Little things 16


Terminer un stylo bic ou une gomme.

Éclater du papier bulle. Dont quelqu’un a besoin.

Passer une porte en train de se fermer sans la toucher.

Connecter un périphérique USB dans le bon sens d’un seul coup.

Vider une bouteille et remplir pile poil un verre avec. Ni trop, ni pas assez.

Marcher uniquement sur les bandes blanches du passage clouté sans changer de rythme.

Avoir un ascenseur qui s’ouvre et se ferme exactement calqué sur la basse du morceau qu’on écoute.

Coder un snippet d’une traite, sans regarder la doc, et l’exécuter pour voir que ça marche exactement comme prévu.

Mais dans notre métier, rien ne bat le sentiment jubilatoire de gagner 5 secondes en utilisant les raccourcis de son éditeur.

16 thoughts on “Little things

  • fassil

    Ouaip, ou pour la dernière petite chose, de son environnement de bureau libre/préfèré, quand on a pas succombé à la “jobienne” stupide mode de maculer de la Full-Hd de trâces de doigts…

  • Sam Post author

    Le trombonne vient faire chier les boulets qui commencent un troll vieux de mille ans en commentaires. Peut être que je devrais lui faire auto supprimer le commentaire, ça irait plus vite.

  • kontre

    Même quand tu utilises un raccourci clavier tellement foireux que ça ne te fais pas gagner de temps (genre Alt+Shift+H), ça reste jubilatoire.

    Pour l’ascenseur, à chaque fois qu’il se passe un truc “pile au bon moment” je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’en fait il y a une petite place de temps où un humain va considérer que c’est pile au bon moment (suivant les cas, ça peut aller que quelques dizaines de ms à quelques secondes voire minutes). Ça casse complètement le truc. Putain de cerveau.

  • cyp

    Pour les raccourcis ça marche aussi avec son navigateur web..
    Ça m’a pris du temps, mais je me suis enfin intéressé aux bang de DuckDuckGo et par la même occasion ça m’a motivé pour améliorer ma connaissance des raccourcis de Firefox.
    Le tout couplé à l’awesome bar, c’est vraiment le pieds d’avoir sa page de doc, son article wikipedia ou sa google maps affiché sur son écran en même pas le temps qu’il aurait fallut a son poignet pour faire le trajet clavier souris ;-p

  • Réchèr

    Il y a aussi la version noire des little things :

    Prendre une boîte de gâteau dans le placard et s’apercevoir qu’elle est vide, car le boulet précédent a pris le dernier et n’a pas jeté la boîte.

    Commencer à taper du texte et se rendre compte que le focus n’est pas sur une zone de texte et donc on a tapé dans le vide.

    Se cogner la gueule contre une porte vitrée car on n’a pas vu que y’avait une porte.

    Réaliser qu’on doit ennncoore se couper les ongles.

    Passer une heure à rechercher l’image de cul qu’on voulait dans sa bibliothèque de 10 000 images de cul, parce que non, on n’a pas tagué ni indexé ses images de culs.

    Tout ce qui est dit dans “La tristitude”.

    Prendre un train pour 4 heures de voyages et s’apercevoir qu’il n’a pas de prise de courant, alors qu’on a qu’une autonomie de 2 heures avec son portable.

    Mais rien n’est plus anti-jubilatoire que les bugs aléatoires non reproductibles survenant dans le code fait par un collègue, et qu’on doit régler parce que le collègue a pas le temps / s’est barré.

  • J

    Vraiment, Sam ? Je pensais que tu étais du genre à regarder le bout du câble USB pour savoir dans quel sens le brancher. Quelle déception !

  • Aurélien

    Laissez moi partager avec vous une astuce qui vous fera, je l’espère, gagner quelques secondes et économiser quelques jurons lors de la connexion d’un périph USB.

    Sur un connecteur standard (Type A, les rectangles plats), une des faces présente un petit logo USB (la fourche bizarre à trois branches). Cette face est la face “visible”, ce qui veut dire que quand on branche par exemple une souris USB sur son portable, cette face doit être au dessus.

    C’est même marqué dans la spec USB:

    The USB specification states that the required USB icon must be embossed on the “topside” of the USB plug, which “…provides easy user recognition and facilitates alignment during the mating process.”

    https://en.wikipedia.org/wiki/USB#Usability_and_orientation

    Et comme c’est “embossed”, on peut même (plus ou moins) reconnaître la face à l’aveugle, avec ses petits doigts boudinés.

    D’après mon expérience, c’est fiable à 100% pour les connecteurs A, un peu moins pour les mini et micro USB.

  • Sam Post author

    On connait, mais :

    – tous les dispositif avec un port USB n’ont pas ce signe imprimé (par exemple, les piles USB)
    – tous les dispositifs avec le signe ne respectent pas la norme
    – tous les port femelle ne respectent pas la norme
    – ça présuppose qu’il n’y a qu’un seul sens par lequel on puisse prendre son périphérique qui contient la prise femelle. Un ordi avec un écran pliable se prend dans les deux sens
    – quand un périphérique à prise femelle est vertical (par exemple un écran HD), on fait quoi ?
    – même en présupposant que tout respecte la norme et qu’il n’y a qu’un sens évident pour le périphérique, il faut se souvenir de regarder le signe (il ne saute pas au yeux), et mentalement faire le rapprochement avec l’a bonne orientation si on a saisi son périphérique dans le sens inverse (par exemple, mon chargeur d’ordi possède un slot USB, mais son orientation change souvent)

    La différence entre la théorie et la pratique, c’est la pratique.

  • J

    Tiens, je n’avais jamais remarqué que le logo USB indiquait le dessus ou l’avant de la prise. Je regarde juste où sont les moitiés pleine et creuse du connecteur : la moité pleine va en bas / derrière. Ça se sent au toucher si on est dans l’obscurité.

Leave a comment

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.