Allez vers les gens non cartésiens 63


En tant qu’informaticiens on aime la logique. On a aime l’esprit critique. On aime comprendre. On aime les explications. Et les comptes qui tombent rond (1024 étant un très beau chiffre rond).

J’ai une expérience différente : je baigne dans le monde de l’ésotérisme depuis tout petit, pour des raisons familiales.

J’ai passé 20 ans à m’énerver contre la stupidité de certains pratiques, contre l’illogisme de certains croyances, contre la faiblesse des nombreuses conférences, explications, démonstrations… J’ai beaucoup débattu, je me suis pas mal pris la tête. Je citais le Traité d’Athéologie et je montais sur mes grands chevaux dès la moindre attaque à la laïcité. J’étais plus anti-religieux que laïque, par ailleurs.

Un peu de rigueur bande de bigots, ça vous tuerait ?

Et puis un jour j’ai réalisé un truc.

Non, je n’ai pas trouvé la foi.

Mais vous savez, comme quand les fumeurs vous disent “j’ai arrêté, j’ai eu le déclic”.

Il y avait des tas de choses qui pouvaient améliorer ma vie dans leur monde.

Ça a été dur à avaler pour moi. Essayer des choses qui n’ont pas de sens, ou pire, qui sont expliquées par des sornettes. Ça a été très difficile d’accepter de tester des choses arbitrairement. Lire des textes de divers religions, fréquenter des gens de sectes, des illuminés, des “alternatifs”. Ou des gens comme Max :-)

Et c’est venu, j’ai compris que j’étais bien plus con qu’eux.

Comprenez bien, que ce soit les médecines parallèles, les diverses formes de pratiques spirituelles, le développement personnel, l’alchimie, les amateurs d’OVNI, de complots mondiaux et d’énergie infinie, les obsédés sexuels, les anarchistes et les drogués, j’ai tout rencontré.

Bon ok, pas tout, mais j’ai vraiment fais un sacré tour, et dans de nombreux endroits, parfois très exotiques.

Et j’aurais dû le faire plus tôt. J’aurais dû plus discuter avec des juifs, des islamiste, des chrétiens. J’aurais dû lire leurs textes.

Parce que comme toute les choses, il y a l’image qu’on s’en fait, et la réalité. Et il y a aussi les gens d’un côté, et les institutions de l’autre. Il y a les passionnés et les charlatans. C’est comme partout.

Caricature de la chapelle sixteen avec des bières et max donalds

Il y a plusieurs icones religieuses dans cette image, saurez-vous les reconnaître ?

Une fois qu’on a commencé à s’ouvrir un peu, on rencontre des tas de pratiques alimentaires, médicales, de rythmes de vie, de philosophies, de méthodes de résolution de problème, qui sont inspirantes.

Il n’y a pas besoin de croire en bouddha pour bénéficier de la méditation. Il n’y a pas besoin de croire en Allah pour bénéficier du soufisme. Il n’y a pas besoin de croire en la théorie de l’attraction pour bénéficier de la pensée positive. Il n’y a pas besoin de croire en l’au-delà ou en la réincarnation pour apprécier des textes sacrés. Il n’y a pas besoin de croire en Dieu pour réfléchir au concept. Il n’y a pas besoin de croire en la dernière théorie alimentaires pour se faire une cure.

Et tous les créationnismes ne sont pas des extrémistes incultes qui réfutent la science, croient en la bible et pensent que la Terre s’est faite en 7 jours.

Et toutes les spiritualités ne supposent pas une religion, rituels, prières, hiérarchie. Toute prière, rituelle, révérence n’a pas besoin d’un sens religieux.

Et toutes les sectes ne sont pas des prédateurs pour leurs membres. Tous les membres ne sont pas des faibles, des victimes, des exclus.

Et tous les témoins de miracles, d’ONVI et de phénomènes étranges ne sont pas des malades ou en manque d’attention.

Et tous les amateurs de théorie du complot ne sont pas des paranoïaques décervelés.

Comme souvent en fait, une grande partie est discrète, bienveillante, et possède des pistes de réflexions, de choix de vie, que je n’avais jamais envisagé.

J’ai passé des moments, mal à l’aise, au milieu de foules récitant des mantras. J’ai rencontré des gens qui se privaient de nourriture, d’autres qui disaient se nourrir en regardant le soleil. J’ai mangé avec des personnes riches, convaincues que les extra-terrestres gouvernaient le monde.

Je suis une meilleure personne depuis.

Photo de Jesus disant : "les gars, ce n'est pas ce que j'ai dis"

La plupart des prosélytes n'ont jamais lu ou vérifié la source originale. Et la source originale n'a de toute façon rien d'originale.

J’ai gagné en culture, mais aussi en connaissance de moi-même. Je suis moins arrogant (et Max vous confirmera que j’ai encore du chemin ^^). J’ai bien entendu gagné en ouverture d’esprit. J’ai aussi découvert des pratiques avec des effets étonnant. Les explications sont diverses sur la cause de l’effet : placébo ? spirituel ? autre ? J’ai fini par réaliser que je m’en foutais complètement, pourvu que ça me serve.

J’ai beaucoup plus d’outils dans ma boîte à vie, certains que je n’aurais jamais osé imaginer ne serait-ce que regarder du coin de l’œil il y a quelques années. Ils sont là, sans raison, sans justification. Maintenant je fais des choses arbitrairement. Pas par foi, pas par compréhension, juste parce qu’un jour j’ai essayé, et ça m’a apporté.

En fait, nous faisons tous en permanence des choses arbitrairement. La plupart de nos décisions, passés à la loupe de la pensée critique, ne résistent pas très longtemps. Faisant ce constat, il est beaucoup plus facile d’accepter l’arbitraire d’autrui.

J’essaye donc maintenant compulsivement des choses.

J’ai eu des grains de riz collés à ma peau avec du sparadra pendant des jours.

J’ai avalé des mélanges de sel d’Epsom et d’huile d’olive.

J’ai récité des trucs chelou en langue Pali.

J’ai été tripoté par des magnétiseurs.

J’ai appelé les esprits.

Je suis resté des heures, immobile, en tailleur.

J’ai accompagné Max en Allemagne.

Photo de deux amis buvant une bière en se faisant sucer à bord d'un bateau

L'avantage de tester plein de choses, c'est qu'on a de bonnes surprises plus souvent que si on reste sur des rails.

Il y a un énorme taux d’échecs, et de choses qui ne (ME?) servent à rien. A part comme hobby, car tester des choses nouvelles est encore une des activités les plus fun de la vie.

Mais finalement, pas plus que des choses considérées comme avérées par notre société. En fait, quand on essaye beaucoup de choses, étranges ou reconnues, le taux d’échec est toujours énorme. La réussite est même plutôt l’exception. C’est une bonne leçon de vie, et cela a déclenché une autre révélation importante.

Coluche disait : “ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison”.

À force de vérifier si des choses en lesquelles je ne croyais pas avait quelque chose à apporter, je me suis mis à vérifier si des choses en lesquelles je croyais dur comme fer avaient un sens.

Et c’est là la grande surprise. En fait, j’étais un croyant depuis le départ.

En effet, j’ai grandi en apprenant des milliers de choses parfaitement fausses (ou fluctuantes mais annoncées comme constantes). La société, la psychologie, la politique, l’alimentation, la santé, le travail, les interactions entre personnes, mais aussi la personne que je pensais être… Toute ces choses n’ont pas résisté au test.

Du coup j’ai fais le ménage, et à avoir commencé à fréquenter des gens qui croient, j’ai finis pas moins croire.

Et de plus en plus, la meilleure réponses que je trouve à dire, la plus honnête, quand je, ou on, me pose une question, c’est : “je ne sais pas”.

Je ne suis toujours pas membre d’un secte ou d’un groupe religieux, mais j’ai bien des amis dans des groupes divers.

Je n’ai toujours pas de livre sacré ou de rituel, mais je ne méprise plus ceux qui en font une part importante de leur vie.

Plus que jamais, je crois qu’il faut tout mettre en doute, et vérifier par soi-même si on le peut, et en prime accepter qu’on a une grosse part d’arbitraire dans notre vie. Qu’on vit sur des “on-dit”. Que les institutions, l’histoire, la culture, la société et même le corps scientifique peuvent dire un énorme taux d’âneries. Que les voix parallèles peuvent parfois dire des choses essentielles. Qu’on va avoir tort soi-même, souvent, et que ce n’est pas si grave. Et surtout, que la majorité des gens ne savent pas ce qu’ils font, et n’ont aucune maîtrise de leur vie, y compris les personnes avec d’énormes responsabilités, dans tous les domaines.

Photo d'une façade d'immeuble pleine d'antennes satellite

Si on fait la même chose que tout le monde, on obtient le même résultat que tout le monde. Le corolaire, c'est que pour avoir un résultat différent, il faut donc commencer à agir différement.

La tolérance, c’est garder le respect pour une personne qui vous parle de “flux énergétique” sans avoir la moindre notion de ce qu’est de l’énergie. Parce que même si cela parait aberrant, il peut y avoir quelque chose d’utile à sa pratique.

L’ouverture d’esprit, c’est rester calme quand quelqu’un utilise la physique quantique ou le théorème de Gödel pour faire une démonstration fallacieuse qui justifie sa philosophie. Car son mode de vie peut être bénéfique malgré tout.

Le courage, c’est tenter ce que votre médecin vous interdit car c’est selon-lui très dangereux. Et quand ça marche au delà de tout espoir, de ne pas s’en vanter. Il reste la même personne qui vous a sauvé la vie, à 12 ans, en vous diagnostiquant une péritonite.

La générosité, c’est de répondre, encore et encore, simplement, inlassablement, aux mêmes questions des gens qui croisent votre route qui ont peur de tout cela, comme vous en avez eu peur un jour.

La persévérance c’est de ne pas s’arrêter aux échecs, au ridicule qui vous couvre quand vous réalisez qu’évidement, mettre une pierre dans votre nombril ne va rien faire du tout, vous vous attendiez à quoi ? C’est aussi continuer, et ce malgré les critiques des personnes moins ouvertes qui se demandent si vous n’êtes pas un peu bête, ou un peu fou. Et c’est accueillir la prochaine expérience avec moins de doute, même si elle parait complètement débile.

La diversité, c’est lire Alan Sokal ET Daniel Neal Walsch, Une Brève Histoire du Temps ET Les Quatres accords Toltèques, Think and Grow Rich ET Le Capital. Ils ne sont pas opposés, il sont complémentaires. Vous n’avez pas à en tirer ce que les autres veulent que vous en tiriez. Vous n’avez pas à l’utiliser tel que l’auteur veut que vous le fassiez. Vous n’avez pas à avoir le même avis que qui que ce soit sur la question. C’est votre expérience. Et seule l’expérience compte.

Malgré cela, et au final, la vie est courte, le monde est grand, et il vous faudra à un moment accepter la parole des autres. Vous n’allez pas construire un LHC perso pour vérifier ce qu’on dit sur le Boson, vous n’allez pas avaler une amanite phalloïde pour vous assurer que c’est bien vénéneux, et vous n’allez pas creuser chaque site archéologique pour confirmer que le dinosaure ont existé ailleurs que dans l’imagination de Spielberg.

Dessin de ka, le serpent du libre de la jungle

Rien à voir avec la choucroute, mais la version de "Trust In Me" de Selena Gomez est fantastique (https://www.youtube.com/watch?v=5v5Iulg5cVc)

A un moment il faut choisir de croire. Eh oui, même en science. Après la lecture des livres, la visite des musées, l’écoute des cours, il faut se décider. Pas parce que “tout le monde le dit”. Mais parce que ça vous parait crédible, c’est cohérent, il y a suffisamment de raisons de le croire, on pas suffisamment pour ne pas le croire. Ou tout simplement parce que ça vous arrange, après tout, qu’importe si on a eu tort, un fois dans un cercueil.

Il n’y a pas besoin de mysticisme ou de magie pour vivre. Mais plus encore, il faut se rappeler que rien n’est évident.

Ah oui, une dernière chose.

L’autre n’a pas forcément tort si vous avez raison.

Et si l’autre à tort, vous n’avez pas forcément raison.

P.S: j’ai volontairement choisi de ne pas parler des pratiques que j’ai incluses dans ma vie, ou rejetées, suite à ces expériences. L’article n’a pas pour but de vous dire ce que je pense être bon. L’article est là pour vous dire de trouver vous-même ce qui est bon pour vous. Et surtout de ne laisser personne d’autre, ni vos proches, ni la société, prendre la décision finale là dessus. Écoutez tout le monde, mais décidez seul.

Photo montage d'un homme qui tire une route comme un drap

Insérer ici vous-même une réfléxion profonde sur la destination, le chemin, bla bla bla.

63 thoughts on “Allez vers les gens non cartésiens

  • Mojowork

    Je m’en doutais bien mais maintenant j’en suis certain :
    Sam est un gros facho de raciste !!!

    :)

  • lionel

    Super Article.

    Je comprends pourquoi tu ne donnes pas tes pratiques dans l’article, mais j’aimerai bien que tu nous en dises un peu plus sur tes “bonnes expériences” ca donne parfois de bonne piste sur les choses à exploré.

    Merci pour cet article.

  • JEDI_BC

    Écoutez tout le monde, mais décidez seul

    Je crois que tout est dit.

    Ce qui m’insupporte le plus dans les religions/mouvements/croyances/etc… c’est les gens qui essayent de te convaincre que c’est la leur qui est vrai et que le reste c’est à jeter, où bien qui la suive aveuglément sans réfléchir, simplement parce que c’est tellement plus simple de se laisser porter.

    Comme dans tout, je crois que le mot clé est modération.

  • Sebastien

    C’est moche de vieillir ;-)

    Plus sérieusement, ouvrir les yeux et gagner en tolérance et en écoute ne signifie pas non plus accepter tout et n’importe quoi. C’est la porte ouverte à toutes les fenêtres et tous les pires moments tragiques de notre histoire.

    Célébrer l’irrationnel et le non cartésien ne signifie pas pour autant l’abandon de la raison et de l’intelligence. Les deux cohabitent très bien dans la même personne, mais pas toujours au même moment de la journée ;-)

  • Recher

    Je voudrais juste pinailler sur un truc :

    “des juifs, des islamiste, des chrétiens.”

    Les mots “juifs” et “chrétiens” désignent les pratiquants des religions concernées, et rien de plus.

    Le mot “islamiste” désigne une personne qui veut utiliser l’islam pour organiser la politique et la société d’un État. (Avec éventuellement des sous-entendus vers l’intégrisme, le fondamentalisme, etc.)

    Je sais pas si c’est vraiment ça que tu as voulu dire dans ta phrase, ou si il ne faudrait pas remplacer “islamiste” par “musulman”, qui désigne le pratiquant de la religion, sans plus.

    À part ça, moi je pense que quand on meurt, notre âme est découpée en morceaux et recyclée pour fabriquer les âmes des prochains êtres vivants à naître. C’est comme de la réincarnation, mais en peer-to-peer.

  • roro

    Il fallait que ces choses soient dites. Voila qui est fait
    Bon bah moi, je suis: Alchimiste-Cartésien-Magicien-Anarchiste.
    Et vous…?
    Dans les conseils de lecture, j’ajouterai les: Carlos Castaneda et le(s): Yi Jing (ou: Y King).

  • tarzan

    salut, correction :
    si a, alors b, donc si non b, alors non a
    C’est la contraposée.

    Ce n’est le corollaire que si la première partie est expliquée en profondeur, alors que là c’est supposé vrai, donc un axiome :D

    Oui on s’en fout un peu.

  • nihil

    @Recher c’est sans âcreté aucune, mais quand j’ouvre mon dictionnaire (il est peut-être vieux soit dit-en passant), à la définition de “islamiste” il est écrit simplement : “Pratiquant de l’Islam”. En effet et en toute logique en Français, on rajoute très souvent le suffixe “iste” pour décliner un terme en son utilisateur (beaucoup de néologismes sont créés par cette base par ailleurs).
    Après il y a souvent des exceptions, mais j’aimerais en avoir l’explication pour enrichir ma culture. Merci d’avance. :)

  • legaub

    Bon, écoutez les enfants, ça fait un moment que je me retiens. Mais cette fois, je craque.

    Vous, blogueurs geek, êtes spécialistes de vos disciplines car vous en maîtrisez les outils. C’est pour ça que je vous apprécie. Cela vous a pris du temps, de l’énergie, que sais-je.

    Mais de grâce, ne polluez plus vos propres blogs, ne vous aventurez pas sur le terrain de la philosophie. Vous n’en maîtrisez pas les outils, car vos parcours ne vous ont pas permis de les acquérir. Vos “réflexions” sont trop rudimentaires, et manquent cruellement de références.

    D’ailleurs j’ai rayé Ploum depuis longtemps : trop puéril.

    Mais je vous aime quand même ;-)

  • Daïku

    Alors, alors…

    Au lieu de

    «Et quand ça marche au delà de tout espoir, de ne pas s’en venter

    préférer :

    Et quand ça marche au delà de tout espoir, de ne pas s’en vanter

    Sauf s’il est question de se ventiler en lâchant des vents, auquel cas on peut se venter.

    Au lieu de :

    « pour confirmer que le dinosaure on existé ailleurs »

    préférer :

    « pour confirmer que les dinosaures ont existé ailleurs »

    Sinon, tout cela m’inspire une seule réflexion : « au pays des aveugles, les borgnes sont rois » :-)

  • Gring

    La science, ce n’est pas un dogme concurrent au dogme religieux, c’est l’absence de dogme.

    Les travaux de Descartes sont un paradoxe : ce sont des dogmes, écrit à l’attention de ses contemporains, élevés dans le dogme religieux, destinés à émuler l’absence de dogme.
    Il est ainsi plus facile de remplacer un dogme par un autre dans un esprit humain que de les supprimer.

    La plupart des religieux éclairés que j’ai rencontré ont lu Descartes et voient ainsi la science comme un dogme concurrent…

    Beaucoup de “cartésiens”, sont en réalité des dogmatiques du “progrès”, veulent du nucléaire et des tonnes de pesticides dans les champs, alors qu’un vrai scientifique doit être quelqu’un d’ouvert, qui ne rejette à priori rien, y compris les idées d’apparence farfelues.

    Les médecines traditionnelles par exemple, font (au mieux) sourire les cartésiens, parce qu’on y parle d’énergie sans savoir ce qu’est un joule.
    Pourtant, elles sont l’accumulation de connaissances empiriques, décrites autour de modèles faux, mais qui contiennent des analogies qui correspondent à la réalité naturelle.

    On fait pourtant la même chose en physique : les atomes ne sont pas des sphères rouges et blanches, et les électrons ne sont pas de petites billes, mais les résultats de ces modèles fonctionnent tant que l’on reste dans le domaine ou le modèle a des analogies avec la nature.

    Pour finir, et à la décharge des dogmatiques, il est beaucoup plus confortable dans la vie d’avoir des certitudes. Moi, plus j’apprends des choses, plus je réalise que je suis un con et que mes certitudes d’antan étaient fausses.

  • Cédric

    Ton article est tout simplement magnifique, d’ailleurs j’ai longtemps réagi au quart de tour quand on me parler de religion ou de croyances avec parfois des mots assez dur envers eux, mais finalement j’ai compris qu’il fallais de la tolérance et aussi comprendre avant tout leurs texte et leurs façon de penser. Connaitre et avoir sa propre expèrience avant de pouvoir se faire un avis.

  • bajazet

    @Recher : Tu n’as pas compris.
    Pour Sam les juifs et les chrétiens sont aussi extrémistes que les islamistes. Donc les musulmans sont mieux ;)

  • W

    Bien d’accord qu’un discours incohérent ou des arguments scientifiquement invalides peuvent cacher une idée de fond défendable ou une pratique qui a une utilité.

    Après, le temps file et à chacun de voir quoi faire du sien. Tu dis “seule l’expérience compte” ; je préfère les idées. Reste à voir si on trouve de meilleures idées en s’immergeant dans une ambiance ou une tradition quoi qu’en dise qui que ce soit, ou en lisant des gens qui savent et expriment intelligemment ce qu’ils pensent et en débattant avec eux.

    Pour ma part, je pense que dans le second contexte je suis plus capable d’identifier ce à quoi il vaut le coup de s’intéresser a priori, le but étant de ne pas se faire DoS par le premier illuminé venu.

  • W

    Parenthésage :
    (savent et expriment intelligemment) ce qu’ils pensent
    et non
    (savent) et (expriment intelligemment ce qu’ils pensent)
    .

  • July

    Le mot qui semble faire défaut à un concept répété plusieurs fois : prosélytisme. Et qui se trouve être la source d’agacement de pas mal de monde.
    Quant à tolérance, il serait judicieux d’en relire a définition et le sens qui n’est probablement pas celui que d’autres commentateurs souhaitent avoir, peut-être, plutôt, acceptation.

  • Toolow

    Je vais sûrement passer pour un boulet mais c’est simplement de l’ouverture d’esprit et du respect, rien de bien folichon.

    Choses qu’on est obligé de pratiquer quand on voyage dans des pays très différents par exemple, nos pratiques et croyances devenant l’exception, on est en quelque sorte obligé de se remettre en question.

  • legaub

    Bonjour,

    j’ai dû me rater tout à l’heure ma prose n’a pas été enregistrée. En voici une nouvelle version :

    Je me retiens depuis pas mal de temps, mais cette fois c’en est trop, il faut que je le dise.

    Vous autres, blogueurs geek, êtes spécialistes dans votre domaine : développement, programmation, langages, réseau etc. … Ces compétences ont été acquises chèrement, cela vous a pris beaucoup de temps, de l’énergie, que sais-je. C’est pour votre pertinence et votre éclairage dans ces domaines spécifiques que j’apprécie de vous suivre.

    Mais de grâce, ne polluez plus vous-même vos propres blogs ! Ne vous aventurez pas sur le terrain de la philosophie. Vos “réflexions” sont trop rudimentaires, et manquent cruellement de références un peu sérieuses. On lit bien que vous êtes dramatiquement sincères, mais vous ne possédez pas les outils intellectuels pour vous défendre. Et pour cause : vos parcours ne vous ont pas laissé le temps de les acquérir, aussi vous êtes l’équivalent philosophique des script-kiddies.

    C’est entres autres, pour ça que j’ai rayé Ploum de mes flux : trop puéril.

    Mais je vous aime bien quand même ;-)

  • Bumblebeez

    Tu m’as bien enculé l’esprit pour le coup mec (épique le truc de la lettre d’insulte), y’a peut-être 2 semaines jme rendais compte que je croyais en “Dieu”, simplement parce qu’avant je n’avais pas compris ce que cela représentait vraiment !
    Je vais prendre le temps d’expliquer un peu :
    Je suis quelqu’un de logique et rationnel, je n’aime pas croire quelque chose sans en comprendre l’essence, évidemment le plus simple pour moi c’était de croire en la science pour comprendre et expliquer l’univers. Je n’ai d’ailleurs toujours pas changé d’avis, je suis Darwiniste jusqu’au bout des poils de culs et tout ce qui s’ensuit.
    Mais ce n’est pas suffisant, si j’ai bien compris pourquoi l’homme est apparu sur terre ou pourquoi les étoiles existent ce n’est pas pour autant que je n’ai plus aucunes questions, d’ailleurs si on y réfléchit, quelque soit la quantité de connaissance que nous aurons accumulé, il y aura TOUJOURS des questions auxquelles nous ne pourrons pas répondre, quand nous aurons réussi à expliquer totalement le big-bang, on se demandera ce qu’il y avait avant, et quand on le saura, on se demandera ce qu’il y avait encore avant, et ainsi de suite, même si cela n’a aucun intérêt de le savoir à part le plaisir que la masturbation cérébrale peut apporter, et aussi le pognon !!
    Pour moi la limite de la science est donc la suivante : elle ne pourra jamais tout expliquer, et quand bien même elle y arriverait, alors elle cesserait d’exister.
    Exactement comme le Dieu des religieux d’ailleurs. Il représente ce qu’on ne peut expliquer, c’est simplement dire “C’est Dieu” au lieu de “Je ne sais pas”, cela nous permet d’apaiser nos esprits et d’accepter que ce qui nous entoure est trop grand pour nous seul. Cela permet aussi de ce concentrer sur des choses plus importante que “pourquoi je suis la” qui devrait être plutôt “maintenant que je suis la, qu’est-ce que je fais”.
    Un subtil mélange d’esprit scientifique, de remise en question et de “Dieu” et vous voila parés à affronter la vie de manière efficace et avec le sourire aux lèvres, car penser qu’on peut se contenter de croire aveuglément en quelque chose, que ça soit Dieu, la Science ou le Haricot magique c’est se fixer de sacrées barrières, faudra pas se demander pourquoi vous êtes malheureux après !!

    Moralité : faites comme Sam, baisez des hippies !

  • Antonin

    Point de vue intéressant.

    Mais il y a quelque chose qui me chiffonne, c’est cette opposition croyance/science.

    La Science (et plus spécifiquement la Technique) EST la base de croyances, parfois bien plus vivaces et obtues que bien des religions.
    Son côté cartésien n’empêche en rien la croyance. Au contraire même…
    Croyance dans son côté bon pour l’homme (ou neutre pour les pessimistes, ce qui est tout aussi faux)
    Croyance que l’homme à encore le controle
    Croyance qu’on trouvera bien une solution à tous nos problèmes
    Croyance que le “progrès” Scientifique et Technique est forcément positif
    Etc.

    Ce ne sont pas des propos anti-science ou anti-technique (ces deux termes sont aussi enfantins qu’idiots).
    C’est une critique venue d’une réfléxion que chacun devrait avoir. Du moins ceux qui cotoient régulierement le (ou dépendent du) système technicien (une grosse partie de la population et probablement 100% des lecteurs de ce blog)

    Donc je suis bien d’accord avec Sam, avec beaucoup de nuances cependant. Mais ca va devenir long à expliquer… (A l’ère du SMS et de touitteur, faut pas déconner ! :D)

  • Johan

    Related : « On peut remarquer que les gens sont bien davantage prêts à mourir pour ce à quoi ils croient que pour ce qu’ils savent. Et ça c’est pas gai parce qu’ils feraient mieux d’en savoir un peu plus et d’y croire un peu moins. » — Philippe Val, préambule à Les versets érotiques, ~1990.

  • PSiLo

    Excellent article, merci beaucoup =)

    Le style n’est peut être pas très académique comme le souligne legaub plus haut dans les commentaires mais tu n’as aucune raison de te retenir sur ton blog Sam, donc continue.

    Personnellement je suis plus jeune que toi et j’apprécie beaucoup ce partage sur ton approche des choses de la vie dans laquelle je me retrouve assez.

    • Sam Post author

      @PSiLo: oui, le but est volontairement de sortir d’un style académique, pour gagner en souplesse et en capital sympathie, tout en gardant une certaine forme d’argumentaire raisonnable, agrémenté d’expérience personnel. Je voulais que l’article soit digeste par un panel de personnes qui oscilles entre plusieurs modes de réflexions d’éducation, et c’est assez difficile comme exercice. Ce faisant j’ai peut être perdu le public le plus attaché à un développement argumentaire stricte. C’est volontaire, je n’écris pas un essai, c’est un article de blog.

  • Sam Post author

    @r4is3: c’était au programme de lycée, mais je n’ai jamais été fan de cet allégorie car je trouve qu’elle parle peu aux gamins.

    @lionel: je sais bien, mais je vais le garder pour moi, sinon une grande partie de la force de l’article va s’en trouver diluée par un débat qui va s’en suivre. Toutes mes excuses pour ne pas le faire.

    @Toolow: tu as tout fait raison, mais l’essence de l’ouverture d’esprit à tendance à se perdre, parfois par l’usage fallacieux de personnes qui prétentent la défendre.

    @legaub: les tags et catégories sont là pour te permettre de ne prendre les flux que des sujets qui t’intéressent. Par ailleurs, ton évaluation qualitative de nos capacités de réflexion étant parfaitement subjective, tu ne m’en voudras pas si j’attendrais d’avoir plusieurs opinions, et de préférences solidement argumentées, avant de me cacher sous la couette.

    @Antonin: en effet, certaines tournures utilisées dans l’article sont parfois ambigües, manquent de précision ou de nuance. La raison à cela est que j’ai choisi un style qui correspond à un message que je veux faire passer à une certaine cible, et j’ai donc formater le texte dans ce sens. J’y ai donc fais certains sacrifices, mais j’y ai gagné sur les points qui me paraissaient importants.

  • Sam Post author

    @bajazet: je lis et j’apprécie les deux, mais quand même j’ai l’impression qu’on a des styles très différents. Non pas que je n’aimerais pas faire des critiques ou des nouvelles comme eux, mais déjà ces disgressions sont un peu hors de la ligne éditoriale du blog, alors je vais pas non plus noyer sametmax sous le hors sujet. Si j’avais un second moi, j’écrirais probablement un autre blog orienté voyage, dev personnel, tests, critiques, et roman. Mais bon, déjà celui là rapporte rien ^^ Enfin je dis rien, grâce à Foxmask, il nous a rapporté des caramels !

  • Erik

    Sur l’ensemble du message que veut faire passer l’article, je suis plutôt d’accord. Néanmoins, l’article flirte d’un peu trop près avec l’argument fallacieux de l’équation qui consiste à dire que tout se vaut. La démarche scientifique (à ne pas confondre avec le résultat des études scientifiques) marche. Elle marche mieux que tout le reste parce que cette démarche est par définition la conservation de ce qui marche, de ce qui est observable, de ce qui peut être reproduit.

    Malgré cela, il est vrai que certaines approches non-scientifiques recèlent quelques trésors avec des explications pseudo-scientifiques et qu’il faut s’y ouvrir. Ayant vécu en Thailande un moment et ayant partagé ma vie avec une thailandaise encore plus longtemps, j’ai été étonné par des notions de médecine traditionnelle, comme la notion d’aliments chauds/froids pour combattre des aphtes (“ron nai” ou “chaud intérieur” en thai).

    Bref, l’ouverture c’est bien mais il faut pas déconner non plus. Et par rapport aux bienfaits des approches non-scientifiques, je suis de l’avis de Sam Harris qu’il expose dans “The moral landscape” que les bienfaits de certaines approches peuvent aussi être étudiées scientifiquement et intégrer les bienfaits de ces approches d’une manière séculaire.

    PS: oui, je sais. Mon discours sonne un peu radical mais j’ai déjà longuement discuté avec mon voisin de chambre pakistanais pro-taliban, mon collègue égyptien créationniste, un autre voisin hindou monothéiste, mon ex bouddhiste, ma famille catho, des ricains born-again, et diverses autres personnes au cours de mes 10 ans d’expatriation. Et j’ai aussi lu pas mal sur plusieurs religions. Disons que je suis dawkinsien ascendant Skeptic’s Guide to the Universe.

    • Sam Post author

      @Erik: “tout se vaut” n’est pas le message, mais “la société donne beaucoup trop de valeur à certaines choses et pas assez à d’autres”.

      De plus, la notion de “se valoir” est contextuelle. Tu vas accorder une valeur à telle chose pour quelle raison ? Par exemple, la réflexion dans le domaine du transport a une forte valeur ajoutée, dans le domaine des relations sociales, beaucoup moins. C’est la raison pour laquelle il y a des tas de gens très intelligents parfaitement malheureux. Parce que comprendre un problème n’est pas la condition unique de sa résolution (et dans certains cas, comprendre un problème freine sa résolution, voir l’empêche, ce que ne peuvent admettre les pactisant du Dieu Intellectuel, dont j’ai longtemps fait partie).

      Non seulement cela nous coupe de nombreux chemins d’évolution, mais en plus cela créer un climat d’intolérance. Pire encore, de cela émerge des sociétés élitistes avec des domaines intouchables et des gens qui s’érigent en gardiens de la connaissance, déresponsabilisant l’individu au profit de l’expert ou la corporation, et niant le potentiel des amateurs. Dans ce cadre, l’erreur de “celui qui sait” et pardonnable, et celle de “celui qui n’aurait pas du se prendre au sérieux” est risible, voir punissable. Au mieux c’est improductif, au pire c’est dangereux.

  • Marc

    @Recher
    Sache que contrairement au chrétiens et aux musulmans, les juifs forment un peuple. Il y a des juifs non-pratiquant comme chrétiens et musulmans.
    Islamiste désigne un intègriste musulman, or les musulmans ne sont pas tous intégristes.
    @Bajazet je crois qu’il y a proportionellement autant de d’intègriste dans chaque religion.

  • Sam Post author

    @Marc: il y a surtout beaucoup d’intégristes sur des sujets qui ne sont pas a priori des religions.

    @Anon: mes peu nombreux contacts avec les gitans n’ont pas été de bonnes expériences, mais je ne peux pas me fier à si peu de donnée pour me faire une idée générale.

  • Luigi

    mettre une pierre dans votre nombril ne va rien faire du tout

    Tout dépend de la taille de la pierre ;o) Au dessus d’une tonne, je ne réponds de rien.

  • SalimilaS

    Hello Sam,

    J’ai réellement passé un bon moment à lire ton texte, au réveil ce Dimanche matin.
    Moi aussi, j’ai vu et essayé pas mal de choses :)
    Je crois aussi, que la curiosité, et les expériences payent à la longue si on sait observer, retenir, tirer des bonnes leçons…
    Il faut tester dans la vie. Pas tout, et n’importe comment biensur. Mais il faut se risquer à tester, faire un peu les choses par soi même.

    Enjoy your time :)

  • JEEK

    Bon aller je commente, j’me disais Oui puis NON donc finalement…c’est “Et puis merde ! lol”.

    Article intéressant, ça permet de connaître un peu mieux l’un des tauliers et d’apprécier encore un peu plus la qualité du lieu…

    Quoi dire ? Si ce n’est qu’il est sain d’avoir plusieurs sources pour étancher sa soif (même si on te dit que c’est se disperser et ne rien approfondir et que par conséquent…que ça invalide ta démarche parce que le syncrétisme c’est généralement vu comme une façon de se faire sa p’tite religion perso…un peu comme le consommateur qui va faire ses courses en hypermarché…bref), qu’il est logique (enfin c’est une logique) de mélanger le sec et l’humide pour épicer un peu sa vie et puis tant de choses dont on pourrait faire la liste…
    …un peu comme on enfile des perles pour faire un collier !

    Comme le disait mon shidoshi :
    “la vie est un savant mélange de Sacré et de Profane, vivons donc en sacré profane”.
    :-D

    Et que l’humain (avec un h ou un H) reste au cœur de celle-ci (je parle de la Vie, bien sûr)…

    J’ai pas fait avancer la discussion, c’est certain…mais un pas répond toujours à un pas !

  • céki

    Bon, je me retrouve encore avec le site en thème “mobile”, c’est un peu frustrant mais ça n’empêche pas de lire après tout.

    Article intéressant, il est vrai qu’en éduquant les esprits scientifiques on a tendance à en faire des forcenés de la science. La science ça marche, toujours, le reste c’est des idioties pour les pauvres d’esprits. Heureusement tout le monde n’en arrive pas à ce stade, et de toute façon on en revient en expérimentant un jour ou l’autre ces “idioties”. La curiosité et l’esprit critique sont assez peu enseignés et il faut souvent se les forger soi-même.
    Ce qui est amusant, c’est l’influence de notre entourage sur nos jugements. Dans ton cas, tu as rejeté la croyance majoritaire de ton entourage. Par contre, le poids du regard de la société nous fait pencher plutôt du côté des “incrédules” puisque ça nous dissocie du sceau de “bêta” qui les marque. Enfin, parfois si quelqu’un qui nous est proche fait/subit une expérience, notre point de vue va changer, et on sera plus ouvert à l’explication et la description de l’expérience. (je sais pas si c’est très clair, en tout cas c’est mal écrit, je suis fatiguée…)

  • Jerry Lee Cooper

    Merci de ce partage d’expérience personnelle. Je pense que tout ça c’est des conneries. Ces dogmes, ces études, ces réflexions, ces citations : ça nous bourre le crâne. On pense accéder à la connaissance, on s’imagine remonter la source comme quelques saumons bourrés de pesticides et de vaccins, mais on surnage à peine. Je pense qu’il fait arrêter ce bullshit. Il faut vivre. C’est “bien” de se documenter, de garder un esprit “critique”. C’est encore mieux d’expérimenter soi-même comme tu le fais. Mais on peut pas tout expérimenter, tout analyser, tout réfuter ou infirmer. On a pas le temps et sûrement mieux à faire non ?

    Notre société regorge de bouquins sur le self-help, développement personnel et compagnie. C’est quand même révélateur d’un profond malaise. On en arrive à un point où des tas de gens, quand tu creuses, avouent être complètement paumés et surtout ne pas savoir quoi faire de leur vie, je veux dire ne pas avoir de but. Quel luxe et quel gâchis !

  • DjangoSpirit

    Jerry Lee Cooper :

    « Notre société regorge de bouquins sur le self-help, développement personnel et compagnie. C’est quand même révélateur d’un profond malaise. On en arrive à un point où des tas de gens, quand tu creuses, avouent être complètement paumés et surtout ne pas savoir quoi faire de leur vie, je veux dire ne pas avoir de but.»

    A ce sujet-là, les bouquins d’Arthur Janov sont plutôt éclairants :-)

  • Sam Post author

    Avec ou sans self help, la plupart des gens sont complètement paumés. Et ceux qui affirment savoir exactement où il vont font généralement beaucoup de dégats.

  • Jerry Lee Cooper

    @DjangoSpirit : merci pour le message, mais j’ai du mal à comprendre en quoi des livres sur une pratique thérapeutique peuvent éclairer sur les malaises de notre société ?

  • JerryLeeCooper

    @Sam : Que les gens soient paumés est une donnée. Que le self-help se développe parce qu’il y a un marché en est une autre. Maintenant je suis plutôt intéressé par les causes de ce malaise que par les innombrables méthodes qui donnent des noms à ces problèmes.

    “Et ceux qui affirment savoir exactement où il vont font généralement beaucoup de dégats.

    Et ceux qui ne savent pas n’en font pas ? N’y t-il pas des gens sur terre qui ne se posent pas (trop) de questions et qui vivent heureux en cultivant leur jardin ?

    Se poser des questions sur tout / douter de tout amène à une situation de dépendance. Et comme de par magie, le nombre de méthodes qui donneraient la réponse à une question ne cesse de croître. Et je ne parle pas des “fork” de courants de pensée qui reprennent, modifient et font un nouveau package avec de l’existant.

    En fait, j’ai du mal avec la commercialisation du bien-être ou du mieux-être. Mais j’essaie de rester un minimum critique. Ce n’est pas parce qu’il y a des gens “bien” dans chacune des branches alternatives que tu cites que cela signifie que “l’outil” est “bon”. Je dirais même le contraire : c’est grâce à ces gens non cartésiens à qui ces outils peuvent être utiles temporairement ou durablement, que tu découvres certaines choses. La même thérapie / religion / alternative expliquée par une personne peu tolérante aura sûrement beaucoup moins d’impact sur toi.

    On en revient donc à la richesse humaine. Le goût du partage, de l’enrichissement au travers du dialogue, de la confrontation des idées.

    My 2 cents

  • DjangoSpirit

    à Jerry Lee Cooper :

    Sans doute parce que les malaises d’une société ne sont que la somme de malaises individuels :-) Et que ces malaises individuels, à différents degrés, ne sont que le résultat du “clivage” qui se produit dans l’enfance.

    L’origine du clivage ? Je me garderais bien de (mal) résumer les 700 pages du premier bouquin de Janov.

    Cette lecture en vaut cependant la peine, ne serait-ce que parce qu’elle apporte un éclairage vraiment nouveau sur ce qui peut être à l’origine de nos motivations, de nos actions et de nos façons de penser :-)

  • Lyyn

    Je n’ai pas le temps de lire/réagir aux commentaires mais je tenais juste à dire que ce blog est vraiment parfait. Ca doit être le seul où chaque article m’intéresse et où les domaines abordés me correspondent <3

    Merci S&M.

  • Sam Post author

    Hum, ça devient trop consensuel, il va falloir que je fasse un article de cul bien trash, un peu raciste ou misogyne.

  • Jerry Lee Cooper

    @DjangoSpirit : Je viens de me procurer “le corps se souvient”. Je vais pouvoir me faire ma propre idée :-)

  • Hélios

    @ Erik

    “La démarche scientifique (à ne pas confondre avec le résultat des études scientifiques) marche. Elle marche mieux que tout le reste parce que cette démarche est par définition la conservation de ce qui marche, de ce qui est observable, de ce qui peut être reproduit.”

    Ecoute ça par exemple

    Les principes de la science sont faits pour fonctionner. Le problème ? dans les faits, c’est assez loin d’être le cas. On peut disserter sur Popper, Kuhn, Lakhatos un moment si tu veux faire de l’épistémologie des sciences. Il subsiste une énorme différence entre la théorie du fonctionnement scientifique (une mise à l’épreuve d’hypothèses, dont les résultats sont falsifiables, reproductibles, etc.) et la réalité du fonctionnement académique/clinique/fondamental. La théorie, ça fonctionne… en théorie ;) .

    Quant à @legaub, tu offres une jolie preuve qu’on a beau maitriser (ou prétendre maitriser) une discipline, on n’en est pas moins parfois un bel idiot à ne pas savoir l’utiliser à bon escient. Tu devrais ardemment relire ta “Métaphysique” et ta “Poétique”. Gnothi seauton, dirait l’A…utre. Russell t’aurait adoré… En tant que punching ball sans doute. Philosopher, c’est exactement ce que l’auteur de l’article vient de faire, ne t’en déplaise.

    Ne vous fatiguez pas à râler après un inconnu qui vous renvoie dans les cordes, 1/je ne fais que passer… et tente de vous aider à vous remettre en question, 2/ c’est amical et sans aucune animosité, c’est ma façon à moi de dire que je trouve cet article intéressant, en tant que chercheur (et non, pas chercheur d’emploi).

    (certains nihilistes n’ont pas eu ton déclic, maître des lieux, ce qui est bien dommage).

    Salutations

  • galex-713

    @legaub: Quand je vois un script-kiddie, ou un autre de ces terriblement répandus illettrés de l’informatique, dans un blog parlant d’autre chose (d’actualité ou de politique par exemple), et qu’il parle d’informatique à un moment ou à un autre (ce qui est difficile de ne pas faire aujourd’hui) je ne dis pas ça :
    « Vous, <nom de la profession>, êtes spécialistes de vos disciplines car vous en maîtrisez les outils. C’est pour ça que je vous apprécie. Cela vous a pris du temps, de l’énergie, que sais-je.

    Mais de grâce, ne polluez plus vos propres écrits, ne vous aventurez pas sur le terrain de l’informatique. Vous n’en maîtrisez pas les outils, car vos parcours ne vous ont pas permis de les acquérir. Vos “réflexions” sont trop rudimentaires, et manquent cruellement de références. »
    Non je pond un pavé qui explique pourquoi ce qu’il vienne de dire est faux, pour quelles raisons, comment on peut en être sûr, je développe et je tente d’enseigner ce que je sais d’utile autour de moi. Afin qu’ils ne se trompent plus et qu’à l’avenir ils sachent mieux agir en conséquence de ce qui se passe. C’est indirectement dans mon intérêt, alors je m’efforce d’éduquer autour de moi. C’est ce que font d’ailleurs souvent les bloggueurs parlant d’informatique.

    De la même façon qu’aujourd’hui tout est lié à l’informatique (la science d’utiliser l’outil le plus puissant inventé par l’humanité) en parlant d’informatique, on ne peut jamais s’empêcher de philosopher, de parler de politique, de mathématiques, de logique, etc.
    Tu ne peux pas demander à un hacker de ne pas s’intéresser à la philosophie, comme tu ne peux pas demander à un politicien ou à un journaliste de ne pas s’intéresser à l’informatique. Des tas de concepts et techniques en informatique font directement écho à l’application de philosophies diverses et finissent par y plonger le hacker jusqu’au cou. Quand on fait de l’informatique, on finit inévitablement par s’intéresser à la politique, à la philosophie, etc.

    Merci de développer un peu ta critique pour que nous puissions profiter de ton savoir à ce propos :)

  • delirium très épais

    si on met un colorant dans un verre d’eau, toute l’eau est colorée. là l’auteur s’est laissé aller à prendre des conneries au sérieux. résultat: il est contaminé pollué. il ne sait même plus faire la différence entre science et pseudo science, ce qu’est un élément de preuve, ce qu’est une expérience vérifiée selon une méthode scientifique. la science n’est pas une croyance. la science c’est le contraire, la démonstration contre l’affirmation. vous confondez la science et l’utilisation qui en est faite. un résultat scientifique est un fait et non une idée. les conneries sont et restent des conneries. fourrez vous ça dans le fion si vous n’avez pas de tête pour cela. on est au sommet de la débilité. rien à voir avec la tolérance. est ce que combattre le racisme c’est être intolérant? je combat vos conneries car je veux que vous ayez la place pour comprendre comment fonctionne le monde dans sa réalité. ma tolérance c’est de vous lire et de vous dire que vous délirez. apprenez à penser et ensuite vous pourrez vous panser.

  • Sam Post author

    Parce que quelque chose n’est pas expliqué ou mal expliqué par les personnes qui le vente ne veut pas dire qu’il ne faut pas y jeter un coup d’oeil.

    Tout ce que j’avance, c’est qu’il faut arrêter le rejet de la forme et donner sa chance, soi-même, à plus d’expériences dans sa vie.

    La scepticisme est une bonne chose, ne le transformez pas en une attitude agressive.

  • delirium tres épais

    vous me proposez de faire l’expérience du vide. expérience vide de sens puisque ne reposant que sur de la supercherie, du mensonge de l’escroquerie le plus souvent lorsqu’il s’agit de médecine. ces prétendues expériences ne font que rendre les adeptes malades du cerveau et c’est ce quiu vous est arrivé. a moins que vous ne vous soyez inventé de toute pièces un passé de sceptique. je ne suis pas sceptique, je regarde ce que la science montre et je fais avec. ce que la science ne connait pas encore, personne pas même vous ou tout autre magnétiseur, guerisseur de maladie imaginaires ne le connait.il n’y a pas d’agressivité envers vous mais envers la connerie interplanétaire qui vous a pollué l’esprit et fait perdre toute raison logique.

  • delirium tres épais.

    pourquoi voulez vous que les gens expérimentent des choses non définies. une expérimentation se fait à partir de données fiables. or dans les pseudo théories de pseudo sciences, il n’y a rien de tangible. donc inexpérimentable puisque lorsqu’on demande qu’un sceptique assiste à une quelconque réunion où doivent se passer des choses, c’est non ou bien on, vous explique que ça ne marche pas ce soir parce qu’il y a des ondes négatives portées par le sceptique. lisez donc un peu la littérature de ces foutriquets et vous verrez que ce que je dis est une permanence chez eux.

    • Sam Post author

      Ici tu essayes d’introduire une problématique que j’ai explicitement et volontairement annoncée comme n’étant pas le sujet. Il ne s’agit pas de savoir si quelque chose est prouvé, ou démontré, ou scientifiquement acceptable. Si ton but est d’avoir raison aux yeux du monde, alors oui, il faut s’engager dans une démarche de démonstration.

      Mais ce n’est pas le but ici, le but est de découvrir d’autres choses. Des choses qui n’ont pas été rigoureusement étudiées, mais qui méritent qu’on en fasse l’expérience.

      Il n’y a rien de mal à ça.

      On fait beaucoup plus de tord à soi et aux autres en rejetant tout ce qui n’est pas rigoureux.

      On a pas besoin d’étudier scientifiquement la cuisine pour en profiter. Si demain des gens crée un groupe voulant expliquer scientifiquement le procéder de la cuisson des pâtes, et s’avèrent être des bouffons intellectuellement malhonnêtes qui expliquent cela par des énergies cosmiques, cela ne retirera pas les bienfaits de la cuisine.

      Nul n’a besoin de comprendre, non plus, parfaitement la chimie et physique derrière la cuisson d’un steak pour la pratiquer.

      Il existe des tas de domaines similaires, moins populaires, bien plus chargés de connotations et peuplés de pratiquants aux explications douteuses qui n’en sont pas moins bénéfiques.

      Ne pas vouloir s’y essayer sur une idée reçu, c’est passer à côté de quelque chose.

    • Sam Post author

      EDIT: réponse au commentaire d’avant.

      Pour t’essayer à un nouveau sport, tu n’as pas besoin d’avoir eu une étude scientifique derrière pour le faire. Ou un nouveau jeu.

      Ensuite, vous avez tout à fait le droit de participer à quelque chose, constater que ça ne marche pas, et le rayer de votre liste. Où est le problème ?

      Une fois j’ai fais une séance de spiritisme. Il ne s’est rien passé. J’ai passé mon chemin, mais une bonne soirée puisque ça m’a permis de choper une nana très mignonne.

      Souvent, il y a des déconvenues, et c’est tout à fait acceptable. Parfois dans le lot, on tombe sur quelque chose qui nous apporte, et les 5 fois précédentes qui se sont révélées être des impasses sont rentabilisées.

      Dans tous les cas, on s’amuse.

  • délirium très épais

    laisser ce genre de théories fumeuses se développer c’est faire un mal gigantesque. je pourrais regarder cela sans me mettre en danger car j’ai assez d’équilibre pour voir où on veux m’entrainer.le problème est que nombre de gens se laissent enfermer dans ces mensonges et s’y perdent. j’ai des tas d’exemples autour de moi de gens qui devraient voir des psys qui pourraient les aider très sérieusement et qui préfèrent aller voir leur magnétiseur où leur astrologue qui les font descendre encore plus bas de mois en mois. il faut regarder la réalité. cette réalité est terrible. non il ne faut pas tolérer ces conneries, leurs auteurs sont des gens dangereux en plus d’être des voleurs et des profiteurs. on ne doiot aucun respect à ces gens, on doit les combattre. ce n’est pas un jeu. j’adore jouer mais je veux savoir que je joue et quand je joue je veux connaitre les règles. dans toute forme de jeu il y a arbitrage et les tricheurs sortent du jeu.

  • Sam Post author

    Il y a beaucoup de généralisations dans ce que tu dis, et j’ai rarement vu de généralisation permettre de prendre de bonnes décisions.

    Que tu ais autour de toi des expériences négatives est tout à fait normal, il y a des désastres avec des médicaments, des nouvelles technologies, des systèmes éducatifs, etc. également.

    Que tu ais autour de toi des personnes qui font des expériences qui ne leur nuisent, et qui s’y embourbent, c’est normal également. C’est dans la nature humaine.

    Mais je ne pense pas qu’il faille mettre dans le même panier toutes les expériences du fait du constat que des personnes qui sortaient de la route estimées sûres en ont payé le prix.

    Sans ça on n’essaye jamais rien hors de sa zone de confort, et on ne découvre rien.

    Il faut de temps en temps oser le rididule, l’absurde, l’échec, c’est une bonne hygiène de vie.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Utilisez <pre lang='python'>VOTRE CODE</pre> pour insérer un block de code coloré

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.