Le sperme, ça attache au fond 33


Sur le blog, on parle de S&M, mais peu de SM. La raison pour cela c’est qu’on est tout simplement pas des experts dans le domaine, et on reste dans la domination soft, bien que parfois on déborde un peu.

Malgré tout, en discutant avec des amis, je me suis aperçu que peu de gens ont vraiment goûté à la domi en dehors de videos. La raison est double.

D’abord, c’est n’est pas courant de tomber sur une personne qui soit vraiment capable de se trouver de l’autre côté de la laisse.

Ensuite, c’est socialement compliqué. Voyez-vous, on ne peut pas demander à quelqu’un si on peut le ou la soumettre, ça va exactement à l’encontre du principe de soumission qui, psychologiquement, n’admet pas la demande de permission. Et un ou une soumise va rarement demander à quelqu’un de le faire, car c’est facile de se griller dans un groupe. Parfois même, la personne ne sait pas qu’elle aime ça.

L’œuf, la poule, tout ça.

Voici donc un petit récit de ma dernière séance, pour que vous ayez une idée de ce que ça peut donner dans la vraie vie. Je répète encore une fois que malgré nos exactions, ceci n’est pas notre lot quotidien à Max et à Moi. On vous raconte les trucs qui valent le coup d’être publiés. C’est pas comme ça tous les jours à la maison, hein.

Lucie aime être soumise. Je le sais, par bouche à oreille. Un ami a eu une aventure avec elle, et sachant que j’avais couché avec la veille, il m’en a touché deux mots. Après s’être vu quelques fois, la miss est en confiance et je décide qu’il est temps de se faire une petite session.

Et ça, ça s’organise.

Certains aiment bien le faire au fil de l’eau, au gré de leur créativité. Moi j’aime bien scénariser, et donc préparer à l’avance, quitte à improviser si mon plan tombe à la flotte, ce qui arrive plus souvent que je le voudrais.

D’abord, choisir une date pour la faire venir. Pas besoin de prétexte, elle a envie de me voir, ce qui est déjà ça de moins à s’occuper. Mais il faut choisir un moment en journée où on a rien de prévu pour ne pas avoir à se presser, et surtout où il n’y aura personne à la maison. Je vous rappelle que je vis en colocation.

Ensuite, quelques accessoires. Une pote me fournit des attaches psychiatriques. Ce sont des sortes de ceintures conçues pour sangler les bras et les jambes des patients difficiles sur les lits d’hôpital. C’est fantastique car très rapide et facile à positionner (c’est à base d’une clé aimantée), très solide (on peut tirer dessus très fort) mais pensé pour ne pas blesser quelqu’un qui force dessus. C’est confortable, assez joli, et suffisamment angoissant.

Je les attache sur le devant de ma mezzanine, j’ai décidé qu’elle sera debout. La domination, c’est une suite de décisions, puisque c’est une prise de contrôle.

Puis je découpe un bout de scotch gris que je mets à portée de main, pour la bâillonner. Elle est chanteuse, et les ball gags ne fonctionnent absolument pas pour la mettre en sourdine.

Pour finir, il lui faut de quoi indiquer qu’elle atteint sa limite sans pouvoir prononcer un safe word puisqu’elle ne pourra pas parler. Je prends donc un maracasse.

Ah, oui, je rajoute un couteau de chasse bien aiguisé avec lequel je planifie de découper ses vêtements, et donc un budget pour lui racheter les dits apparats après. Qui casse paie.

Il n’y a plus qu’à la faire venir, et à attendre.

Je déteste l’attente dans ces moments là. Max est tout le contraire, ça l’excite. Même quand il va ramener des putes de bar, il passe la nuit là-bas car il aime prendre son temps. Moi ça me stresse. J’ai le cœur qui bat à 100 à l’heure, il y a tellement de choses qui peuvent foirer. Et foirer grave. Le scénar qui ne colle pas et on a l’air ridicule, le scénar qui colle trop et la meuf qui me prend pour un psychopathe, les voisins qui appellent les flics, le couteau qui glisse et qui la blesse… Il faut pas faire ça quand on a la poisse.

Finalement elle arrive à l’heure dite (Dieu, que j’aime les femmes ponctuelles !), en tenue légère, ce qui m’arrange bien. On s’embrasse tendrement, et je fais avec elle quelques pas de valse pour la rapprocher des attaches.

On se chauffe un peu, vêtement par vêtement, et je tâte le terrain. Avec un petit sourire, je lui tends un bras, et l’attache, le regard coquin. Elle se laisse faire. C’est bon signe, j’attache donc le second, et lui glisse le maracasse dans une main. Je lui explique les règles du jeu : “Secoue et j’arrête sur le coup, lâche, et je te détache”. J’attends quelques secondes sans rien dire pour voir si elle a bien compris. Elle ne panique pas. Bien. Mais ça va changer, car on passe à la mise en scène.

Changement de rythme.

Je fais passer sans transition mon visage d’un sourire doux à un air dur, et je la bâillonne sans crier gare.

“T’es vraiment conne Lucie. Tu connais un mec depuis, quoi, une semaine ? Et tu le laisses te faire venir dans une maison vide et t’attacher à un lit sans te poser de question ? C’est naïf.”

Je verrouille ma porte, et baisse le store, heureusement électrique, de ma fenêtre. Je prends mon temps.

“Personne ne pourra t’entendre. Et maintenant personne ne pourra te voir.”

Je la sens mal à l’aise, en train de se demander si je joue la comédie ou si elle est tombée sur un serial killer.

Je sors le couteau de chasse, et plongeant mes yeux dans les siens, je peux voir que le doute commence à l’angoisser. Mais elle a le maracasse, et elle n’essaye pas de s’en servir. Elle m’expliquera après qu’au début elle avait complètement oublié qu’elle l’avait dans la main.

Je lui enlève ce qui reste de ses vêtements, en jouant avec la lame sur son corps. Si vous faites ça, faites très attention, l’accident est vraiment vite arrivé. Je suis très concentré pendant toute la procédure, entre le jeu d’acteur et mon désir d’éviter de lui trancher la jugulaire.

Il me reste le soutif et je n’ai encore rien coupé, alors je le fends en deux. Elle se débat un peu, je lui mets une baffe et un rappel oral à l’ordre. Elle se calme, et mouille instantanément. Je peux sentir la cyprine alors que je suis à hauteur de son cou. Pas de chic-chic. C’est gagné, je ne finirai pas en garde à vue ce soir.

J’avais prévu de faire durer le truc plus longtemps, mais vu que la demoiselle est prête, et que j’ai vraiment très, très envie de la baiser, j’accélère le programme. Je pousse un fauteuil, et la colle dessus de manière très inconfortable. À ce stade je ne donne plus d’ordre, je la prends par les cheveux et la fais bouger au gré de mes envies. Et elle obéit.

Elle a les genoux sur le siège, le ventre sur le dossier, la tête dans le vide et les bras tendus, toujours attachés en l’air. Je tire l’assise pour allonger le vide entre sa position et la mezza, elle doit forcer un peu pour garder sa posture.

Je la prends sans plus attendre, et sans ménagement. Je la pénètre presque violemment, mais elle est plus excitée que si je l’avais léchée pendant 20 minutes, et ça rentre tout seul. Elle ne m’a pas vu mettre la capote, je me demande si elle se demande.

Je la tire en arrière par sa belle tignasse dorée, je la pousse en avant pour qu’elle se mange le canapé, je bouge ses jambes, les lève, les baisse. Je la fesse, évidement. Puis je lui colle un doigt dans le cul.

Premier et unique son de maracasse. La demoiselle n’aime pas l’anal. Soit. Je retire mon auriculaire.

Le respect de son souhait malheureusement, inverse la balance de la relation. Il faut donc que je la soumette à nouveau. Je ne l’enculerai pas, mais je la réprimande, et je vais la punir.

Je la mets en équilibre sur le dossier du fauteuil, les jambes écartées, elle est debout à un mètre du sol, mais toujours attachée. J’ai une idée.

Je vais chercher une tondeuse à barbe, et je tonds la petite touffe de poils qui lui reste au niveau de la chatte, puis je lui cale l’engin encore vibrant dans le vagin, les dents à l’extérieur, bien entendu.

“Si tu le fais tomber, tu en prends une.”

Et je vais me faire un thé. Je prends mon temps, faire bouillir l’eau, choisir sa marque, mettre ça dans une jolie théière.

Je ramène tout ça, et je laisse infuser. Pendant que les feuilles délivrent leurs senteurs, je monte sur le lit, délivre sa bouche pour lui donner immédiatement de quoi s’occuper. Elle me suce avec beaucoup d’ardeur, et elle est assez douée, bien que moins qu’elle ne le croit. Elle s’en était vanté.

Elle arrête, avec un regard de défi, et reprend une claque sans plus attendre. Elle y remet deux fois plus de cœur, j’entends sa gorge glousser, la tondeuse vibrer, et j’ai envie de venir.

Mais pas comme ça.

Je la rabaisse, lui disant qu’elle s’y prend tellement mal que j’allais devoir faire le boulot moi-même. Je me masturbe au dessus d’elle, et finis sur son visage.

Je retourne vers elle, et lui annonce qu’elle a été sage, et a le droit de se faire libérer un bras. Lequel choisit-elle ? Le droit ? Je détache le gauche. Puis je m’en vais boire mon thé. Lentement. Gorgée par gorgée.

Je retourne à mon mouton, ses petits yeux bleus sont ravissants au milieu de son visage souillé qu’elle a maladroitement tenté d’essuyer avec son bras valide. C’est une victime idéale, la peau claire, l’air innocent… Je lui détache l’autre main et lui passe la sangle autour du cou, la promenant ainsi jusqu’à mon ordinateur, où j’entreprends de checker mes mails avec une seconde tasse de thé.

Elle ne dit rien, je ne veux pas qu’elle s’ennuie, et lui commande de me lécher les pieds, n’ayant pas du tout envie de me faire pomper à l’instant. C’est très agréable, de se faire lécher les pieds.

Elle commence à avoir la langue sèche, alors je lui dépose une tasse et l’autorise à laper. Et je continue ma lecture du shaarli de Sebsauvage, par flux RSS car son design m’arrache les yeux.

Finalement, je la détache, je l’embrasse amoureusement. C’est terminé. Je la câline. La rassure. Cette phase là est importante. Elle réinstaure le respect. Sépare le jeu de la réalité. Remet les pendules à l’heure, les points sur les G…

Elle me confie ses peurs, elle tremble un peu. Elle a adoré. Je suis soulagé. J’avais peur moi aussi, tellement peur que ça rate. Mais je ne lui ai certainement pas dit ça. A la place, je lui propose d’aller faire Pretty Woman pour remplacer son haut lacéré.

Pendant qu’elle était dans mes bras, j’ai réfléchi. Réfléchi à la prochaine fois. Pas pour tout de suite. C’est vraiment trop de boulot.

33 thoughts on “Le sperme, ça attache au fond

  • Dylann

    Cool l’illustration ! Un début de Django Pony SM :-D

    Je répétérépète encore une fois
    Une pote me fournisfournit
    je metmets à portée de main
    il passe la nuit la baslà-bas
    Et tu le laisselaisses te faire venir
    C’est naifnaïf.
    Je verouilleverrouille ma porte
    si elle est tombétombée
    je le fendfends en deux
    je le metlui mets une baffe

    Pour la suite, à cause du récit, je n’arrive pas à me concentrer sur les mots car j’ai trop d’images en tête ^^.

    Un ami a eu une aventure avec elle, et sachant que j’avais couché avec la veille, il m’en a touché deux mots.

    Avec qui tu as couché ? La miss ou l’ami ? ^_^

    Chouette article

  • Kromak

    comment voulez vous qu’on bosse sereinement après une telle lecture… à la place de mes boucles for() je vois des menottes et une cravache…

  • Dylann

    à la place de mes boucles for() je vois des menottes et une cravache…

    lol ! C’est vrai que ce matin n’a pas été très productif jusqu’à présent :-D

    Et car il ne faut jamais faire les choses à moitié…

    AÀ ce stade je ne donne plus d’ordre, je la prend pas leprends par les cheveux
    Elle àa les genoux
    Je la prendprends sans plus attendre
    Je l’a metla mets en équilibre
    debout à un mettremètre du sol

    C’est à un mètre que tu veux lui mettre en maître :)

    et je tond la petit touffe de poiltonds la petite touffe de poils
    mettre ça dans une jolijolie théière.

    elle est assez douée, bien que moins qu’elle le croit
    C’est peut être juste une question de goût mais ça semble sonner faux : elle est assez douée, mais bien moins qu’elle ne le croit.

    Elle s’en était vantévantée.
    avec un regard de défitdéfi
    lui annonce qu’elle été sageelle a été sage

    Tu pourras supprimer mes deux commentaires pour éviter que ça ne pollue le flux :)

  • Sam Post author

    Merci @Dylann. Je garde les commentaires de correction, c’est une forme de remerciement pour le travail des correcteurs.

  • Redox

    Bordel quel récit ! Et quel talent d’écriture !

    Respect, le coup du Sebsauvage en plain dans le milieu du récit qui casse un peu le contexte m’a bien fait marrer.

    Je suis fan, bravo !

  • nazikid

    Le sperme c’est comme les immigrés, même quand t’en expulses, tu te rends compte qu’il reste toujours une petite goutte. Je sais je suis horrible mais je m’en branle, après avoir écouté dans la même journée, Valls et Pascal Lamy, je suis un puceau à côté, niveau cynisme et esclavagisme.

  • bussiere

    Sympas :)

    Ca confirme qu’on a le meme point de vue de la chose a ce niveau la, tout est une question d’ambiance et de mise en scene avec un peu de manipulation …

    Ceci dit si jamais sur paname le milieu te tente, sinon y’a fetlife aussi …

    merci pour l’article je fais tourner aux copines.

  • bussiere

    @max mon point de vue c’est surtout qu’on assume plus nos contradictions et moins de frustrations. J’ai vu les degats de la frustrations chez les nanas. Avec la société qui t’envois deux signaux en meme temps, “soit une salope” et “soit une vierge” en meme temps …

  • ravaged

    Excellente écriture, je n’irais pas jusque là dans le SM mais ça doit être des moments forts et intenses, surtout au début quand la fille est prises de doutes…

  • Ginko

    Merci Sam, tu viens de me faire comprendre ce qu’est le SM. J’en avais bien un début d’intuition, du fait que ce soit avant tout un jeu de rôle et non une pratique réellement sadique mais je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher sur le sujet :)

    Je m’en suis rendu compte en lisant les commentaires du lien donné par Max. Je plains tous ces gens fermés d’esprit.

    Btw : l’éditeur de commentaires plain text combiné par un rendu en live, c’est juste magique pour moi <3

  • Sam Post author

    @bussiere: bien noté ton invitation (la deuxième en fait) :) Je pense comme toi que ce n’est pas le BDSM qui rendent les gens en meilleure état psy, mais simplement les gens équilibrés qui s’assument plus, tout simplement.

  • Réchèr

    Waw, on s’y croirait.

    Je ne suis pas dans ce genre de “loisir”, mais je fais un peu de théâtre. Et c’est clair que la mise en scène et l’ambiance ont l’air d’avoir une grande importance.

    Ça m’a donné une idée qui pourrait peut-être faire quelque chose d’assez flippant. Mettre une oreillette bluetooth à la personne dominée, et utiliser une tablette/smartphone comme télécommande pour lire des fichiers audio qui donnent des ordres : “fellation”, “levrette”, “lèche”, “aboie”, “rampe”, … On ne parle jamais directement à la personne dominée.

    Prévoir quelques ordres pour calmer le jeu : “stop”, “attends”, … Comme ça si ça ne se passe pas tout à fait comme il faut, on peut rectifier sans avoir besoin de parler.

    Dans la mesure du possible, il faut que les ordres soit des mots uniques, pas des phrases. Ça accentue l’animalisation de la victime. Par exemple, au lieu de donner l’ordre “nettoie les toilettes”, on emmène la victime aux toilettes, et on donne l’ordre “nettoie”. (Ne pas oublier de salir les toilettes avant, attention à la préparation !)

    C’est fabuleux ce qu’on peut faire avec la technologie. Les publicités pour iPhone devraient s’inspirer de ce genre d’idées. “Il y a une application pour ça”.

    Et comme il n’y a jamais besoin de parler, la victime ne peut pas reconnaître la personne dominante au son de la voix. Ce qui permet quelques autres possibilités intéressantes. Deux dominant(es), ayant la même taille, la même corpulence, les mêmes habits et le visage masqué. Ils/Elles utilisent la télécommande à tour de rôle, ce qui fait que la victime ne sait jamais vraiment qui lui fait faire quoi.

    Et sinon, il y aurait plein de choses à faire avec l’idée d’objectisation/animalisation de la victime : lui jeter des cacahouètes, coller des post-it dessus, s’en servir comme table, chandelier, distributeur de bonbons (devinez où sont rangés les bonbons ?), …

    Sur ce, je vous laisse réfléchir à tout ça, et je retourne à des activités plus classiques, comme jouer à des jeux vidéos.

  • AmarieAlice

    Haha, je découvre votre site avec grand plaisir !
    Cet article est top, et montre que le SM ce n’est pas qu’un connard qui aime se faire servir et profiter des femmes, mais un homme à qui ça demande du boulot et pour qui c’est également difficile psychologiquement !

    Je découvre aussi que je suis pas la seule à avoir un site “de la geekerie et du cul” (même si au final, il y a bien plus de geekeries ici que chez moi ! … Je suis jalouse !)
    Bonne continuation à vous dans cette veine pleine d’avenir ;-) et à la prochaine !

    Amarie

  • Bruno91b

    Récit agréable à lire. Belle séance de BDSM, on voit que les acteurs ont une certaine expérience en ce domaine, ne sont pas novices. Les précautions sont prises comme il faut. J’ai pu lire dans les commentaires le terme SM et je vois que beaucoup confondent SM et BDSM. SM purs jeux sado-masochistes ou la sensualité n’a pas beaucoup de place, et BDSM ou il y regne un mélange de douceur et de domination-fermeté. L’art réside dans le dosage de sensations à faire ressentir. Et une séance est aussi éprouvante pour la soumise que pour le dominateur, sachant qu’il doit être attentif au réactions de la soumise à chaque instant.
    En tout cas petite séance tout à fait sympathique et pas mal écrit….

Leave a comment

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.