Introduction à Ansible: l’outil du sysadmin paresseux mais pragmatique 32


Ceci est un post invité de VonTenia posté sous licence creative common 3.0 unported.

Je profite du fait que Sam & Max me donnent la parole pour vous parler d’Ansible, un programme très puissant et relativement simple dont je me sers depuis récemment (beaucoup trop tardivement à mon goût), mais qui a radicalement changé ma façon de gérer mes déploiements d’appli sur serveur.

Avant-propos : Ce guide s’adresse avant tout à ceux et celles ayant le minimum d’aisance avec les systèmes linux. Je pense qu’il est nécessaire de savoir marcher avant d’apprendre à courir, l’automatisation de configuration est une bonne chose (vous allez voir que vous ne pourrez plus vous en passer), mais si vous n’avez aucune idée de comment éditer un fichier de configuration, ou comment redémarrer un service, vous risqueriez bien d’être pris au dépourvu… Mieux vaut alors pour vous commencer par apprendre les bases de l’administration système puis revenir une fois à l’aise avec le concept.

Pourquoi utiliser un “Configuration Management Tool”

Vous vous dites : mon boulot c’est de coder, l’administration système c’est sympa 5 minutes mais ça me gonfle… Et pourtant, au final votre application sera accédée via vos serveurs, et selon leur fragilité, la satisfaction de vos clients pourrait en pâtir (ce malgré votre excellent code parfaitement testé).

En tant que dev, il serait risible pour vous de ne pas versionner votre code ou ne pas le tester. Pourtant c’est ce que vous faites avec vos systèmes en n’utilisant pas de CfM. Et personne n’est à l’abri des aléas de la vie, par exemple:

  • vous êtes hébergé dans le cloud et votre voisin d’hyperviseur s’avère maintenir un site Tor de trafic d’organes et de prostitution animalière (tout ça pour blanchir des bitcoins)… Vous apprécierez moyennement le downtime lorsque le FBI saisira le serveur que vous partagiez avec cet indélicat voisin.
  • Votre sysadmin ultra compètent pourrait se trouver dans l’incapacité d’exercer à la suite d’une banale auto-asphyxie érotique qui aurait mal tournée. Et bien évidemment il n’a rien documenté avant, le saligaud…

Bref, le genre de risque qu’on apprend à identifier quand on passe sa certif ITIL…

Les alternatives aux CfM

Je vous vois venir, me disant que vous ne m’avez pas attendu pour envisager les situations précédentes. Vous avez déjà un plan de secours, à savoir :

  • Des scripts : Si vous êtes déjà un peu plus malin que la moyenne, vous vous êtes aperçu que pour déployer une nouvelle machine, vous tapez toujours les mêmes commandes : installer vos packages, les configurer, démarrer les services. Vous aurez donc votre collection de scripts shell ou fabric pour vous aider à la tâche.

    Inconvénient : il faut être très organisé, gérer les différents fichiers de config peut prendre du temps lorsqu’il faut les modifier pour chaque serveur. Il est aussi parfois dangereux de relancer le script plusieurs fois sur la même machine, cela peut avoir des conséquences pour le moins hasardeuses.

  • Une image disque : Une fois votre serveur configuré et parfaitement fonctionnel, vous avez pris soin d’en prendre une image disque. Le saint Graal de la prod, contenant la vérité absolue. En cas de crash vous serez opérationnel en un rien de temps.

    Inconvénient : Les besoins de votre application vont évoluer avec le temps, les fichiers de configuration auront probablement changé aussi. A chaque changement vous devez refaire votre image… Ça devient assez lourd à la longue, et c’est facile d’oublier de le faire jusqu’au jour où “the shit hit the fan”.

  • Rien (ou presque) : Si vous êtes comme moi, d’un naturel optimiste, vous n’avez quasiment pas de solution de secours (à part des backups). Le jour ou votre serveur crash, vous essayez de fixer le problème, et au pire vous en re-configurez un nouveau, ce qui vous prends entre 2 heures et 2 jours, en fonction de la dernière fois où vous avez eu à le faire (je n’ai jamais prétendu être un sysadmin très compètent…). Sans aller jusqu’au crash irrécupérable, le simple fait de vouloir changer d’hébergeur peut vous faire perdre un temps précieux. Vous perdez donc en flexibilité.

    Inutile de vous dire que si vous faites parti de cette catégorie, je vous invite d’autant plus à continuer de lire.

Ansible à votre secours

Ansible est un outil open-source de gestion de configuration écrit en python (aussi dispo en version commerciale avec une interface graphique et un service de déploiement). La configuration se fait via des fichiers appelés “Playbooks”. Citons parmi les avantages :

  • Un système déclaratif : syntaxe YAML facilement lisible, ce qui rend l’apprentissage très rapide (plus qu’avec Chef à mon goût, où l’on s’empêtre très vite dans des problèmes de dépendance, et en plus je ne suis pas très fluent en ruby).
  • Templating des fichiers de configuration : qui permet d’avoir des fichiers dynamiquement générés en fonction de ce que vous voulez, tel que le rôle du serveur, ou bien dépendant d’un autre serveur. En plus le langage de template par défaut est Jinja2, ça plaira aux amateurs de Django.
  • Quasiment rien à installer. A part Ansible sur votre machine hôte, tout ce dont vous avez besoin c’est d’un accès root via SSH sur vos serveurs cibles.

Ansible ne sert pas qu’à déployer votre infrastructure, il peut aussi servir à tester et s’assurer que tous les services qui sont censés fonctionner soient bien tous actifs, et que tous les fichiers de configurations sont bien à jour. Autant vous dire que plus vous avez de machines, plus ça devient intéressant.

Je sens que j’écris beaucoup et que j’ai déjà perdu la moitié des lecteurs. Aussi je vous invite à suivre ce petit tutoriel que j’ai préparé rien que pour vous parce que vous êtes quand même sympa.

Tutoriel : Déployer une app django

Nous allons essayer de déployer l’application Django–an-app-at-a-time sur un système Debian wheezy en utilisant Ansible.

1. Préparer la machine cible

Pour les besoins du test, créer un serveur tout neuf sous Debian Wheezy :

  • Soit en utilisant Virtualbox (dans ce cas utilisez Debian netinstall). N’installez que le système de base et le serveur SSH. Seul impératif: un accès ssh via root sur la machine.
  • Si vous avez les moyens, vous pouvez aussi vous créer temporairement une machine cloud sur OVH ou digital ocean, ça pourrait être plus rapide.

2. Installer Ansible

Sur votre machine hôte (que j’assume être sous Ubuntu pour simplifier):

Installez Ansible, via pip (de façon globale sans passer par virtualenv) :
$ sudo pip install ansible

Générez clefs privée/publique si vous n’en avez pas déjà :
$ ssh-keygen

Copiez la clef publique sur le serveur cible (qui sera désigné par 192.168.1.1 dans ce tutoriel, mais bien entendu remplacez par l’adresse de votre serveur cible).
$ ssh-copy-id -i ~/.ssh/id_rsa.pub root@192.168.1.1

Créez le fichier /etc/ansible/hosts qui contiendra la liste des serveurs à gérer, et placez-y l’adresse de votre serveur:
$ sudo vim /etc/ansible/hosts
192.168.1.1

Testez que le serveur soit bien accessible:
$ ansible all -m ping -u root
devrait retourner:
192.168.1.1 | success >> {
"changed": false,
"ping": "pong"
}

Bravo, Ansible est installé et peut communiquer avec votre serveur cible. En avant pour la magie !


3. Récupérer le Playbook de démo et l’exécuter

Clonez mon repo github concocté avec amour et exécutez le playbook:

$ git clone https://github.com/Remiz/playbook-demo.git
$ cd playbook-demo/
$ ansible-playbook site.yml

Maintenant, plus qu’à attendre…

3. Admirer le résultat

Visitez le site hébergé à l’adresse de votre serveur (dans mon exemple http://192.168.1.1)

Votre réaction la plus normale devrait être la suivante :

Je vous invite maintenant à ouvrir le playbook site.yml et essayer de comprendre. Durant ce court laps de temps, nous avons:

  • Créé un utilisateur “myproject”
  • Ajouté cet utilisateur aux sudoers
  • Ajouté votre clef privée locale
  • Mis a jour la date du serveur
  • Installé/activé le serveur NTP
  • Sécurisé le serveur en installant fail2ban et en configurant le firewall iptables (laissant ouvert les ports 22, 80, 443 et 4949 pour le monitoring sous munin)
  • Installé quelques outils systèmes bien utiles tel que git ou htop
  • Installé/configuré Nginx, Supervisor, Pip, virtualenv
  • Cloné le repo Django–an-app-at-a-time
  • Créé un virtualenv avec django/gunicorn
  • Configuré gunicorn pour être lancé via supervisor
  • et finalement deployé les fichiers statiques…

Pas mal en 5 minutes, non ? Maintenant si vous ne me croyez pas, je vous invite à vous connecter sur votre serveur

$ ssh myproject@192.168.1.1

et tester les commandes suivantes :

$ date
$ sudo iptables -L
$ ps -ef | grep fail2ban
$ ps -ef | grep gunicorn

Notez que je n’ai pas utilisé runserver de Django, tout est proprement déployé sur une stack gunicorn/supervisor/virtualenv, bref je me suis pas foutu de votre gueule. Le Playbook est à vous, c’est cadeau. J’espère qu’il vous servira comme base pour vos futurs déploiements, et si jamais vous vous rendez compte que vous gagnez un temps fou à l’utiliser, n’hésitez pas à me payer une pinte si vous êtes de passage au Canada.

Une autre expérience intéressante consiste à relancer l’exécution du playbook :

$ ansible-playbook site.yml

Tout devrait aller beaucoup plus vite, et à la place de “changed” après chaque instruction, vous devriez lire “ok”. Ce qui veut dire qu’un playbook est plus intelligent qu’un bête script, et ne se contente pas d’exécuter des instructions, Ansible va garantir quel tel service soit bien actif et qu’il utilise bien le dernier fichier de conf. Ce qui en fait l’outil parfait pour tester vos systèmes automatiquement.

La syntaxe Playbook

Le but de ce tutoriel n’est que de vous présenter Ansible, aussi je ne rentrerai pas trop dans les détails et je vous inviterai à vous rendre sur le site officiel pour une documentation plus complète.

Un playbook est avant tout composé de tâches :

- name: Texte qui décris votre tâche
module: option=value

Une tâche va donc appeler un module Ansible, dont la fonction peut être de copier un fichier, démarrer un service, clôner un repository… Il y en a vraiment beaucoup. Chaque module reçoit des paramètres tels que : un fichier de configuration source (sur votre machine hôte), un path de destination, un package apt à installer… Référez vous à la doc pour savoir quels paramètres sont acceptés.

Exemples :

- name: Démarrer fail2ban
service: name=fail2ban state=started enabled=true

va s’assurer que le service appelé fail2ban soit bien démarré (le démarrer si ce n’est pas le cas), mais aussi s’assurer qu’il soit bien présent au démarrage du système. Quand je vous disait que la syntaxe est très simple (même plus simple qu’avec des scripts shell).

Autre exemple:

- name: Configurer Nginx
template: src=templates/nginx.conf.j2
dest=/etc/nginx/sites-enabled/{{ user }}.conf
notify: restart nginx

se traduit par : récupérer le template de conf dans le répertoire local templates/ (le parser avec les bonnes valeurs), et placer le résultat dans le répertoire de conf de Nginx (en utilisant le nom d’utilisateur comme nom du fichier). Enfin redémarrer nginx via un handler (uniquement si le contenu du fichier de conf a changé).

Conclusion (et aller plus loin)

Je vous conseille de lire la documentation officielle, elle est plutôt bien faite, dites-vous que je ne connaissais pas du tout cet outil il y a deux semaines et je m’en sert désormais régulièrement (et je suis du genre slow-learner). Renseignez vous particulièrement sur les rôles que vous pouvez donner à vos serveurs, ce qui vous permet de diviser vos playbooks (frontend, cluster DB, worker celery…), et ce qui encourage aussi la réutilisation (par exemple j’ai toujours un rôle “common” qui inclus tout ce qui est nécessaire à l’ensemble de mes serveurs : utilisateur admin, sécurité, timezone…). Comme on n’apprend jamais aussi bien que par l’exemple, n’hésitez pas à vous inspirer des exemples issus de la doc (l’outil évolue vite et certains ne sont plus entièrement valides, mais c’est toujours bon à prendre).

Si vous voulez pousser l’automatisation jusqu’à l’extrême, il est aussi possible de configurer Ansible sur vos serveurs pour se connecter à un repo git, récupérer les playbooks et fichiers de conf appropriés et s’auto-configurer…

Voila, mon rôle s’arrête ici et libre à vous d’en apprendre plus. Au final j’espère avoir tenu ma promesse d’éclairer vos esprit sur les miracles de l’automatisation.

32 thoughts on “Introduction à Ansible: l’outil du sysadmin paresseux mais pragmatique

  • mototo

    Merci ! Tu viens de m’epargner quelques mois de codage, vu que c’est exactement ce que je commencais a preparer pour ma plateforme.
    La documentation sur leur site est super claire et AWX semble gratuit jusqu’a 10 machines. Au dela j’attendrais d’etre sorti de l’hopital psychiatrique.
    Alors, encore un ++ pour Mossieur Von Tenia !

  • cyp

    Merci pour le post.

    Ça faisait quelques temps que je me disais que ça serait bien d’avoir sous la main ce genre d’outil pour faire les déploiements isolés sans avoir à se farcir Chef ou Puppet.
    Je vais tester rapidement mais ça devrait bien me plaire.

  • François

    Merci !

    J’ai envisagé un temps les scripts fabric mais le ratio gain/invest ne me semblait pas suffisant car trop “bas niveau”. Là, je suis réellement convaincu.

  • Pierre

    Pour compléter, il y a également un très bon article sur Ansible dans Linux Pratique du mois de…. mars-juin (enfin dans ces eaux là).

    J’ai personnellement pas mal galéré avec Fabric alors qu’Ansible a été beaucoup plus rapide à mettre en place. En tout cas, c’est un vrai régal de pouvoir déployer un nouveau site sur le serveur, conf git, mysql, nginx, supervisor et virtualenv comprises, en une seule commande.

    Je conseille donc vivement son utilisation si vous vous situez dans la catégorie “N’aime pas les tâches répétitives”

  • cyp

    Voilà premier test rapide, ça n’a pas trop mal marché mais j’ai déjà bloqué sur un première limitation/problème.

    Le coupable http://www.ansible.cn/docs/modules.html#apt-repository
    D’abord depuis une distribution sur laquelle python-apt n’est pas dispo… bon pourquoi pas, le système n’est pas trop inter distribution. Pas trop grave, ça ne sera pas très compliqué d’avoir une machine Debian/Ubuntu et une Redhat/CentOS sous la main si nécessaire.
    Ensuite deuxième essai depuis une VM Debian 7 avec python-apt et python-pycurl présent et je me retrouve avec la même erreur (“Could not import python modules: pycurl…”) pas le temps de chercher le pourquoi du comment maintenant mais il y a certains module qui semble un peux plus expérimental que les autres.

  • VonTenia Post author

    @cyp: si c’etait sous pip je te dirais un probleme de dependance… un autre package a installer avant. Mais la j’avoue que je ne sais pas trop, je vais tester sur ma VM. Le plus souvent, c’est interessant de le faire manuellement pour voir si ca bloque, et ensuite le mettre dans ansible.
    Perso je fais des clones de ma VM sous virtualbox (juste apres avoir installe debian), comme ca je peux relancer mes playbook depuis zero.

  • cyp

    @VonTenia corrigé, en fait j’avai mal compris “python-apt” et “python-pycurl” doivent être installé mais sur la machine de destination (app&remment “python-apt” l’est par défaut sur Debian manque pycurl).

    Donc au final ça fonctionne et ça reste inter-distribution par contre il faut penser a ajouter une tache pour installer “python-pycurl” avant d’utiliser le module “apt-repository” si on en a besoin.

  • VonTenia Post author

    Pour une solution portable inter-distrib je pense que Chef est plus adapte. Perso je change rarement de distrib et j’ai tendance a tout faire sous debian pour eviter de me prendre la tete. Apres je peux comprendre que les business needs font qu’on puisse se retrouver avec des environnements multiples…
    Durant la conception de mes premiers playbooks j’ai aussi rencontre des problemes avec certains modules (beaucoup d’erreurs de debutants aussi), mais au final rien d’insurmontable et je pense que le temps investis sur cet outil sera rapidement recupere dans le futur.

  • mat

    Merci beaucoup pour l’article :)

    Par contre, quelle est la différence entre Ansible et Fabric ?
    Je n’en ai testé aucun des deux, mais de ce que j’ai compris, il peuvent en gros faire la même chose non ?

  • Syl

    Chez moi, ça bloque au moment de cloner le dépôt github:

    TASK: [Git clone/pull Django--an-app-at-a-time] ******************************* 
    fatal: [192.168.1.69] => Incorrect sudo password
    

    Je suis le seul à coincer ici?
    (mac mavericks >> vm virtualbox sous ubuntu server 12.04)

    A part ça, ben c’est vraiment d’la bombe cet outil! Merci pour le tuto!

  • VonTenia

    @Mat : Rapidement resume, ansible sert a la configuration generale de serveur niveau Packages, Services, Configurations. Fabric est ideal pour faire du deploiement genre executer une serie de commande (collectstatic, redemarrer gunicorn…). Perso j’utilise les deux de facon complementaire.
    @Syl : Merci de tester le tuto, j’avoue n’avoir essaye que sous ubuntu et virtualbox. Tu peux essayer de remplacer le :
    remote_user {{ user }}
    par :
    sudo: yes
    sudo_user: {{ user}}

  • Baronsed

    L’un des intérêts majeurs d’un Cfm est donc de reproduire une configuration indépendamment de la distribution (avec adaptation à l’architecture des répertoires et à la version) , j’ai bien compris ?

    À propos des scripts :
    “dangereux de relancer le script plusieurs fois sur la même machine, cela peut avoir des conséquences pour le moins hasardeuses”
    Je me permets de linker ce petit guide pour écrire des scripts dits “robustes”, orienté atomicité et évitement d’états indéterminés pour le système :
    http://www.davidpashley.com/articles/writing-robust-shell-scripts/

  • Laurent

    Merci pour l’article, il est très intéressant.

    Perso, j’utilise souvent Fabric qui correspond bien à mon besoin, et c’est cool de voir ce que la concurrence propose :)

    Pour les personnes trouvant Fabric trop bas de niveau, je leur conseille fortement de lui ajouter Fabtools. Fabtools apporte plein d’outils de haut niveau comblant les lacunes de Fabric.

    Là où Fabric peut se résumer (vite fait) à envoyer des commandes via ssh vers un serveur. Fabtools permet de gérer les services, installer des virtualenv, créer des configurations Nginx, gérer les tâches CRON … et encore plein d’autres choses. Je vous invite à parcourir la doc.

  • zazabe

    Cool, ca va me servir pour définir notre solution de déploiement. Pour l’instant on partait sur puppet, mais ca me semble plus fait pour gérer des grosses infra…

    En tout cas, merci !

  • Syl

    @VonTenia: Merci! Ca va plus loin maintenant! Maintenant, ça bloque sur:


    TASK: [Setup supervisor config (to manage gunicorn)] **************************
    failed: [192.168.1.69] => {"failed": true}
    msg: Destination /etc/supervisor/conf.d not writable

    FATAL: all hosts have already failed -- aborting

    J’ai pourtant bien ajouté la directive “sudo_user”…

  • VonTenia

    Responses en vracs et en retard dsl (j’avais pas internet ce weekend…):

    @Baronseed: Je ne dirais pas que l’interet principaux des CfM reside dans la portabilite (le playbook que j’ai donne en exemple ne fonctionnera probablement pas sous Centos par exemple…). Pour moi l’interet principal c’est de rapidement pouvoir configurer un systeme et eviter la repetition de commandes en specifiant des roles. La syntaxe playbook est quand meme relativement simple a cote de l’ecriture complete de scripts shell, et je suis de ceux qui pensent que moins on ecrit de code a la main, moins y a de bug :).

    @Laurent: Je suis persuade qu’on peut tout a faire faire la meme chose avec Fabric et Fabtool (merci je vais me renseigner sur cet outil d’ailleur). Chacun choisira la solution la plus adaptee, peut etre Ansible est trop lourd pour un projet tournant sur serveur unique et Fabric fera perdre moins de temps… Mais ce que j’aime bien dans Ansible c’est la possibilite de reutiliser des playbooks (un peu comme les recettes dans Chef), et les appliquer sur d’autres projets (on peut sans doute faire ca dans Fabric, mais c’est peut etre un peu moins compartimente donc moins facilement reutilisable).

    @Syl: “sudo_user: myuser” veut dire : executer cette commande via sudo utilisateur myuser. Il faut etre root pour ecrire dans /etc/, donc il ne faut pas utiliser sudo_user pour cette action (lorsqu’on ne precise pas d’utilisateur pour une action on revient a l’utilisateur par defaut, dans notre cas root). Peut etre que ta distrib n’a pas le repertoire /etc/supervisor/conf.d/ cree automatiquement apres son installation via apt…

  • Syl

    @VonTenia: Le répertoire “/etc/supervisor/conf.d/” est bien là.
    La machine cible est un UbuntuServer, donc pas de compte root actif par défaut.

    Logiquement, rien ne pourrait m’empêcher d’écrire dans etc via sudo.

    Je vais refaire quelques tests ce soir…

  • Hub

    Il me tardait de voir un post sur Ansible sur Sam&Max!
    Bravo pour l’explication.

    Etant AdminSys d’un petit parc de machines Linux, j’ai découvert Ansible il y a peu de temps et je ne pourrais plus m’en passer.

    Ansible gère maintenant l’ensemble des services de mes machines utilisateurs (ntp, ssh, comptes utilisateurs, droits sudos, cups, partages NFS, logiciels installés, etc).
    Avec un cron qui me lance la commande tous les jours, je suis sûr d’avoir un parc de machines utilisateurs homogènes.
    Rajouter des exceptions pour des machines et/ou des OS différents est vraiment trivial.

    L’avantage par rapport à puppet est qu’il ne nécessite aucun démon tournant sur les machines (mode pull pour Ansible alors que puppet fonctionne en mode push) ce qui permet de l’utiliser après une install toute fraiche.

    L’avantage à fabtools est qu’il n’est pas nécessaire d’écrire du code “Python” mais juste des directives YAML et de gérer des templates avec Jinja2 ce qui permet d’écrires des rôles très rapidement.

    Bref, c’est vraiment un programme bien foutu qui ne cesse d’évoluer.

    (Non, je n’ai pas de part dans la société ;) )

  • gentilmaispastrop

    Ce genre d’outil comme les frameworks de tests…j’ai aussi vite fait à la main que de me taper leur tonne de doc imbitable…Mes déploiements, avec ssh-id-copy, le module sh et path, j’arrive à m’en sortir…On vit dans un monde d’usines à gaz…Je sais les pros me diront que je suis pas corporate et que j’aurais pas ma certif ITIL ni mon ISO 1222 de mescouilles ;), les certifs je m’en tamponne, je travaille pas en costard mais en short ;)

  • dramaticalementcorrect

    “tout ce dont vous avez besoin c’est d’un accès root via SSH sur vos serveurs cibles.”

    Et soudain c’est le drame…

  • rageux

    Bon les enfants, avant de passer votre certification ITIL, essayez déjà le Besherelle, ce sera déjà un bon début ;)

    Un bon programmeur c’est avant tout une personne qui comprend le sens des mots et les respecte, un peu comme il respecte la grammaire de son langage préféré. La bonne résolution d’un problème commence souvent par sa bonne compréhension.

  • groug

    Merci pour l’article, très intéressant.
    Je me suis mis à fabtools récemment, donc je ne suis pas sûr d’avoir un intérêt à changer, mais l’article, et la templatisation des fichiers de conf avec jinja2 donnent envie de tester !

  • Adrien

    Attention, il faut quand même python > 2.5 sur la machine cible. Ou alors 2.4, et installer python-simplejson.
    Je dis ça parce que j’ai eu à faire un playbook de bootstrap, afin de gérer un parc d’environ 500 machines sous Suse 10. Python 2.4. Vieux.
    Mais ça ne devrait pas arriver à beaucoup de monde :)

  • Zer00CooL

    Ansible vs Ansible pour les nuls

    Bonjour à tous, j’aurais besoin de vos conseils pour avancer avec Ansible.

    Je tente de suivre le tutoriel officiel de DemocracyOS pour installer la version OnPremises ou il est question de Ansible.

    Je me retrouve bloqué, je ne sais pas comment renseigner 3 ou 4 fichiers de configuration.

    Merci de votre aide pour utiliser Ansible, Docker, et, déployer DemocracyOS

    J’en suis arrivé la : https://www.visionduweb.eu/wiki/index.php?title=Installer_DemocracyOS#Reprendre_sur_la_Machine_Virtuelle

Leave a comment

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.