Les abréviations de la prostitution et des Escorts, vous connaissez ? 40


Avec tous ces nouveaux riches – et oui il n’y en a jamais eu autant – les sites d’escorts ont poussé comme des champignons, de même que les forums spécialisés dans le recenssement des lieux à filles de joies.
Et ça tombe bien c’est la saison des champignons ! Alors voici un petit guide des abréviations que vous risquez de trouver sur ces champig…sites quand vous serez riches et que vous comprendrez que les boudins de Meetic ne servent à rien (pour un riche) et que vous chercherez de la bombe atomique comme Aria Giovani.

A
ATMAss To MouthDans le cul puis dans la bouche
B
BarebackWithout condom.
Sans capote !
BBBJBare Back Blow JobTurlute sans capote
BBWBig Beautiful Woman
Sauvez Willy
BDSMBondage, Discipline, Sado-Masochism.
je te fouette, tu me fouettes..
BFEBoy Friend Experience
Toi t'es un pote...
BJBlow JobTurlutte
BLSBall Licking and Sucking
Voir ici
Brown Shower Defecation on your partner.
se faire chier dessus
BSBody slidemassage à l'huile
C
CBJCovered Blow JobPipe avec capote
CFMCome Fuck MeSe dit d'une fille qui sent le cul
CIMCum in Mouth
Une bonne giclée de sperme dans la bouche
COBCum on Breast
Ejac sur les nibards
COFCum on FaceEjaculation faciale
D
DFKDeep French Kissing
Avec la langue régis ! Et bien profond
DSDoggyStyle. Man behind girl, girl on hands and kneesMon petit poney...
DPADouble Penetration Anal
2 bites dans le cul
DTDeep Throat
Gorge profonde
F
FJFoot jobbranlette avec les pieds
FKFrench KissingAvec la langue
FKKFrei Körper Kultur Maisons closes fleurissants aux abords des routes allemandes...
FSFull Service Je vous fait le parebrise avec ça ?
G
GFEGirl Friend Experience
C'est comme si t'étais ma meuf, tu me coûte autant mais au moins je te baise.
GSGolden Showerse faire pisser dessus
H
HEHappy EndingMassage avec finition
HJHand Job
Branlette à la main
L
LTLong TimeRelation d'au moins 24 heures avec une Biatch. Ex: Kany West est en LT avec kim Kardashian
O
OWOOral WithOut a condomTurlutte sans capote, voir BBBJ
OWOTCOral Without Condom To Completion
Turlutte sans capote avec éjac
P
PSEPorn star ExperienceBaise comme une actrice porno
S
SOMFSat On My Face
voir la dernière image de ça
STShort TimePrendre une Biatch pour 1 heure et la remercier.
T
Tossing SaladAnalingusse faire bouffer le cul
TSTransexualMon frère depuis que je l'appelle ma soeur
TUMATongue Up My Ass
Se faire mettre la langue dans le trou de balle, en général quand on ose pas embrasser.
W
WFWild FuckBaise déjantée

J’ai du en oublier quelques unes mais en gros avec ça on s’en sort déjà pas mal au moment de choisir le dessert.

Et N’oubliez pas la célèbre citation de George Simenon :
“Les filles que l’on paie ne sont pas celles qui nous coûtent le plus cher…”

40 thoughts on “Les abréviations de la prostitution et des Escorts, vous connaissez ?

  • Max Post author

    ha si t’as des liens propose je les rajoutes, ça peut être marrant :)

  • chassegnouf

    Ca risque d’être moins funky mes vidéos (pas branchées vagin).

    A ce propos, il manque un incontournable : JO pour Jerk Off

    D’ailleurs, j’ai une question de candide : ça se dit aussi (JO) pour une fille ??

  • Sam

    Non, les femmes fontaines sont appelée squirters, donc elles “squirt” :-)

    Après j’avais envie de mettre un warning sur le côté fake de ces ejacs féminines, mais j’ai réalisé que c’était inutile. Après tout, qu’est-ce qui n’est pas fake dans le porno :-D ?

  • Max Post author

    @desfrenes, moi j’ai accès au site meme sans www, pas toi ?

  • Etienne

    Ce qui est marrant aussi c’est que tout ça c’est des codes relatifs à un domaine particulier. Tu changes de domaine et ça signifie plus la même chose. ATM par exemple peut signifier Asynchronous transfer mode ou bien Animaux trouvés mort (Wikipedia:ATM). Comme quoi tout est dans tout, dans le cul et dans la bouche.

    J’aime bien GS, c’est poétique je trouve…

    Et donc le “cul” de “Python, Django, Git et du cul” ça veut dire que vous êtes dans le porno?

  • Sam

    Oui. Et en plus vous allez sur nos sites bandes de cochons. Ne niez pas, on a des trackers partout. Mouahahahah.

  • Etienne

    Moi!! Jamais!! J’ai toutes les femmes que je veux! Qu’à m’baisser! Et puis l’onanisme est un grave péché, pas envie de pourrir en enfer…

  • Etienne

    Cela dit j’irais bien jeter un coup d’oeil sur un de vos sites, histoire de me cultiver :)

  • Sam

    Si on expose nos sites, on perd notre anonymat. Donc, pas de lien vers nos sites sur Sam et Max :-)

  • Etienne

    Je m’en doutais un peu, vous l’auriez déjà fait.

    Cela dit, sur un autre plan, si vous manquez d’inspiration ça m’intéresserait de vous lire sur votre expérience. Genre Max par exemple et comment il s’en est sorti comme autodidacte (un truc qui m’intéresse particulièrement en ce moment c’est: comment s’organiser pour développer de trucs un peu gros quand on doit tout faire soi-même). Aussi sur la manière de “convertir” le visiteur qui reluque et ne fait que passer en client qui paie (je suppose que ça joue sur la frustration de ne pas en avoir assez, sur les petits pas aussi…).

  • Sam

    Bonne idée.

    Contrairement à Max, je ne vis pas de revenus de site, donc je vais lui laisser la parole sur ce point.

  • Max Post author

    @Etienne

    Ca serait un peu long à tout raconter mais en gros je dirais que j’ai beaucoup d’idées, des farfelues et des pas trop mal, je suis devenu autodidacte par la force des choses parceque je voulais concrétiser mes idées.

    Les idées ça ne s’apprend pas tout comme être un bon programmeur, on a des dispositions.

    Quand tu as tout à faire toi-même tu galère, surtout si tu n’as pas les compétences, par exemple quand j’ai commencé je n’y connaissais rien en admin system et j’avais un site à 100 000 visisteurs / jour, 7 serveurs à administrer pour faire tourner tout ça, j’ai passé des nuits blanches et j’en ai chié, même maintenant il y a encore beaucoup de trucs qui bloquent.

    Je pense pas qu’il y ait de miracle, tout faire tout seul, soit t’es un très bon, soit tu sous-traite une partie. les choses sont un peu plus simples de nos jours avec le Cloud, plus trop besoin de se soucier de la partie serveur quand c’est pas des sites qui demandent des besoins spécifiques (streaming, etc)

    J’ai pas vraiment d’organisation, c’est plutôt du feeling, j’évalue au jour le jour les priorités, mais je ne me couche pas avant d’avoir fini ce que j’ai commencé, c’est ma règle d’or.

    Pour ton projet un peu gros je le découperais en plusieurs parties et j’essayerais de le sortir avec plusieurs MAJ , ça permet de sortir un truc rapide et qui commence à vivre, ensuite le faire évoluer.

    Pour monétiser un site c’est chiant. Ca dépend de la catégorie du site, de la langue, perso j’ai toujours fait dans l’américain/Internationnal, le Fr pour moi c’est mort, si ton site se fait bannir de Google Adsense t’as aucune autre régie FR qui vaut le coup.
    Et pour ce qui est de convertir le visiteur ben faut donner envie ou tabler sur la masse. Dans le cul il y a des niches superbes qui vendent bien (kink.com) mais des gros sites comme Youporn tablent sur le volume de visiteurs et ont certainement des ratios de conversions très mauvais mais ils s’en foutent à mon avis, ça brasse un max.

  • Etienne

    Je vais retenir ton idée de découpage et MAJ, c’est sûr. Idem pour l’international. Ça fait un moment que la facilité avec laquelle on se fait bannir d’Adsense m’inquiète.

    En ce qui concerne “tout faire tout seul”, je décide que je suis très bon :)

    En tout cas ça me parle ce que tu racontes: “les idées d’abord”, “la monétisation c’est chiant”. J’ai besoin de faire des trucs que je trouve intéressant. Rien à foutre si je dois galérer et bosser comme un malade, ça me fait pas peur. C’est mener une vie qui me fasse chier qui me fait peur.

    Tiens, une autre question les gars: c’est quoi pour vous un bon programmeur?

  • Sam

    En dehors des considérations ordinnaires qui sont valables pour tous les métier: c’est un mec qui produit un code de bon rapport qualité / prix :-)

    Qualité: marche, satisfait l’utilisateur et est livré à temps.
    Prix: coût de dev, de maintenance et d’insertion dans le projet et l’équipe.

    C’est une question d’équilibre. On arrive jamais à avoir tout au vert.

    Le plus important est “satisfait l’utilisateur”.

  • Etienne

    J’ai la curieuse impression que tu serais plus prolixe si on te demandais ce qu’est pour toi un bon formateur…

  • Sam

    Pas exactement. Je ne vis pas des formations, c’est un complément. Je suis principalement dev. Et grosso modo pour les formateurs ça se resssemble: “ça marche => les gens comprennent” et “satisfait les utilisateurs => ils pensent que le cours valait le coup”.

    Les grandes vérités sont rarement compliquées. Complexes oui, mais pas compliquées :-)

  • Etienne

    Ouaip… T’es vraiment pragmatique toi. Moi qui espérait une bonne petite recette à suivre :)

  • Max Post author

    Ta question est vague faut dire :)

    Bon programmeur en solo, en équipe, à son compte, pour une boite ? je pense qu’il y a différents profils de programmeurs et que certains profils iront mieux pour certains jobs.

    exemple: Pour moi un super programmeur associable trouvera sa place seul en R&D mais ne fera rien de bien dans une équipe. A contrario un dev moyen techniquement mais qui écoute et partage verra sa place dans une équipe, etc…

    Et c’est rare de trouver un dev à la fois super bons et pas mégalo. Dans l’ensemble je dirais qu’un bon programmeur est quelqu’un qui sait écouter et aider ses collègues tout en ayant les bonnes bases en info.

    C’est balot ce que je dis car y a moins de technique que d’humain mais j’ai pu constater la place énorme que prenait le côté humain dans des projets auxquels j’ai participé et c’est vraiment super dur à gérer, ça bouffe du temps et de l’energie de bosser avec des gens associables.

    Et même si t’es tout seul ça sert car tu vas faire tester ton site à des gens, il faut savoir les écouter et comprendre leur besoin pour que tu puisse évoluer dans ton projet sans te planter.
    Ca me fait marrer quand j’entends dire des devs “Non on va faire ça et le client va comprendre…”

  • Sam

    Ah par contre pour DEVENIR bon programmeur, y a une recette à suivre.

    Elle est très simple: programmer.

    Elle marche à tous les coups :-)

    Pour devenir bon, dans n’importe quel domaine, il n’y a une méthode universelle: on essaye, on se plante, on recommence. Régulièrement, à forte fréquence.

    C’est vrai pour le sport, la drague, les entretiens d’embauche, la programmation, les échecs, les maths, la cuisine… Absolument tout ce qui ne te tue pas :-)

    Pour un programmeur, ça se traduit par:

    – faire des projets hors du boulot. Toujours. Si on en a pas un, en trouver un. Si on en a plus, en trouver un autre.
    – coder.
    – travailler en solo et en équipe.
    – coder.
    – apprendre plusieurs langages.
    – coder.
    – faire une veille d’information régulière.
    – coder.
    – quand on découvre un truc dans une veille, l’essayer.
    – coder.
    – former de gens (c’est formateur :)) et écrire des tutos. Aider sur les forums.
    – coder.
    – continuer à se former (livres, blogs, formations entre collègues ou pro, confs).
    – coder.
    – s’essayer à plusieurs paradigme: fonctionel, objet, par contrat, etc.
    – coder.
    – s’essayer à plusieurs jobs: intégrateur, designer, créateur de backend, UI, IA, scripting, sysadmin, etc.
    – coder.
    – s’intéresser à des disciplines connexes: typographie, ergonomie, sciences sociales, management, gestion des risques, sécurité, gestion de projet, etc.
    – coder.
    – s’engager dans un projet Open source.
    – kodec.

    Rater méchamment la plupart des trucs ci-dessus. En avoir marre. Arrêter. Recommencer.

    L’informatique est typiquement un discipline dans laquelle on ne peut pas devenir bon sans aimer ça car:

    – contrairement à des domaines comme le sport, personne n’a jamais poussé son enfant à devenir informaticien à tout prix. Il faut donc se motiver soit-même.
    – contrairement à des domaines comme la musique, on ne peut pas compter sur les automatismes musculaires (excluant la frappe au clavier) pour obtenir une résultat par simple répétition. On est obligé de réfléchir à ce qu’on fait.
    – contrairement à des domaines comme le commerce, avoir de bons contacts ne fera pas de toi un bon dev. Un dev friqué oui, mais pas bon.

    Si on aime ça, les points plus hauts sont faciles à mettre en oeuvre (jusqu’à ce qu’on ai une famille, après il faut faire des choix: santé, famille ou boulot => deux sur 3 max). Si on aime pas ça, autant arrêter l’info. C’est une discipline morne et triste sans la passsion. L’enseignement, la chirurgie ou l’humanitaire peuvent fournir d’autres sources de satisfaction que la pratique du métier lui même. Pas l’informatique.

  • Etienne

    (Attention le pavé! Je ne saurais reprocher à personne de vouloir éviter l’indigestion)

    Ça m’a fait pas mal réfléchir ce que vous dites. Je me rends compte que si j’ai posé cette question naïve et vague c’est que comme autodidacte je suis un peu inquiet.

    Avant j’étais sociologue. J’ai fait de la recherche quelques années. Et avant d’étudier la socio, je galérais. J’avais pas terminé les humanités. Ce n’est qu’à trente ans que j’ai repris les études avec examen d’admission et tout le tintouin.

    Là j’ai décidé de me reconvertir au développement web et de voler de mes propres ailes, comme on dit. Faisant mes premiers pas dans tout ça je me rends compte que comme autodidacte y’a un truc que je manques, c’est le fait que les études te font entrer dans l’univers d’une discipline. T’apprends -le plus souvent sans t’en rendre compte- comment on fait ceci, comme on aborde cela, ce qui pose question dans la discipline, ce qui n’es pas questionnable, des trucs “du métier”, un vocabulaire, etc., j’en passe des tas.

    Quand tu sors tu sais pas grand chose du métier, mais t’as les bases pour t’intégrer dans un univers.

    Autodidacte, tu dois apprendre tout ça par toi-même, et il n’y a pas de manuel…

    Mais voilà, après vous avoir lu, je me rends compte que ce n’est pas grave. J’apprendrai tout ça en chemin, sur le tas. C’est pas comme si je voulais trouver un job comme dev quelque part. Là on attendrait de moi un diplôme et/ou pas mal d’expérience. Pour une raison simple: l’employeur attends que tu t’insères comme un pièce bien huilée dans tout ce qui est déjà en place (c’est tout le sens des “bonnes pratiques” et des normes et standards divers: fonctionner sans accrocs, être prévisible et compréhensible par d’autre dans ce que tu fais, pouvoir capitaliser sur ton travail, etc.).

    Pour finir (tout ça commence à faire un peu tartine; d’ailleurs trombine vient de me le signaler :)), ça me rappelle un documentaire sur Pierre Bourdieu où on le voit dans une cité quelque part avec des travailleurs sociaux. Il vient parler. Il est là à pontifier devant les gars et il y en a un qui dit: “Nous on est des sociologues de gouttière”. Autrement dit, les profs et les diplômés n’ont pas le monopole du savoir.

  • Sam

    Je te rassure, même maintenant je me pose toujours ce genre de question. C’est le jour où on est certain de sa valeur qu’on arrêter de progresser.

  • Max Post author

    les plus créatifs sont les autodidactes, les plus productifs sont ceux qui ont fait une école j’ai remarqué. Par contre TOUS ceux qui ont fait une école m’ont parru “bloqués” dans la créativité, je pense que l’école te donne les bases mais aussi t’impose des limites virtuelles.
    Des trucs du genre “non on peut pas faire ça parce que ça se fait pas”, je pense qu’une équipe gagnante c’est le mélange des deux.

  • Etienne

    @Max “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’on fait”

  • Max Post author

    exactement :) c’est quel film ça ? ou quel président américain qui l’a dit ? ça me dit quelque chose :) c’est pas pour le voyage sur la lune ?

    edit: Ha c’est Mark Twain

    Faut citer les sources Françis !

  • Etienne

    mea culpa. J’ai lu ça sur un blog quelque part, j’ai bien aimé. Pas cherché plus loin.

  • mikelooove

    Il te manque dans la liste :

    AR(A) : Se faire lécher l’anus (L’escort lèche)

    AR(P) : Se faire lécher l’anus (L’escort se fait lécher)

  • Kris de Paris

    Marrant, je me suis fait attirer par le titre. Et les posts sont à des années-lumières du sujet. J’ai l’impression d’être sur un forum de technos du web. Ben moi aussi, ma règle d’or, c’est de ne jamais me coucher avant d’avoir fini le projet que j’ai en cours !
    Bonne continuation neuronale.
    K.

  • Boris

    Putain. J’adore votre boutique. On passe du cul au code, sans préavis et sans heurts. Les com poutrent souvent autant que l’article. Merci, changez rien ! (Depuis le temps que vous me faites rêver, fallait que ça sorte. Grossièrement.)

  • Sam

    Pas une abbréviation d’escorte.

    Ca veut dire soit “screen name”, son nom de scène:

    S/N: tatiana.

    Soit, “side note”, c’est à dire une précision:

    S/N: GS actif uniquement.

  • Dujardin

    Salut, cool cet article. Il y aussi le MSOG (multiple shot on goal) pour ceux qui ont une bonne santé et qui aime le côté footballistique de la chose. C’est peut-être bien d’illustrer le propos par une étude de terrain.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <pre> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.