Mieux de fesse que de face


Elle est là, elle se tortille, et le bas de son dos entraîne vos yeux tel un pendule hypnotique. Puis vous la dépassez avec un manque de naturel évident, la pupille en coin pour regarder l’autre côté de la pièce. Perdu, elle ressemble à un croisement entre Jackie Sardou et un Pokemon.

C’est l’effet que me fait le test de Volunia, un moteur de recherche annoncé comme révolutionnaire, lancé par un ancien de chez Google.

Résultat, après avoir patienté longuement sans info pour compléter cette annonce gonflée, toutes les personnes “sélectionnées” qui avait pu confier leur adresse email au site en échange d’un compte de test se sont précipitées pour voir le visage de la belle. Où en l’occurrence plutôt de la bête.

Parce mon ami, l’UI est moche. Mais alors, très moche. Et aussi chargée que le maquillage d’une pute du bois de Boulogne, avec des menus imbriqués tellement concentrés que même Yahoo! n’aurait pas osé les mettre sur leur portail.

Page d'accueil de Volunia

Page d'accueil de Volunia

Cela aurait pu se pardonner, si les résultats de recherche étaient à la hauteur des prétentions du prof de mathématiques qui aurait créé l’algorythme HyperSearch pour Google. Sauf que non, peau de balle, Volunia vous retourne au mieux l’équivalent de la page 3 de Bing.

Histoire de rajouter une bonne raison de ne jamais retourner sur le site, Volunia se veut un moteur de recherche social:

  • Vous pouvez laisser des messages sur les recherches.
  • Voir vos amis en ligne.
  • Partager des résultats.
  • Etc.

Sauf que les geeks qui cherchent une alternative à Google, c’est justement pour fuir Google +1, le Google bubble, et toutes ces saloperies du Web social 2.0. Toujours le même problème vous savez, on veut voir le cul des autres, et on veut pas que les autres voient le sien.

Bref, j’aborderais pas Volunia si je la croisais dans la rue. Je reste avec DuckDuckGo. Elle a un look bizarre, des conversations limitées à l’anglais, mais elle regarde pas dans les historiques de mes appareils électroniques quand j’ai le dos tourné. Et elle est toujours partante pour un quicky.

Belle de loin, loin d'être belle

Belle de loin, loin d'être belle

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Utilisez <pre lang='python'>VOTRE CODE</pre> pour insérer un block de code coloré

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.