La branlette fait faire des économies 28


Vous connaissez cette sagesse populaire qui incite à ne jamais faire les courses le ventre vide ?

J’aimerais ajouter une règle d’hygiène de vie qu’il vaudrait enseigner dès le collège à tous les mâles en devenir : branlez-vous avant l’action.

Par action je n’entends pas la session de pirouette basque avec la voisine, bien que selon la situation ça puisse être une bonne stratégie.

Non, je parles de remplir un objectif qui demande un minimum de prise de décision suivi d’une action ou d’une interaction sociale majeure.

Dans Le Loup de Wall Street, qui n’est pas un monument du cinéma mais reste un divertissement scorcesien décent, un personnage secondaire résume bien le principe :

Et la raison est que, en plus de faire diminuer les tensions, se palucher un coup améliore sérieusement la capacité de choix, en retirant temporairement du diagramme décisionnel de votre tête tout un tas de losanges jaunes, biologiques et psychologiques.

Évidement, certains pourraient répliquer qu’il faudrait mieux avoir du self control, du recul et la capacité à gérer les situations en dehors de sa zone de confort.

A cela je répliquerais que oui, mais en attendant que chacun fasse murir le Clint Eastwood qui est en lui, un paquet de kleenex propose un bon rapport qualité/prix.

Avant un entretien de job, branlez-vous.

Avant de faire un gros achat, branlez-vous.

Avant d’aller dans une intense réunion, branlez-vous.

Avant de faire une code review, branlez-vous.

Avant de valider une mise en prod, branlez-vous.

Le seul cas où je ne recommande pas de se masturber, c’est pour la drague, contrairement à ce qu’on dit dans Marie à tout prix :

You choke the chicken before any big date, don’t you? Tell me you spank the monkey before any big date. Oh my God, he doesn’t flog the dolphin before a big date. Are you crazy? That’s like going out there with a loaded gun! Of course that’s why you’re nervous. Oh my dear friend, please sit, please. Look, um, after you’ve had sex with a girl, and you’re lying in bed with her, are you nervous? No, you’re not, why?

Parce que conserver une érection en suspens, ça garde motivé pour tendre vers son but, si je puis dire.

Pour le reste, dans le doute, branlez-vous.

Il en restera toujours quelque chose, n’est-pas ?

28 thoughts on “La branlette fait faire des économies

  • buffalo974

    “se palucher un coup améliore sérieusement la capacité de choix, en retirant temporairement du diagramme décisionnel de votre tête tout un tas de losanges jaunes, biologiques et psychologiques.”

    Waow, c’est génial.

    Ce que j’ adore en lisant tes post, c’ est cette créativité. Un mot me vient pour

    à l’ esprit pour l’ expliquer : synesthésie.

    T’as un joker planqué dans la poche, c’ est clair.

  • LeMeteore

    @Cristophe Je te rassures, il existe autre chose d’important ds ma vie, (enfin, je l’espere). Contexte: je suis freelance basé a Dakar et je te promets qu’ici, j’ai des clients pr lesquels je suis forcé/obligé/contraint de faire des mises en prod avec du ftp. Si ça t’es deja arrivé, tu comprendras de quoi je parle :)

  • jeremy

    Moi je travaille dans un lycée avec des esthéticiennes partout, avant d’embaucher, un petit tour sur Youporn est obligatoire pour pas etre malade toute la journée et démonter une chèvre en revenant

  • ultra

    1ère chose :

    Des études ont été faites sur des sportifs de haut niveau pour savoir si un rapport sexuel avant un match les rendraient plus performant.

    Et bien le résultat est kif kif.

    2ème chose :

    C’est une étude qui date d’il y a 20 ans, à l’époque ou internet n’existait pas encore.

    En prison les détenus étaient un peu tendus (pas que de la bite) alors les gentils geôliers ont pris un abonnement canal+ pour le porno du samedi soir qui était diffusé dans les cellules. Et bien ça a détendu tout le monde.

    3ème chose :

    Beaucoup décrient les méfaits du porno sur la société.

    J’attends de voir des études sur l’apport bénéfique du porno à la société mais c’est trop politiquement incorrect de le dire.

  • Sabcat

    Rhaaaalala. Je dois aller à un entretien d’embauche demain, puis acheter une voiture avant de faire une mise en prod…

    J’aurais jamais assez de Kleenex.

  • Thomas

    @ultra

    “Beaucoup décrient les méfaits du porno sur la société.

    J’attends de voir des études sur l’apport bénéfique du porno à la société mais c’est trop politiquement incorrect de le dire.”

    Documentation sérieuse ici : http://yourbrainonporn.com/

    Conf TED du type qui a lancé Your Brain on Porn : https://www.youtube.com/watch?v=wSF82AwSDiU

    Communauté reddit ici : https://en.reddit.com/r/NoFap/

    Les mecs m’ont convaincu, du coup j’ai essayé ; je me suis pas branlé depuis le 30 décembre 2014 (159 jours). Objectivement, c’est vraiment pas que des conneries. J’ai réellement ressenti une différence. A noter qu’à la base je me considère pas comme quelqu’un ayant très peu de confiance en lui. Ça m’a réellement surpris.

    J’ai posté un résumé sur reddit ici : https://en.reddit.com/r/NoFap/comments/328uzl/100_days_for_years_trying/

  • ant_tex

    Intéressantes réflexions… Effectivement, passé la dizaine d’heures sur un sujet en particulier, une bonne branlette me permet de rester droit dans mes bottes et droit dans mon slip. Ca c’est le côté concentration. J’ai également constaté chez moi qu’être à couilles vides ou à couilles pleines avaient presqu’autant d’impact dans les relations humaines qu’être sobre ou à 3 grammes dans chaque bras. Ca, c’est le côté décisionnel. Après, j’imagine qu’on peut encore se tripoter la nouille pour définir ce qu’est une bonne branlette.

    Côté décisionnel, faut arrêter avec les clichés Hollywoodiens ou de Wall Street: une décision importante, ne se prend pas sur un coup de tête, ni sur un coup de bite. Si on n’est pas Clint Eastwood, une bonne idée, serait de se connaître suffisamment pour savoir dans quels états on est susceptible de ne pas porter le même jugement, ni d’avoir la même décision. Et d’étudier le problème dans ces différents états. Perso, les meilleures décisions que j’ai prises (ex: embrasser une Géraldine, me mettre au Python, lire ce blog), je les ai prises en étant bourré. Par contre, être sous l’empire du gibolin, c’est le pire état dans lequel je puisse être pour “communiquer” ma décision.

    Côté concentration, y’a pas photo (de porno): ça marche tout à fait, mais ponctuellement. A vrai dire, aussi bien qu’une clope, ou qu’une pause café. Ou toute autre substance à ta convenance. Comme tu le dis à peu près: ça libère des petits losanges jaunes dans nos cerveaux qui font que pour s’enfiler une PEEP de 3 heures, on y retourne la bouche en coeur. Le problème, c’est qu’à force, le cerveau au lieu d’être apaisé par la présence des petits losanges jaunes, finit par prendre ça pour du normal. Et quand il n’y a plus de petits losanges jaunes, par contre, là, il refuse de se concentrer sur cette putain de tâche de merde qu’on aimerait bien torcher. Du coup, on ne s’enferme plus dans les chiottes pour se branler en fumant un clope et en buvant un kawa afin de se concentrer, mais afin d’être moins déconcentré par le manque. Et au lieu de dégorger le poireau au bout de 10 heures de travail, on va aux chiottes avant d’entamer une tâche… et d’y retourner toutes les 120, 100, 80, 60 minutes…

    Concernant la bonne branlette, avec les années, je dirais qu’il est probablement difficile pour tout un chacun de faire la distinction entre ses phantasmes perso, et les fantasmes imposés par le pr0n dans l’enthousiasme des clics frénétiques. Mais c’est encore une autre histoire…

  • ultra

    Décidément, internet c’est génial.

    Il y a des confs TED sur le sujet.

    Il y a des communautés de “non masturbateur” qui se créent pour établir des records d'”abstinence” ou chacun se “high five”.

    Dans ces jours ou les “puissants” veulent brider internet parce qu’il y a du “pire” dedans, chaque jour je me dis qu’internet est un moyen de communication incroyable ou les “branleurs” peuvent discuter avec des “non branleurs” du monde entier sur les bons ou méfaits de la branlette.

    Peu importe qu’on soit du même avis ou pas, peu importe du sujet, ce qui compte c’est d’en discuter.

  • ffilou6

    Mes vagues connaissances, et cela dépend des individus, lol :-D xD ainsi que de la vitesse, de la fréquence, de l’intensité, du contenu de la ou des pensées, des émotions, des fantasmes, de l’état d’esprit, etc.=

    pendant la masturbation, il y a une sorte de tension qui monte, un peu comme lorsqu’on chauffe de l’eau dans une bouilloire ou autre récipient hermétique dont je ne suis pas sûr du nom;

    au bout d’un moment, il faut bien s’occuper de la tension, de la pression, sinon ça va exploser; donc le corps fait ce qu’il peut : envoyer, disperser toute cette énergie dans le reste du corps humain, et ou “exterioriser” ou “externaliser” une partie de cette énergie… Ce qui explique pourquoi chez les hommes l’éjaculation est (souvent, mais pas tout le temps) lié aux orgasmes, et que chez les femmes leurs orgasmes sont + intenses (car elles n’éjaculent pas forcément), la majeure partie de l’énergie est envoyée dans le corps, moins de perte externe d’énergie;

    ceci explique aussi pourquoi les femmes peuvent + facilement recommencer à enchainer les masturbations et faire des “chain combos” d’orgasmes lol… Et pour ceux qui s’y connaissent en méditation, travail du souffle, yin yang, kama sutra, etc. l’homme est plutôt donneur, la femme plutôt receveuse; mais comme dit au début du message, ça dépend des individus…

    Il y a des individus qui n’éjaculent pas, mais le corps ayant besoin d’externaliser l’énergie, au moment de l’orgasme: y en a qui pleurent, d’autres qui crient, d’autres salivent et bavent beaucoup, d’autres (désolé) “défèquent” un peu, et d’autres qui transpirent d’un coup beaucoup + qu’un boxeur qui sort d’un sauna…

  • joshuafr

    Du coup, avoir un lien sur korben.info pour de la branlette, normal :)

  • buffalo974

    J’ai lu un science et vie dans lequel on faisait passer des IRM cérébrales à des volontaires. Les images étaient regroupées en fin d’ expérience en fonction du corps de métier des cobayes.

    Par exemple les taxi avait une activité dans le repérage 3d fort développé, les musiciens sur la coordination dans le cervelet etc etc.

    Je me demande si le fait de coder interfère dans notre communication avec les gens

    par rapport à si on n’avait jamais coder. Par extension, sur les échanges plus intimes.

  • Sam Post author

    Si, forcément. Tu connais pas la blague : “chérie, va chercher une bouteille d’eau. Si ils ont des oeufs, prends en 6″ – plus tard… – “pourquoi tu as ramené 6 bouteilles d’eau ?” – “ben ils avaient des oeufs”

  • f4nf

    Bien le bonjour :) Je suis votre boutique depuis plusieurs années, j’avais quelques mois de retard, et en dépilant j’ai failli crever de rire devant ce post. Merci bien à vous les gars, et aux commentateurs en général, vous me faites toujours autant rêver :D (commentaire réalisé sans vidange préalable, tant pis pour les consignes)

  • Albur

    Un commentaire YouTube sous la vidéo donne un lien vers un site qui affirme que la masturbation (au moins masculine, en tout cas) a des effets néfastes pour la santé (notamment l’acné et la perte des cheveux) :

    http://www.herballove.com/guide/hair-loss-caused-over-masturbation

    Au vu de cela, il est grave de pousser des gens à se lancer dans cette pratique ; comme les drogues au sens usuel du terme, le plaisir à court terme semble se payer par des dommages à long terme.

    ultra (07/06/2015 at 13:19) :

    Si beaucoup décrient la pornographie, c’est tout simplement parce qu’elle est bel et bien nocive, comme l’ont montré plusieurs études (et intuitivement, on pouvait facilement s’en douter) :

    http://www.theoccidentalobserver.net/2012/09/pornographys-effect-on-the-brain-part-1/

    http://www.theoccidentalobserver.net/2012/09/pornographys-effect-on-the-brain-part-2/

  • Sam Post author

    Ayant fréquenté des gens de tout milieux, et toutes pratiques sexuelles, je peux sans hésiter affirmer que ceux qui étaient à l’aise avec la masturbation et la pornographie étaient les plus épanouies sexuellement et les plus heureux. Ce n’est pas une étude, et je ne suis pas un échantillon représentatif.

    De la même manière, les femmes que j’ai rencontré qui se masturbaient peu étaient celle qui étaient les partenaires sexuelles les moins agréables, et les plus frustrées.

    Encore une fois, je ne peux pas généraliser, mais j’ai assez confiance en mon expérience.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <pre> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.