Le problème avec les plans de cours 5


Quand je suis sollicité pour une formation, l’organisme demandeur requiert souvent un plan de cours.

Je le fournis toujours, et la première chose que je fais en commençant la formation, c’est de le mettre à la poubelle.

Pourquoi ?

D’une part, j’essaye toujours de contacter les participants avant, afin d’analyser leurs besoins réels. Pas ceux imaginés par l’organisme de formation, les RH, le training manager, le chef d’équipe ou leur fanstasme sur ce qu’ils doivent faire.

Non, je demande ce qu’ils font au quotidien, leurs missions, leurs postes, leurs tâches, leurs envies, leurs styles, leurs objectifs et projets. J’en déduis des notions clés, et je leur propose. Ils me corrigent, et on arrive à quelque chose d’utile.

Mais même ainsi, si je me limitais à organiser ces notions en un document avec des grands titres qui regroupent tout ça par thème ou pas unité de temps, puis ordonnés sous forme de liste, je ne remplirai pas ce contrat le jour J.

En effet, un plan de cours est linéaire, tandis que l’enseignement ne l’est pas.

Prenez par exemple les chaînes de caractères. On pourrait se dire que c’est la base, on en parle au début et c’est bon.

Pas du tout.

Voici toutes les notions liées aux chaînes de caractères en Python qu’on peut aborder dans une formation pour débutants :

  • print
  • donnée vs représentation
  • formatage
  • concaténation
  • transformation
  • recherche
  • immutabilité
  • itérabilité
  • indexabilité
  • hashabilité
  • préfixes et caractères d’échappement
  • bytes vs string
  • charset
  • python 2 vs python 3
  • docstrings

Et là je ne parle même pas de la notion du sens du texte. Je ne parle pas des fichiers. Je ne parle pas d’extraction complexe avec des regex. Je ne parle pas de l’utilisation du texte dans un protocole de communication ou un outil de sérialisation. Je ne parle pas de format de contenu comme sphinx ou les doctests. Je parle bien juste de la structure de données, le truc le plus basique du langage, une des notions les plus primitives qui sert de socle à toutes les autres.

Bien entendu tous ces aspects ne sont pas utiles tout de suite, et on les introduit au fur et à mesure de la formation. Contextuellement.

Toutes les notions sont comme ça. Les centaines nécessaires à l’apprentissage du langage ont de multiples facettes, qui ne sont pas présentables en bloc.

On ne les enseigne pas pour en faire le tour, on en prend un petit bout, on le mélange avec le reste, comme on prendrait des fils qu’on croiserait alors pour tisser un vêtement.

Un plan qui dirait: on voit les strings ici, et c’est finit, ne ferait que mentir. Mais un plan qui dirait la vérité ferait 10 pages de listing alambiqué rempli de concepts qui s’entrecroisent sans même donner leurs interactions pourtant indispensables. Dans tous les cas, rien de pertinent.

Pourquoi je l’écris alors ?

Essentiellement pour deux raisons :

D’abord une raison administrative. Beaucoup de dossiers requièrent un plan, afin de démontrer que le prestataire sait de quoi il parle. Mais surtout, les commerciaux ont besoin d’un plan pour avoir quelque chose de concret sur lequel s’appuyer pour faire leur vente.

La seconde raison est pour que les gens qui vont à la formation, sachent à quelle sauce qu’ils vont être mangés. C’est vrai, le plan ne reflète en aucun cas la réalité de la formation, mais il va donner une idée de ce qu’on va aborder. On peut ainsi faire ses choix, demander des amendements, s’y préparer, etc.

Aussi, quand vous faites un cours, ne rejetez pas l’importance de faire un plan. Mais libérez-vous en dès que vous faites le premier pas dans la salle de cours. Il est des contrats qu’il faut savoir briser.

5 thoughts on “Le problème avec les plans de cours

  • viki53

    Exactement ce que je pense à chaque fois qu’on me demande de préparer une formation. Y compris quand le plan m’est fourni d’avance (c’est d’ailleurs pire, car souvent ces plans ne sont pas préparés par des experts, donc pas forcément adaptés).

    C’est d’ailleurs dommage de préparer un plan avant de connaître le public visé. C’est plus un truc à faire fuir certains devant certains termes spécifiques, alors qu’il s’agit souvent de concepts simples à comprendre s’ils sont bien expliqués.

  • ant_tex

    “un plan qui dirait la vérité ferait 10 pages de listing alambiqué rempli de concepts qui s’entrecroisent sans même donner leurs interactions pourtant indispensables”.

    Je pense qu’un plan de cours traduit une évolution logique dans les apprentissages. Il étalonne et hiérarchise les nouveaux concepts. Et sa structure est en soi un cheminement intellectuel. Mais comme toute démarche cognitive, un plan n’a absolument pas la nécessité d’être linéaire. Pour la documentation d’une API, si, afin de répondre à des objectifs de référence, d’exhaustivité, etc.. Mais pas le plan d’un cours. Un plan de cours doit être lui-même didactique. Et à mon avis, c’est précisément là, l’un des défis les plus difficile de la pédagogie.

  • Matus Christophe

    Bonjour,

    Je préciserais une troisième raison à la fin de votre article : le plan de cours fait partie intégrante d’un dossier de financement auprès d’un OPCA. Mais il n’est toutefois pas suffisant : les mentions des objectifs pédagogiques, des compétences devant être acquises, des moyens utilisés par le formateur, des modalités d’évaluation, … sont autant d’éléments exigés par les OPCA et indispensables aux apprenants pour comprendre comment est pensé le dispositif de formation.

    Je préciserais également que le formateur qui fait son métier, et qui fait donc preuve d’adaptation auprès de ses publics, déroge à une progression pédagogique qu’il aurait déjà divulguée voir signée. Il a donc, au minimum, tout intérêt à en informer son responsable, voir lui remettre une fiche explicative à la fin de chaque intervention. Ceci, au cas où des apprenants viendraient à se plaindre de son travail…

    Christophe Matus

    Ingénieur pédagogique multimédia

    Formateur indépendant

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Utilisez <pre lang='python'>VOTRE CODE</pre> pour insérer un block de code coloré

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.