Une journée à Paris 5


On revient toujours à Paris. Malgré la grisaille, le traffic, la pollution, le stress, les crottes de chien, les prix exorbitant, les parisiens exorbités, les touristes, le bruit, l’odeur, les sens uniques, les grèves, le stade de France, ceux qui remplissent le stade de France, le orly val, les “bon courage”, la Gare de Lyon de nuit, la distance trop grande, la distance trop courte, les rampes, les bancs de métro sur lesquels on ne peut pas s’allonger, les “c’est pas Paris c’est l’Ile de France”, les jambons-beurres dégueulasses et la probabilité de tomber sur vos ex qui semble augmenter contre toute vraisemblance statistique.

Parcequ’il n’y a qu’à Paris qu’on peut avoir une journée comme celle-ci.

Déjeuner au Fumoir

Photo d'un jus de carotte

On a aussi la variante "Gimber twist", un jus de poil de carotte

Derrière le Louvre, un bar chalereux et distingué, de bois et de cuir. Comme c’est le premier arrondissement, on y boit pas un jus de carrote au gingembre, mais un ginger twist. Ça ne change pas le fait qu’il est délicieux, même si les prix ont bien augmenté depuis ma première visite.

Un service poli et attentionné en plein Paname, des dégustables qui ont du goût et un cadre qui appelle au rendez-vous gallant. Il n’y en a pas des milliers.

Le Fumoir, où l’on ne peut plus vraiment fumer.

Lèche vitrine sur un vélo qui n’est pas le sien

Le vélib n’est pas une exclusivité Delanoë, mais son implémentation est stable et efficace. Si c’était un logiciel, ce serait VLC. L’UI est moche, mais ça marche super bien.

Et on s’arrête d’un trottoire à l’autre dans des boutiques de mode originales à des tarifs raisonables. Oui, ça existe encore.

En plus aujourd’hui il fait beau.

Photo de mannequins en mallot de bain devant une borne de velib

Les parisiennes sont plus légèrement vêtues au printemps

Débordement artistique

Photo d'une femme mangeant une banane

Ceci n'est pas une pipe

Au hasard, un hall d’entrée gribouillé, une asiatique à l’accueil qui lit et qui n’en à rien foutre, et on rentre dans 5 étages d’ateliers artistiques. Ça peint, ça sculte, ça discute, ça ne fait pas attention aux visiteurs qui profitent de l’énorme bordel qui fait plus figure de chambre d’enfant que d’exposition.

C’est génial, c’est gratuit, c’est 59 rue Rivoli.

Des yeux brillant aux yeux bandés

Dans la continuité de Beaubourg, un restaurant voilé, des serveurs aveugles, pas de menu, et pas de lumière. Est-ce bien une sauce au Kiwi sur mes légumes ? Je rêve où le bol de la crème dessert est aussi comestible ?

La réponse en photo, à la sortie du restaurant dans le noir.

Ne tentez pas la fellation dinatoire, il y a tout de même des caméras infra rouge.

Photo noir et blanc d'un homme aux yeux fermés sur un fond noir

Anecdote: dans le noir, on parle plus fort pour se rassurer

Un tube de rouge à lèvre dans la chatte

La soirée se finit sur un one woman show. Le choix a été fait à la vie vite, la scène est petite, la public réduit et agglutiné devant l’actrice de LB25. Elle nous parle d’un prostituée assassinée, nous mime des coïts, et fini à poil à quatre pattes à nous montrer un tout nouvel usage d’un cosmétique ordinnaire.

Affiche du spectacle LB25

Tou(te)s mes ami(e)s de ce soir là m'en parlent encore

Paris ne ressemble qu’à Paris.

Il n’y a qu’a Paris qu’on peut faire la coulée verte en roller le matin, manger une crèpe au chocolat dans la rue, puis se faire la géode. Il n’a a qu’à Paris qu’on peut aller à Fontainebleau l’après midi et se faire le horror picture show le soir. Il n’y a qu’à Paris qu’on peut faire son footing en plein forêt, avec les tentes des SDF à droite, les caravanes des travestis à gauche, et les ateliers de l’UX en dessous.

Je suis allé à New York, Pekin, Bangok, Bamako, Madrid, Londre, Athenes, Istanbul, Nairobi et Caracas.

Paris ne ressemble qu’à Paris.

5 thoughts on “Une journée à Paris

  • Max

    J’ai vécu 1 an à Paris et rien vu de tout ça, faudrait 50 vies pour en faire le tour et encore ^^, ça me donne envie d’y faire une petite halte à mon retour en France tiens ;)

  • Baronsed

    Mais c’est quoi ta MÉTHODE ?!
    Pour découvrir tous ces trucs-là ? J’habite pas trop looin de Paris, pourtant :-/

    • Sam Post author

      On fait une étude systémique des circonvolutions subspatiales à l’aide de blougou à sens giratoire inversé avant de sortir.

      Une fois en route à on une utilise une approche proactive de gestion des probabilités quantiques par via l’usage primitif des dichotomies socialo cognitiques.

      Mais le plus souvent on tombe dessus par hasard ou quelqu’un le recommande :-) Y a pas de méthode, la seule chose qu’il faut faire, c’est ne pas avoir d’apriori et accepter quand un événement nous fait sortir de notre zone de confort. Les opportunités sont toujours là.

      J’avoue, le one man show avec la pute et le rouge à lèvre, c’est un gros coup de moule. Sans jeu de mot.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Utilisez <pre lang='python'>VOTRE CODE</pre> pour insérer un block de code coloré

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.