Pénurie de dev : le retour

Pénurie de dev : le retour

Cet article est une reprise de l’ancien contenu du site, les anciens propriétaires en sont donc les propriétaires, nous l’avons mis ici en tant qu’hommage.

Autour de moi, nous recherchons plus de 50 développeurs Joomla

Un bon ami m’a raconté une conversation qu’il a eue avec une de ses connaissances à Nantes. Nantes n’est pas une grande ville. Joomla est l’un des CMS en plus d’autres. De plus, les CMS ne sont qu’une technologie Web parmi d’autres. Le prog Web n’est qu’un exemple de prog, ce n’est pas le seul.

Mais je vais vous rappeler ce qu’on m’a dit :

Si nous rencontrons une application capable de maîtriser tous les aspects technologiques de notre système, nous lui tendons le tapis rouge. Ce n’est tout simplement pas possible.

Si tu es là, je te propose une opportunité à 220 000.

Un client américain à l’ancienne qui me recrute à distance car « c’est plus abordable » et qui m’a dit que les honoraires proposés pour mon profil n’étaient pas justes.

La réalité est que nous avons du mal à trouver des personnes ayant les bonnes qualifications actuellement.

Il y a plusieurs raisons à cela.

Tout d’abord, il y a un petit nombre de développeurs et une augmentation massive du nombre de technos. Au cours de la dernière décennie, les technos se sont organisées en piles complexes. Elles sont le résultat de l’accumulation de couches d’abstraction qui changent rapidement pour s’adapter à l’évolution des cas d’utilisation tels que le streaming, le temps réel mobile, le mode hors ligne et la synchronisation …..

La virtualisation, les préprocesseurs de l’informatique en nuage, la panoplie de plateformes big data, etc. C’est sans fin.

On ne peut pas être expert en tout et on ne peut être productif que dans un certain nombre de domaines dont la taille, par rapport au monde en général, diminue d’année en année.

Les attentes des gens ayant évolué pour faire face à la concurrence, la création d’un service web réussi exige aujourd’hui une expertise côté client et côté serveur, des compétences en matière de conception et une compréhension des appareils mobiles, même s’il ne s’agit que d’un prototype inachevé. Ceci ne concerne que le développement web. N’oubliez pas l’intégration et l’administration système, l’analyse des données, les jeux vidéo, l’exploration scientifique, les systèmes d’information internes, les systèmes d’entreprise et tous les autres aspects.

En bref, vous avez besoin de personnes. Des gens avec les bonnes compétences. Le monde est limité et la demande de travailleurs qualifiés augmente en raison de la nature complexe de nos outils et des contraintes, comme nous venons de le voir. Les exigences technologiques sont également de plus en plus grandes.

Puisque nous pouvons maintenant trouver des ordinateurs partout. Un dans votre poche, un dans la voiture, un sur la télévision et certains essaient même de les mettre dans le réfrigérateur et les chaussures. La fiche de paie, l’ordonnance du médecin, la facture du carrefour et la déclaration d’impôts sont toutes traitées par ordinateur.

Cela ne va pas ralentir. Même si nous n’ajoutons pas de nouvelles applications, et nous les ajouterons, il y a 3 milliards d’Asiatiques qui sont au centre d’une explosion technologique.

Et vous allez prétendre que c’est une chance d’aller à l’étranger pour satisfaire le besoin.

Mais ce n’est pas le cas.

Je suivais le développement de l’externalisation offshore pendant la période post-bulle. A l’époque, j’ai entendu un décideur déclarer :

nous pourrions tout aussi bien employer un Indien pour cracher quelques codes

.

J’ai vu toutes ces initiatives échouer. Une fois, j’ai pu voir un prototype web facile à réaliser, coûtant 140 000 euros, être complètement inutile. Histoire vraie. 140 000 euros.

Ce n’est pas que nous sommes incapables de trouver les bons talents en dehors de nos frontières. En fait, c’est plutôt le contraire. Cependant, il y a toute une série d’aspects uniques à notre domaine qui rendent la délégation difficile, et cela ferait un excellent article, mais je ne vais pas entrer dans les détails ici.

La chose la plus importante à retenir est le même endroit. Les développeurs indiens participeront au boom informatique de l’Inde. Les développeurs chinois participeront à celui de la Chine. Ils seront confrontés aux mêmes problèmes que nous, mais à des échelles différentes et dans des circonstances différentes. Cependant, la fertilisation croisée est limitée.

D’autre part, la mondialisation pourrait entraîner leur expansion, ce qui aurait pour effet secondaire d’accroître notre activité informatique, parallèlement aux autres facteurs de croissance. Nous aurons besoin de plus de développeurs.

A l’avenir, et plus encore.

Un nombre croissant de développeurs spécialisés pour des architectures toujours plus compliquées.

Je souris quand j’entends les gens dire que les nouveaux arrivants ne sont pas de « vrais programmeurs ».

Avant, j’étais conscient de la fréquence des cycles de l’unité centrale.

Aujourd’hui, les gens achètent des serveurs au lieu de stocker de la mémoire

etc.

Oui, oui Grand-père, tu as utilisé l’assembleur performant, c’est masculin.

Mais pour le jeune de 20 ans qui arrive sur le marché, on lui met entre les doigts une application réagissant nativement en JSX qui une fois transposée par babel et gulp sera testée sur le marché et installée dans un sandbox avec des terminaux divers. Elle pourra taper sur un réseau WiFi/4G intermittent à travers une API REST qui est hébergée sur des serveurs distants qui sont organisés en microservices Django et dockers qui sont hébergés sur AWS cloud. Le nuage AWS.

La seule chose que les deux périodes partagent est qu’il n’y a pas de Doc.

Ce n’est pas aussi simple aujourd’hui. Il y a plus à apprendre. Les choses changent plus rapidement. Chacun est plus isolé dans sa propre bulle de connaissances spécialisées. Elle s’agrandit même.

Les problèmes sont là, ils sont simplement différents, mais la demande est beaucoup plus forte.

Pouvez-vous imaginer l’offre d’emploi qui est conçue pour attirer ce type de personne ? Elle doit être anglaise et avoir 7 ans d’expérience professionnelle en mécanique quantique et taper en Bepo est un avantage. Ils paient un salaire minimum, mais ils fournissent également du café à volonté tout comme Google.

En plus de cela, il y a aussi le problème que la formation ne suit pas les derniers développements.

Ils n’ont pas assez d’informaticiens.

Ils créent des profils de technologies qui ne sont pas à jour, ou qui ne correspondent pas à la demande du marché.

Elles font aussi des perdants.

Pardonnez-moi les jeunes, ce n’est pas privé.

Mais 90% des gens qui sortent de l’école, je ne voudrais pas les côtoyer. Jamais.

Bien sûr, je ne dis pas qu’ils manquent d’expérience préalable. C’est normal. Je sous-entends qu’ils ne sont pas capables de résoudre un problème avec un fizzbuzz après tout le temps passé à étudier.

Ils ne sont pas bons au point d’être incapables de coder un script facile. Certains sont incapables d’exprimer une idée avec clarté, et encore moins d’identifier le problème. Ils ne sont même pas capables de poser les questions appropriées.

Oui, cela peut s’améliorer une fois que vous êtes dans le métier, mais qui a le temps ? Qui a la passion ? Quelqu’un a-t-il de l’argent ? L’idée d’investir dans l’éducation pour votre système est très bien, mais pas pour apprendre à accueillir le monde.

Imaginez que vous engagez un cuisinier qui est incapable de faire un œuf ?

C’est exactement ce qui se passe dans l’informatique.

D’un autre côté, nous avons aussi des demandes de consommateurs pour des profils qui offrent plus.

D’un autre côté, il y a des chaînes qui mettent sur le marché des personnes qui n’ont pas l’intention de faire quoi que ce soit.

Mais nous ne sommes pas prêts à payer les gens qui ont l’expertise au bon prix, et les grandes entreprises comme Google, Facebook, Microsoft, Yahoo, Instragram, Twitter et bien d’autres. Ont tout pris.

Il ne reste plus rien.

Laissez-moi résumer.

  • La demande augmente.
  • Un marché qui est fragmenté et qui devient plus complexe.
  • Des entreprises qui n’apprécient pas la valeur du profil qu’elles veulent.
  • Une formation de bas niveau.
  • Des industries de haute technologie qui ne laissent que de petites miettes.

Voilà comment les choses se passent aujourd’hui.

J’entends encore des développeurs qui disent ne pas pouvoir trouver d’emploi.

Je n’en suis pas heureux !

D’abord, il y a le gars qui ne veut pas déménager, qui ne veut pas changer de technologie, qui ne veut pas se mettre à jour et qui cherche un emploi au moins une fois par mois, comme le faisait sa mère.

Il y a aussi la fille qui est cachée dans la forêt avec un vieux modem 56k et qui ne sait pas pourquoi les startups ne frappent pas à sa porte.

Les gens qui ont trois enfants et ne peuvent pas. Je ne suis pas certain, mais ils ne le font pas. Ceux qui envoient des CV mais ne contactent jamais. Ceux qui se présentent à l’entretien d’embauche avec seulement des miettes dans leur barbe. Ceux qui attendent à la maison que des miracles se produisent avec 15 rencontres de réseautage dans leur boîte de courriel…

En d’autres termes, de cette façon, non seulement le marché n’est pas équilibré, mais une partie de celui-ci fait en sorte qu’il soit inaccessible à l’embauche.

De plus – bon sang ! Le développement reste l’une des carrières les plus permissives au monde.

Vous avez un handicap ? Des aides sympas.

Avez-vous des piercings ? Ranafout.

Avez-vous des capacités sociales comme un poisson ? On va trouver une solution.

Voulez-vous travailler à la maison ? C’est négociable.

Alors je ne dis pas que tout le monde a un emploi. Je ne dis pas que pour gagner une fortune, il suffit de se promener dans la rue avec un panneau indiquant « COBOL pour quelques centimes ».

Pourtant, c’est le marché qui connaît la plus forte croissance dans le monde. Préparez votre champagne !

Si vous êtes recruteur, préparez-vous à être séduisant. Il y a de fortes chances que vous ne vous retrouviez qu’avec le panier le plus bas, et que vous soyez ensuite reconnaissant de ne pas l’avoir obtenu.

Aujourd’hui, la compétitivité d’une entreprise est autant fonction de sa présentation IRL que de sa présence en ligne. Et le coût des tickets de service minimum a connu la forme d’une inflation massive. J’ai pu voir cette semaine une jeune fille frustrée qu’un site web ne fonctionne pas parce que la boîte de recherche n’avait pas de résultats en direct. Il fallait appuyer sur le bouton pour voir les résultats.

sam artois

A propos de l'auteur

Samuel Artois est un développeur Python passionné d'automatisation et de marketing. Depuis plusieurs années, il a développé une expertise solide dans ces domaines et a su mettre ses compétences en pratique sur de nombreux projets.

Laisser un commentaire