voiture avec son môme et sa femme. Il se réveille, son mioche est mort, sa femme est en vie, il va résoudre une enquête. Il se couche, sont fils est vivant, sa femme est dead, et il travaille sur une affaire différent mais étrangement liée. Dans chaque réalité, alternant un réveil sur deux, il va voir un psy qui lui assure que “ceci n’est pas un rêve”.

Le protagoniste le plus important est aussi le plus classe, et il vous entraîne dans son monde au rythme brumeux, mais tellement convainquant. Cette fois je suis sûr, c’est celle là la vraie vie. Ah non, merde, attend…

V.O required

Regarder ces séries en français n’est pas toujours possible, mais même dans le cas où ça l’est, je vais invite à l’éviter à tout prix. Certaines séries ne sont pas justes moins bonne une fois doublée, elles sont mauvaises. Mon pire souvenir ayant été, après avoir vécu en Angletterre, de retourner en France recommander Scrubs à mes amis pour m’entendre répondre que c’était affligeant. Et ils avaient raisons, Scrubs en français est une sombre merde qui ne mérite pas le temps de qui que ce soit.

Donc si vous ne pouvez pas les voir en V.O (au moins sous-titré), ne perdez pas votre temps, allez sur youporn.

36 thoughts on “10 excellentes séries peu connues

  • desfrenes

    “A part la très inattendue bonne surprise des films avec Robert Downey Jr, les adaptations à l’écran de Sherlock Holmes ont toujours été coup-ci coup-ça.”

    Couci-couça ! L’interprétation de de Jeremy Brett reste une référence, je dirai même la référence et toute adaptation de Sherlock Holmes est forcément jugé par rapport à ce mètre-étalon. Quant aux adaptations avec Robert Downey Jr: ça peut être amusant, quand ce n’est pas navrant, mais ça s’arrête là.

  • foxmask

    “ma” meilleure est “Breaking Bad” :

    Un prof de chimie et père de famille apprend qu’il a un cancer mais pour pouvoir financer son traitement sans mettre sa famille (une femme enceinte, et un fils ado handicapé) dans les dettes, décide d’utiliser ses talents de chimiste pour faire de la méth. et faire vendre son produit par un ancien élève qui a mal tourné. Le tout avec un beau frère travaillant aux stup’ et une belle soeur cleptomane.

    Il va s’enfoncer dans le mensonge car il ne dira rien de ses activités immorales à son entourage qui le prend pour un “saint”.

    Série superbe ! ici aussi , elle est nettement mieux en VO !

  • Sam Post author

    Mais breaking bad tout le monde connait. C’est pas une excellente série “peu connue”. C’est carrément un block buster.

    A partir du moment ou ma belle mère regarde la série, c’est connu.

  • foxmask

    mais nan … les 2premieres saisons c’était diffusion “sous le manteau” :) c’est “grâce” à Arte que c’est devenue connu :) Mais bon ; sinon j’aimais bien dead like me ; trop dejanté mais comme dit c’était courte serie.
    comme t’es fan de serie anglaise ; alors “IT Crowd” autre block bustier ? :)

  • kinezana

    Sinon, Wilfred ça défonce. C’est rigolo mais en plus il y a une vraie reflexion sur la folie et pas un truc “olol j’suis fou personne me croit *whine whine*”. A voir hein :)

  • Recher

    +1 pour Pushing Daisies. Il faut juste penser à mettre un pare-soleil devant la télé, parce que les couleurs saturées, ça fait mal aux noeils.

    Sinon, j’avais entr’aperçu Black Books, et ça m’avait semblé rigolo.

    Sam tu as vraiment une belle-mère ? Je dis pas que c’est incompatible avec les turpitudes sexuelles que tu sous-entends dans d’autres articles, mais ce serait un peu inhabituel quand même.

  • foxmask

    @sam peut-etre que t’as raté un épisode ; celui de la box noire présentée comme étant “internet” – ou encore “ne tappe pas google dans google ou tu vas casser internet” :)

  • Baronsed

    Ok, tu viens de me convaincre de regarder Misfits. N’empêche, de loin, ça a l’air d’une bouse commerciale (“oulala, on est jeunz et on a des superpouvoirs”).
    Mais cet extrait m’a tué ;D

  • Sam Post author

    C’est marrant j’aime tout dans “Arrested Development”: les acteurs, le scenar, l’idée. Et pourtant je m’emmerde. Il manque un truc.

    @foxmask: justement, ce sont ces extraits qui m’ont poussé à le regarder. Mais ce sont des instants de fulgurance skippy bien trop courts.

    @H3: à ma connaissance, the wire c’est pas très connu en france. Faut dire qu’ils l’ont renommé “sur écoute”.

  • Alex

    Babylon 5. La meilleure série de SF.
    Le créateur de la série a écrit 92 épisodes sur 110, ce qui donne un scénario structuré et bien pensé, sur 5 saisons.
    On est loin de l’amateurisme de Lost.
    Après avoir réussit à passer le choc des effets spéciaux, le reste n’est que pur nectar.

  • Baronsed

    RHAHAAAA !
    Je viens de regarder le début de la première saison et purée je ne regrette pas.
    THIS IS JUST… PURE MINDLESS VANDALISM !

    Merci ;D

  • Sam Post author

    Et en plus, il savent s’arrêter à temps: 3 saisons, une fin tout à fait bonne et cohérente. Terminer une oeuvre au bon moment, c’est tout un art.

  • ash

    salut à tous,

    Il y a aussi The IT crowd si vous ne connaissez pas :

    “On y suit les pérégrinations de l’équipe d’un département informatique constituée de trois (+ un) énergumènes officiant dans les sombres locaux bordéliques et sales d’un sous-sol contrastant avec l’aspect moderne et luxueux avec vue sur Londres du reste de l’entreprise.”

  • Tony

    Ca fait plaisir de voir Better of Ted cité quelque part. Je me suis tellement poilé avec les slogans de Veridian dynamics et le jeu de Veronica (entre autres). Rahh trop bon ces 2 saisons !

  • Luigi

    On regarde à peu de choses près la même chose ;o)

    Et je corrige : 4 saisons pour Misfits (la 4 arrive en novembre 2012). Je suis en train de me revoir les 3 premières pour me rafraichir la mémoire.

  • Sam Post author

    Je ne l’ai pas vu mais une série basé sur l’histoire d’amour de deux ados, à moins que ce soit écrit par wes anderson, j’ai du mal à imaginer comment ça puisse être bon.

  • Naidem

    Merci pour cette petite liste !

    Je rajoute également mon petit grain de sel :

    The Corner : sorte de prologue au chef d’œuvre qu’est The Wire. Mini-série créée par David Simon, ça se mange sans faim.
    Generation Kill : mini-série HBO de David Simon, encore. On suit un bataillon des Marines lors de l’invasion de l’Irak. Très docu même si ça n’en est pas un, cette série m’a retourné.
    Black Books : l’histoire d’un libraire complètement immature et barré qui tient une… librairie à Londres. C’est franchement très drôle, avec Monsieur Bill Bailey dedans.

    Je ne crois pas que ces séries soient vraiment -très- connues en France.

  • Jiher

    Dans le style “comment bien rigoler après une journée de merde”, je me permets de vous conseiller:
    Parks and recreation, pour renforcer votre coté optimiste.
    It’s always sunny in Philadelphia, si vous voulez seulement voir le monde bruler.

  • Benjamin

    Je vous recommande chaudement HOW NOT TO LIVE YOUR LIFE, la vie déjanté d’un jeune anglais excentrique en coloc dans la maison de sa défunte grand-mère.

  • ylm

    Grace à community j’ai appris que gdb ça voulait dire god damned bitch.

    Je ne verrai plus mes sessions de debug de la même façon désormais …

Leave a comment

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.