Deux conneries à la seconde 48


Je ne sais plus si je l’ai raconté sur le blog, mais quand j’étais gosse, j’avais lu un dessin de Reiser (ou Plantu, je ne sais plus bien) qui m’avait marqué. Je ne l’ai jamais retrouvé.

Il y avait un dialogue entre deux personnages :

– «les ordinateurs sont formidables», disait le premier. «Il peuvent calculer 20 milliards d’opérations à la seconde, avec seulement une erreur toutes les 10 milliards d’opérations »
– L’autre répond : «2 conneries à la seconde, t’appelles ça un progrès ?»

Internet est un réseau de millions d’ordinateurs aux ordres de millions de consciences humaines.

Si il y a une définition de ce qu’est un catalyseur, Internet est l’exemple qui la suit dans le dictionnaire.

Comme tous les catalyseurs, Internet est neutre, il permet de faire plus vite, plus efficacement et à plus large échelle tout ce dont l’humanité est capable. Les hommes consomment plus vite, apprennent plus vite, lisent plus vite, s’informent plus vite, produisent plus vite, communiquent plus vite, créent plus vite, publient plus vite, débattent plus vite, prennent des décisions plus vite, jouent plus vite, échangent plus vite…

Et avec plus de personnes. A moindre coût.

Effets secondaires

Comme l’humanité n’est pas parfaite, le catalyseur démultiplie aussi ce que l’humanité fait de pire : les terroristes s’organisent plus vite, les pédophiles se satisfont plus vite, les dealers vendent plus vite, les extrêmes idéologiques prennent des forces plus vite…

Tout comme le couteau permet de travailler plus vite et, entre autre, de tuer plus vite.

Tout comme l’imprimerie permet de transmettre le savoir plus vite, y compris celui de faire des bombes.

Tout comme la voiture permet de déplacer plus vite, y compris la cocaïne.

C’est vrai, il y avait moins de Go Fast en 1935.

Aujourd’hui on veut vous faire croire que parce que l’ordinateur permet de faire deux conneries à la seconde, il faut tout protéger. Tout verrouiller. Tout vérifier.

Parce qu’Internet donne une puissance énorme aux malades sexuels, aux fanas des explosifs et aux porteurs d’idées noires, il faut légiférer, espionner, contrôler et brider.

Mais la somme de l’humanité, c’est plus que la souffrance des enfants maltraités par des pervers. C’est le potentiel, pour des des millions d’enfants, d’avoir accès à n’importe quelle information pour pallier à l’imperfection de l’éducation locale.

La somme de l’humanité, c’est plus que la violence de xénophobes agressifs qui instillent la haine. C’est le potentiel de millions de citoyens qui savent, et peuvent, plus et mieux, défendre l’avenir de leurs sociétés.

La somme de l’humanité, c’est plus que la mort sanglante des victimes des bombes du marathon. C’est le potentiel des millions de personnes qui vivent dans des pays éloignés par la distance et la culture, mais qui peuvent entrer en contact, et apprendre à s’aimer.

N’attendez pas l’Unesco

Les grand médias ne parlent plus d’Internet que comme machine à fric et boîte de pandore hébergeant les menaces les plus folles.

C’est bien plus que ça.

Internet, c’est la nouvelle humanité. C’est la route la plus courte pour mettre en relation les communautés, gommer les différences d’âge, de sexe, d’éducation et de milieux. Et vite.

C’est la démocratie et la liberté, incarnées dans un service.

Avec l’argent que brasse Internet, on a tendance à croire qu’il a révolutionné le business, et que c’est ce qu’il faut protéger.

On ne pourrait avoir plus tort.

Si demain Internet disparaissait, l’impact économique serait énorme, mais l’impact social serait le plus important.

Nous perdrions le pouvoir de parler tel qu’il existe aujourd’hui.

Comprenez bien, l’histoire est un cycle. On oscille entre la guerre et la paix. Entre l’abondance et la pauvreté. Entre la liberté et l’esclavage. Aucun pays, aucun peuple, aucune période n’est une exception. Notre système s’écroulera et sera remplacé par un autre. Peut être plus libre, sans doute moins. Les français connaîtrons des conflits majeurs, comme le reste du monde. Ils auront faim, puis ça ira mieux, puis ça recommencera.

Tout ceci est naturel.

La possibilité que le prochain cycle soit meilleur que le précédent dépend entièrement de notre capacité à nous éduquer les uns-les autres. Pas du haut vers le bas. Tous. Les uns les autres. Gutenberg a permis aux démocraties modernes d’exister.

A notre niveau de population, de consommation et potentiel d’impact nuisible en tant qu’espèce, Internet est le seul outil qui soit suffisamment efficace pour nous organiser à travailler à un avenir meilleur, plutôt que de nous entre-tuer. Et il n’a cette efficacité actuelle que parce qu’il n’est pas contrôlé par une minorité et permet à tout le monde de parler à tout le monde, de n’importe quoi, en temps réel.

Cette minorité finira toujours par se planter sur le long terme, à cause de ses limites humaines. Par contre, la somme de l’humanité s’équilibre globalement, et d’elle émerge nos meilleurs systèmes, nos innovations, notre futur. Si on laisse un gouvernement ou une entité quelconque choisir ce que permet de faire Internet, nous attendrons ces limites, et ce sera game over. Internet jouera contre nous, plus avec nous.

C’est pourquoi il est primordial de ne pas considérer Internet comme un simple service.

C’est pourquoi il est primordial d’avoir un Internet libre et neutre.

C’est pourquoi il est primordial de ne pas laisser les journalistes lui coller une réputation dans un but sensationnaliste.

C’est pourquoi il est primordial de ne pas laisser un groupe ou un autre avoir une trop grande influence sur le réseau.

Internet n’est plus une expérimentation technologique, il est le support de notre avenir en tant qu’homo sapiens.

Cela a déjà été dit. Mon article n’a rien de nouveau. Mais cette vérité a besoin d’être répétée, martelée, car les gens oublient, se lassent, considèrent les choses les plus importantes comme acquises, et les perdent de n’avoir plus su les apprécier. Cela non plus je ne l’ai pas inventé. Je l’ai constaté à l’échelle mondiale et j’ai pu lire des milliers d’intellectuels faire le même constat en tout point du globe. Ce que je peux faire de mon bureau. Grâce à Internet.

48 thoughts on “Deux conneries à la seconde

  • cym13

    C’est beau…

    Je suis toujours content quand je lis ce genre d’article. Je me dis que finalement tout n’est pas perdu, d’autres ont compris quels étaient les enjeux majeurs du millénaire. Bien entendu, cela ne se fait pas sans doutes. Après tout, je crois qu’il est humain lorsqu’on consacre une bonne partie de sa vie à une discipline de la croire décisive pour l’avenir de l’humanité ; de plus le combat n’est pas gagné et Big Brother commence à ouvrir les yeux.

    Mais je sais que ce combat sera gagné. Il l’a déjà été avec l’imprimerie, le problème ne se situe pas là. C’est juste que j’aimerais bien qu’il soit gagné avant que l’on ai commis des bétises irréparables (et de mon vivant aussi ce serait bien). J’ai cru longtemps que ces sujets n’intéressaient que les technophiles, mais lorsque l’on parle aux gens, qu’on leur explique les tenant et les aboutissants de choses comme la neutralité du net ils s’y intéressent plus souvent qu’on ne le crois. Bien entendu il y aura toujours des gens pour se moquer d’être épié…

    Je suis assez désolé aujourd’hui de voir que ces sujets ne semblent pas intéresser la classe politique actuelle (tant française qu’étrangère). Le seul parti qui s’en préoccupe à ma connaissance c’est le Parti Pirate. J’aime beaucoup ce parti, mais il ne me semble pas normal d’être en quelques sortes contraint de voter pour lui juste parcequ’il a le monopole de la présence d’esprit. À quoi servent leurs études et leurs conseillers si nos dirigeants sont incapable de remarquer le profond bouleversement social, sociétal, engendré par l’internet ?

    Je suis triste de constater que ma joie de lire un esprit éveillé soit toujours teinté du regret que ce soit si rare…

  • Sam Post author

    je crois qu’il est humain lorsqu’on consacre une bonne partie de sa vie à une discipline de la croire décisive pour l’avenir de l’humanité

    Tout à fait. En même temps, l’éducation, la restauration, l’agriculture, les droits de l’homme, la justice sont des problématiques tout aussi importantes, et tellement de métier y touche. Il est normale qu’on se sente tous un peu concernés, et c’est une bonne chose.

    Or Internet est par nature transversal et touche un peu à tous les sujets, car il est vecteur de connaissance et support de communication, ce qui est le lien entre chaque être humain. Du coup, chaque problématique que j’ai cité plus haut à un petit bout de destin lié à celui d’Internet, ce qui me laisse à penser que j’ai raison de considérer que ma discipline est primordiale pour l’avenir de l’humanité, objectivement parlant.

  • sil

    Plus de 90% des viols d’enfants sont commis dans la sphère familiale. Autrement dit, la traque aux pédonazis sur internet est de toute façon inefficace pour endiguer le phénomène. Reste que c’est un prétexte en or pour donner plus de contrôle aux états.

    • Max

      Moi j’aime bien quand on cite les sources des chiffres qu’on annonce.

  • Sam Post author

    80 % des chiffres écrits en commentaires sont inventés par ceux qui écrivent le commentaire.

    (Ceci dit j’ai déjà une ex psy qui m’a expliqué la même chose que sil)

  • leir

    @sil
    J’ai suivi récemment une conférence donnée par le professeur Hubert Van Gijseghem. Ton 90% est (d’après ses chiffres) exagéré, et ne tient pas compte de la différence entre garçons et filles (même si c’est pas la question ici).

    Je suis évidemment pour l’échange libre d’information, pour aussi que tout le monde puisse s’instruire de n’importe où, et bénéficier de la Source Internet, etc. Par contre, le fait que des gars puissent s’échanger en toute impunité des vidéos d’enfants se faisant défoncer, sans risque d’être détectés, me dérange un peu.

  • pala

    @sil
    J’aime bien le terme ‘pédonazis’. Eh bien perso, ils me dérangent, et je trouve légitime de les ‘traquer’ comme tu dis.

  • Sam Post author

    Ce n’est pas le débat pala, le débat c’est jusqu’à quel point ? A quel prix ?

    Car la réponse des politique c’est en ce moment : “tout moyen possible, et tant pis si on bouffe les droits de l’homme”.

    La lutte contre la pédophilie n’a pas :

    – besoin du flicage d’internet. On peut tracker les gens sans mettre des logiciels espions partout. Ca s’appelle une enquête.
    – besoin d’internet du tout. Avant les images, il y a les actes filmés, qui eux ont lieux dans le monde réel.

    Qu’on enquête en utilisant internet oui. Qu’on passe des lois liberticides pour (soit-disant, et même si c’était vrai, ce qui n’est PAS le cas) augmenter son efficacité, c’est grave. Très grave.

  • roro

    Je suis désolé d’être pessimiste, mais pour moi, l’internet n’a pas d’avenir.
    Regardez un peu le dévoiement qui a été fait de toutes les plus belles inventions. Internet subira le même sort.
    Pourquoi ? Parce qu’il y a sur terre beaucoup plus de cons que de gens sensés.Et comme dans les “démocraties” les gouvernants sont élus par les majorités, et qu’ils sont “représentatifs”.
    Les gouvernants ne peuvent êtres que des cons CQFD.
    C’est la raison pour laquelle la lutte doit être acharnée, continue, multiforme, radicale, extrémiste.
    BAnzaaaaiii !!!!!

    • Max

      @roro 100% d’acc avec vous cher ami, malheureusement.

      Il y a bien longtemps que j’ai laissé tomber la race humaine, ça remonte à “Love Story” pour ceux qui étaient nés… Plus de dix ans.
      L’arrivée de la télé réalité même si elle existait ailleur avant m’a fait prendre conscience de la débilité mentale de mes cons-temporains.

      et y a qu’à voir le succès que ça a. Une majorité d’abrutis lobotomisés n’attendant qu’une chose, leur emission préférée le soir avec la pizza, ç’est irrécupérable.

      Je prendrais par contre ton résonnement à l’envers conscernant le gouvernement élus. Comme je suis un gros maniaque parano je pense que c’est justement les puissances industrielles qui ont dictées aux gouvernements de pantins succéssifs la direction à prendre pour mieux asservir les gens et les rendre débile à souhait pour leur vendre, leur vendre, leur vendre tout et n’importe quoi.

      D’ailleurs je viens de refourguer ma télé, plus de télé dans l’appart, pas de smartphone, je vais finir à poil…

  • pala

    @Sam

    La lutte contre la pédophilie n’a pas :
    – besoin du flicage d’internet. On peut tracker les gens sans mettre des logiciels espions partout. Ca s’appelle une enquête.
    – besoin d’internet du tout. Avant les images, il y a les actes filmés, qui eux ont lieux dans le monde réel.

    Permets-moi de ne pas être d’accord avec toi. Quand je me heurte, dans des enquêtes justement, à des utilisateurs de Tor et autres paiement via bitcoins (entre autre), j’aimerais bien que, dans le pays où j’habite, il y ait un peu plus de “flicage” d’Internet, pour traquer ces prédateurs potentiels qui se masturbent devant des gamin(e)s se faisant massacrer. Chacun ses buts, chacun ses moyens pour les atteindre.

    Pour remonter aux actes filmés, comme tu l’as écrit, il faut bien partir de quelque part. Sauf que parfois, ce quelque part est bien maigre en fonction des technos utilisées par le gars.

    Je ne dit pas qu’il faut surveiller tout le monde, tous azimuts. Mais pour moi, il manque clairement de spécialistes pour voir un peu ce qui se passe dans les coins sombres du web.

  • Sam Post author

    Certes, mais tu ne pourras jamais confiner ces mesures à la traque de ce que tu veux éliminer (qui, je le rappelle, est le moindre des maux dont souffre l’humanité, il y a des choses tout aussi graves qui arrivent à bien plus de monde et qu’il faudrait traiter en premier).

    Ces mesures ont un coût sociétal énorme, elles sont le premier pas indispensables vers le dérives. On ne peut pas faire confiance à un être humain pour ne pas abuser du pouvoir qu’il a. La seule chose qu’on puisse faire, c’est limiter ce pouvoir.

    Tu ne pourras pas demander de mettre des moyens pour démonter tor (qui est utilisé en chine pour contourner la dictature) ou bitcoin (qui est utilisé comme expérimentation d’une alternative à un modèle économique qui a montré des défaillances dernièrement) uniquement contre les quelques criminels qui l’utilisent.

    J’ai bien dis quelques. Même si ils font des choses graves, ils sont une goutte dans la foule de gens honêtes.

    Des gens honêtes qui ont besoin de ces technos qui vont être la cible de destructions plebiscité au nom d’une morale, alors que :

    – c’est un leurre : les politiques se foutent de cette cause, ils n’ont jamais augmenté les budgets de la police sur le sujet.
    – les actions sont largement plus orientées sur tout ce qui n’est pas la cible initiale. On arrête pas beaucoup plus de pédophiles en France, mais par contre, on arrête bien plus d’activistes dans les dictatures avec les outils qu’on leur a vendu.

    Je comprends que tu veuilles que ces personnes soient arrêtées. Je dis simplement, pas à ce prix. Pas au prix des premiers pas vers la fin de notre démocratie.

    La transition vers une société distopique n’est jamais instantanée, elle se fait à travers des petits pas, comme ceux ci, sur des décénies, au nom de la morale, de la sécurité.

    Par ailleurs, tor et bitcoin ne protègent pas des enquêtes à l’ancienne, avec couverture et infiltration. Aujourd’hui on veut tout automatiser, ça retirer l’humain (et donc l’esprit critique) du tableau, et ça permet de faire de la masse.

  • JeromeJ

    J’ai versé une larme :’) c’est beau.

    C’est fou comme, selon moi, tu as l’art de dire des trucs nulles et puis te rattraper à mort qu’on te pardonne tout (c’est un compliment).

    Ne serait-ce que je rajouterais un point très important à ne pas oublier (je vais un peu jouer l’avocat du diable mais faut bien), Internet a tous de génial mais il n’est qu’une fenêtre sur le monde IRL (fin, en grande partie je dirais) il ne faut donc pas, comme ça arrive à beaucoup de personne, privilégier l’un à l’autre ou délaissez l’un pour l’autre, on ne pourrait plus faire l’un sans l’autre.

    Pas d’internet et c’est mort, plus de vie réelle (et que d’internet et/ou trop d’internet) et c’est mort aussi.

    Tout le monde se rend pas non plus compte, mais ce que je veux dire c’est que ça enferme beaucoup de gens chez eux aussi (moi le premier j’ai du mal à sortir de ma grotte mais je le regrette rarement quand enfin je sors :)) We need this too. We need both.

    FOR LOVE, MY FRIENDS, FOR LOVE :D

  • Anon

    Bel article, mais je remarque qu’a chaque débat discussion sur internet, on revient toujours au sujet internet -> liberté -> danger -> pédophile.

    Les pédos, c’est une extrême minorité, et même si c’est la plus choquante je pense pas qu’on doive les faire passer au premier plan a chaque débat.

    Le cyberbullying, les fuites de données bancaires et perso, le lynchage public, les riches nigériens en fuite, on en parle moins.
    Et on parle en effet que des défauts la plupart du temps.

    Comme si personne ne comprenait le potentiel réel du net…
    Faut dire qu’a l’école, on en parle pas beaucoup, et faut s’accrocher pour apprendre tout tout seul si c’est pas les études qu’on a choisi…

    La prog a égalité avec les maths, c’est pour quand ?

  • Sam Post author

    Surtout que la prog, ça peut servir directement, alors que les maths, c’est juste un tramplin pour les études sup.

  • yauk

    ” c’est juste un tramplin pour les études sup.”
    Vision très particulière des mathématiques. Je n’ose développer. Et si les mathématiques n’étaient pas cela ? Vraiment, sans déconner, ça fait des millénaires que cette bandes d’abrutis recherchent des résultats tout cela pour qu’aujourd’hui on puisse faire faire des poursuites d’études ?

    Après, juste pour rappel, il me semble que l’algorithmique, comme l’informatique font un tout petit peu partie des mathématiques.

    Et puis il se trouve que l’informatique apparait au lycée (algo pour tous, ISN pour certains) et est assurée la plus part du temps par les profs de math …

    Ok le sujet est sensible je ne devrais pas réagir mais on peut aussi dire comme je l’entends tous les jours que les mathématiques consistent à faire des additions ou même des multiplications.

  • kontre

    Je ne parlerais pas de tremplin pour les études sup’ car c’est en effet extrêmement réducteur, mais je noterai 2 choses:
    – plus de 90% [citation needed] des gens n’auront jamais besoin de math au delà du niveau de 3ème. En gros, le produit en croix suffit. Même en temps qu’ingénieux j’utilise énormément de formules toutes bêtes qui peuvent s’y rapporter. On peut rajouter qu’une bonne partie de ces 90% a du mal à les faire, de tête ou non, et qu’ils auraient sûrement eu besoin de plus de maths lors de leurs premières années d’étude…
    – Même dans les métiers “scientifiques de base” (en gros j’exclus les chercheurs ou assimilés), les maths demandées sont du niveau de math sup.

    Par contre les maths peuvent (entre autres) donner une agilité mentale très utile en informatique. Suivant les cas, il peut y avoir besoin d’utiliser des formules complexes. N’oublions pas que parmi les premiers informaticiens il y avait beaucoup de linguistes : ben oui, il fallait définir des langages de programmation !

  • Sam Post author

    Abort ! Abort !

    C’est fou comme c’est sensible un scientifique.

    Question @yauk: tu t’es servis des maths pour quoi au lycée ? Concrètement ?

    A rien, à part pour le plaisir.

    Elles t’ont juste permis d’accéder à des études supérieurs où là on t’as appris à en faire quelque chose de concret.

    Je n’ai pas dis que les maths étaient inutiles, je bouffe grace à la machine de turing, je dis simplement que contrairement au français, à l’anglais, à la programmation ou au sport, on ne peut rien en faire avant d’arriver à l’université.

    Donc apprendre les maths à l’écoles dans notre système actuel, ça sert à ça. A aller à l’université.

  • kontre

    Pour une fois que les scientifiques expriment une émotion… ^^

    Les maths au lycée, ça sert en cours de physique. Ce qui ne fait pas avancer le débat.

  • MutoKenji

    Je ne suis pas sûr de bien comprendre la phrase suivante :
    “Aujourd’hui on veut vous faire croire que parce que l’ordinateur permet de faire deux conneries à la seconde, il faut tout protéger. Tout verrouiller. Tout vérifier.”

    Que voulais-tu dire ?

  • Sam Post author

    Que parcequ’il y a des millions de choses faites par secondes, il y a des tas de mauvaises choses faites par seconde (c’est inévitable), et c’est excessivement mis en avant pour discrétiter l’outil tout en négligeant les notions d’échelle afin de servir de prétexte pour faire passer des mesures qui seraient, sans cette excuse, perçue dans leur nature liberticite.

  • yauk

    @sam
    Le plaisir ce n’est pas rien. Il y avait une relation étroite entre les résultats mathématiques obtenus et ce qu’on pouvait en déduire en physique et en svt effectivement Kontre. Oublions ce petit reproche aux mathématiques et demandons nous à quoi servaient les autres matières. A quoi servent-elles ? C’est un peu la catastrophe quand on commence à se dire cela. Finalement à quoi servent les études ? A faire un boulot ? Et le boulot à survivre pour arriver à une probable retraite qui conduit gentiment à la mort. En fait on fait des études pour tuer le temps avant de mourir.
    Alors les maths nous tuent mais c’est ce qu’on leur demande.
    Sinon oublions la question de l’utilité qui ne doit pas être quand on étudie. On ne fait que s’élever.

  • Sam Post author

    Difficile. Difficile d’oublier la question de l’utilité.

    L’éducation doit préparer les endants à l’avenir et quand je vois que les gens n’ont aucune notion de droits, ne savent pas parler de secondes langue, sont dépendant de services externes pour tout entretiens et réparations de leurs biens, je me dis que notre éducation échoue à preparer les enfants à leur vie.

    Je ne suis pas contre l’enseignement des disciplines fondamentales, je pense simplement qu’on leur donne bien trop pignon sur rue par rapport au résultat obtenu sur la masse de gens.

    Je suis l’avocat d’un tronc commun bien plus restreint, et d’options bien plus larges qui contiennent à la fois des approfondissement des sciences poussées et des orientations plus pragmatiques.

    En France on a tendance à vouloir complètement ignorer la finalité pratique dans les études, comme si c’était des tâches basses. Mais on peut s’éclater dans l’apprentissage du droit, de la prog, de la cuisine, du code de la route (bordel, pourquoi on a besoin d’un organisme externe pour ça alors que tout le monde conduit, et personne n’a besoin de savoir que repérer un oxymore dans un texte), etc. Et c’est utile, maintenant, tout de suite.

    Il faut un équilibre. Le travail n’est pas sale. La pratique, le concret, n’est pas ennuyeux. Et il est nécessaire. L’ignorer ne nous amène à rien, et coûte très cher.

  • roro

    Tiens, je lance un sondage:
    Quelqu’un par mis vous tous qui passez vos jours et vos nuits sur le net, a t-il déjà vu une seule fois une vidéo, une photo ou même un photo-montage pédo-porno sur le net ?
    Moi, jamais. Et de tous les gens que je connais: Personne.
    Alors il faudrait pt’être arrêter de nous prendre pour des cons avec ça.

  • pala

    @roro
    le fait que tu n’aies rien vu de ce genre ne veut strictement rien dire. Que la pédopornographie ne soit pas le problème n°1 dans le monde, je veux bien, aucun problème. Mais je peux te dire une chose. Les consommateurs de ce genre de clichés/vidéos sont très nombreux. Et si tu te mets à en chercher (ce qui n’est pas très conseillé), tu vas en trouver. Sans problème.

  • Sam Post author

    Moi ça m’est arrivé une fois par hasard: je suis tombé sur une collection d’image pas net du tout en téléchargeant sur emule. Et j’ai bien flippé en pensant aux conséquences légales que ça pouvait avoir si mon IP avait été associée à ce fichier.

    Par contre j’ai trouvé des sites spécialisés (mais là c’est de la recherche volontaire) sur tor et freenet. Le constat : ils ne se cachent pas, sont faciles à trouver et les communautés discutent et échangent comme si il s’agissageait de cd d’occaz. Donc oui ce n’est pas un problème fantome, on ne peut pas l’ignorer.

    Mais je maintiens, il faut faire gaffe au rapport du coût de la lutte VS l’ampleur du problème.

  • roro

    @pala.Si ils sont si nombreux que tu le dis, c’est qu’il y a un problème quelque part. Une cause.
    Ne serait-il pas plus judicieux de traiter la cause plutôt que ses effets ?
    Parce que va t-il se passer quand tous ces gens seront privés de leurs images (exutoires?). Il semble que le phénomène soit sous- tendu par des forces puissantes (instinct).
    Vu que c’est le “pouvoir” qui s’occupe de la chose, je crains que le problème soit traité de la façon dont il est coutumier.
    A savoir: On fait n’importe quoi et on mets les épluchures sous le tapis.
    Que font les autres? Nordiques, japon, Canadiens.

  • yauk

    @sam
    Quel est le rôle de l’école ? Former de la chair à canon pour l’industrie ? Faire en sorte que l’économie tourne à fond ? Reste-t-il quelqu’un qui pense que l’on y apprend à vivre et pas seulement à survivre ?
    Pour autant même si l’on veut voir dans l’école une machine à faire des quenelles pour travailler dans les entreprises le choix des matières généralistes reste valable.

    N’est-il pas très étrange de retrouver dans les écoles d’ingénieurs généralistes (celles qui sont dites tant appréciées par les entreprises) beaucoup d’enseignements totalement inutiles aux futurs jobs des dits ingénieurs.

    La conclusion est de supprimer ces matières encombrantes qui ne permettent pas l’accès immédiat à un travail!

    Alors ils sont tous tombés sur la tête ? Non, avoir des gens capables de se former, d’apprendre, de s’adapter, c’est ce que l’on veut pour soi et pour l’entreprise. A quoi bon avoir quelqu’un spécialiste d’une machine (celle de l’usine du coin) si la machine et sa technologie n’ont qu’une espérance de vie très limitée?

    Après je suis sûrement trop partial et en tant qu’invité, je vais au moins dire que montrer quelques applications de temps à autre ne peut pas faire de mal, devrait même être obligatoire. Belle concession, non ?

  • Sam Post author

    @yauk: rhooooo, commes t’abuses. Tu vas tout de suite dans les extrêmes. “Chair à canon”. Et puis quelque chose de “pratique” ne sert pas forcément à être employé, ni même à travailler. Le droit sert à être citoyen.

  • Pazns

    Je me sens d’accord avec cet article.

    Par rapport aux commentaires :
    Internet n’est pas un concurrent de la vie “IRL” mais une extension (il est inclus dedans).
    C’est un outil, un support de communication similaire au téléphone, à la télévision ou à l’imprimerie.
    C’est un vecteur d’informations.

    Tout comme pour le téléphone, empêcher les gens de passer par les “mauvais” (très subjectif) chemins ne fait que déplacer ceux-ci dans des coins encore plus compliqués à surveiller.
    C’est complètement futile, encore que cela aura augmenté la popularité de sous-vecteurs comme Freenet ou TOR.
    Même du point de vue d’une dictature, c’est idiot ! Comment surveiller les gens alors qu’on les pousse à se cacher ?

    Personellement :
    Internet n’est qu’une réponse à un besoin inhérent à notre état d’êtres sociaux : la communication.
    Dire qu’Internet est mauvais en lui-même ou n’a pas d’avenir, c’est dire que la communication entre individus n’a pas d’avenir ! Sérieusement ?!

    Que serions-nous sans communication ? C’est pourtant ainsi que nous nous éduquons les uns les autres, et un système aussi rapide qu’Internet permet simplement de nous éduquer les uns les autres encore plus rapidement.

    Évidemment, si l’information se répand plus vite, la désinformation fait de même. Et le mauvais également.
    Tuer Internet est-il une solution ? On coupe deux branches galeuses, mais on coupe aussi la branche lumineuse, ce qui condamne alors à ne pas avancer.
    On croirait de l’obscurantisme.

  • pala

    @Sam
    Mais je maintiens, il faut faire gaffe au rapport du coût de la lutte VS l’ampleur du problème.
    On est d’accord. La dynamique pour pêcher le bigorneau, c’est pas vraiment adapté. Tout est question de proportionnalité. Et le défi, c’est qu’en demandant à 10 personnes différentes d’avoir une réponse “proportionnée” à un même problème, tu auras 10 réponses différentes. Toutes plus “proportionnées” les unes que les autres.

    @roro
    C’est sûr, il y a sûrement une cause quelque part. Ce salopard d’Adam avait qu’à pas bouffer cette putain de pomme. C’est le premier à avoir commencé à planquer les épluchures (il paraît, j’étais pas là).

  • JEEK

    Article intéressante, comme bien souvent…
    …commentaires intéressants, comme souvent aussi !

    Mon avis, mes 2 cents !?

    sil : 90%, je ne sais pas…et j’ai toujours tendance à me méfier lorsqu’on me sort des % avec des gros chiffres bien ronds, surtout sans source !

    Tiens, c’est pas Trolldi mais quitte à donner un exemple de statistiques et rester “on topic” rapport à l’actualité (mariage gay, toussa)…sais tu que le taux d’incidents par violences est 2,5 fois supérieur chez les couples homosexuels si on compare avec les couples hétérosexuels ?

    Détails ?

    28% chez les couples hétérosexuels et 72% chez les couples homosexuels…c’est le % de “cat fight” entre conjoints qui finit avec un dépôt de plainte !
    Ça calme hein ? Ça ne donnerait pas envie d’y mettre un gamin, non ?

    Mais, d’autres recherches tendent à prouver que les stats pour ce genre de chose est d’environ 20%, que le couple soit homo ou hétéro…
    Radicalement différent non ?
    Là, du coup…y mettre un enfant : no problemo ! Non ?

    Les deux études sont vraies et valides ; alors, laquelle prendre en compte ? :-D

    Ah oui, les sources : Centre canadien de la statistique juridique…pour les années 2004 et 2005 (violences familiales au Canada)

    C’est juste un exemple, mon Pseudo-Quasi-Troll s’arrête là… ;-)

    Pour ce qui est de la sphère familiale, c’est un peu trop restreint pour être vrai…
    …vous pouvez y rajouter les “proches” qui ne sont pas de la famille (voisins, amis, etc) ; à part pour les prédateurs itinérants… Bon, j’vais pas m’attarder sur le sujet, y a des chances que vous ayez capté le truc.
    Là pas de stats, pas de source…si ce n’est ma propre expérience (j’ai pas toujours été techos) !

    Bon j’arrête là…y a le trombone qui me dit que je fais un roman et que personne ne va lire jusque là ! lol

    Pourtant y a à dire… Mais il va aussi falloir que j’aille dormir ! :-)

  • roro

    Pour faire un peu de futurologie.
    Actuellement, nous n’avons accès au net qu’à travers des FAI.
    Dans le futur (20/30 ans peut-être moins), je pense que le contenu du net sera vendu sur support physique.(Wikipédia sur clef USB, déjà un temps dispo)
    Les gouvernements finiront par couper le lien instantané qui est pour eux une gène certaine; et pas que pour eux (besoin d’un dessin?)
    Il dirons que cela fait double emploi avec le téléphone (lien instantané facilement traçable), et que ça coûte trop cher à la planète en termes écologiques.(cheval de Troie de la néo-dictature)

  • Max

    Pour en revenir aux petits enfants.

    Internet n’est qu’un moyen parmis tant d’autres pour arriver à ses fins. Ces types là existaient avant internet et s’échangeaient de toutes façons, adresses, photo, etc, de plus dans certains pays la pédo est autorisée ou du moins tolérée (pays islamiques, Inde, etc), donc facile d’accès pour le tourisme sexuel, etc.

    Couper internet ou du moins le rendre partiellement utilisable dans certaines conditions serait à mon avis une grosse erreur car justement il est facile sur internet de traquer et débusquer ces gens (par infiltration, usurpation d’identité, etc).

    Il n’y a pas besoin de grosse cellule pour ça, une equipe de quelques dixaines de personnes bien formées avec deux trois cracks en info qui pourraient piéger facilement ces gens, travaillant avec la police pour les arrestations.

    La pédo sur internet est une excuse pour le gouvernement de bloquer cet endroit “neutre” où toutes les idées peuvent s’échanger librement.

    Il n’y a qu’à voir récement le trucage du comptage de la manif pour tous mis à jour par un bloggeur et diffusée des centaines de milliers de fois sur Facebook, l’AFP est dans la merde et ils n’aiment pas ça, le contrôle du peuple risque de leur échapper avec internet qui pour l’instant contraintement aux journaux papiers est encore libre.

    Les pédos il y en a toujours eu et il y en aura toujours. D’ailleurs saviez-vous qu’au moyen Age en France tout le monde était pédophile?
    Le mariage pouvait commencer dès 7 ans, là encore culture différente, autres temps, autres meurs.

    A quoi servirait donc de couper internet alors qu’il n’est qu’un vecteur d’échange parmis tant d’autres. Demain je vais au Maroc et j’épouse une mineure en toute légalité, bonus je “dois” même la violer avant, Internet m’aura servit à acheter les billets d’avion…

    Allez vomir.

  • roro

    @JEEK. Les stats dépendent du pays.
    En France x% de femme se font brouter par leur clebs.
    En chine x% de clebs passent à la casserole.
    Pas facile de corréler…

    • Max

      Quand j’étais au collège je connaissais une meuf qui se tartinait la patcholle de confiture avant de faire passer son chat à table… A la salope quand j’y repense j’aurais bien proposé mes services…
      Du coup j’ai toujours un tube de miel quand je ramène une meuf en thailande. Pour les Françaises c’est plutôt un déo.
      Y a des trucs comme ça de votre adolescence qui vous marquent à vie….

  • Kir Kanos

    C’est pour ces raisons qu’Internet doit rester neutre.
    Ceux qui s’approprient Internet et qui veulent le régir, le limiter, le réglementer, ou nommer ses utilisateurs, s’emparent du biais le plus puissant pour contrôler la démocratie, la dissimuler, ou l’empêcher.

    Oui c’est un formidable outil démocratique, tant que des pays puissants et développés en permettent un large usage libre. Si demain, ces mêmes pays déclarent une obligation nominative de son usage, des lois d’usage, et des quotas (via des lois nationales ou des CGV opérateur), cet édifice démocratique s’effondrera et deviendra une arme anti-démocratique et gangraineuse pour l’Internet mondial.

  • crichon

    Yop, mon premier commentaire sur votre site (au passage je vous aime les gars).

    Un petit bout sur les études pour commencer. Je rejoint @yauk, le but d’une école d’ingé c’est d’apprendre à apprendre. Après en France on manque clairement d’aspect pratique et de nombreux étudiants galèrent en cours par simple manque d’intérêt. J’ai récemment réalisé que j’étais en train de passer à coté de ma formation, alors que si j’avais creuser un peu je me serais aperçu qu’il suffisait de parler à ces chers profs pour quitter le cadre scolaire et se retrouver en plein dans les start-up et projets innovants. En fait ils n’attendent que sa.

    Pour internet, je rajouterais qu’il s’agit pour moi l’un des seul vecteur permettant l’émergence d’une nouvelle économie, l’économie de la contribution. cf: vers une économie de la contribution (vidéo de Bernard Stiegler).

    Cette vidéo introduit aussi les enjeux de la réapropriation des connaissances par les citoyens. Internet permet de substituer aux intérêts particuliers le “greater good”. Il suffit de s’intéresser au développement web pour s’apercevoir quand quelques années le libre et devenu un standard (gage de qualité, durabilité et stabilité). A quand la mise en commun des ressources dans l’industrie ?

    Je pense qu’afin de protéger l’internet tel qu’on le connaît il faut en plus de sensibiliser les gens à sa nature, leurs expliquer aussi son fonctionnement et ses enjeux. Après tout le bitcoin, kickstarter et GNU/Linux sont des projets aux potentiels énormes. Expliquer en quoi l’utilisation de services libres et décentralisées et importantes (un classique: minitel.avi Benjamin Bayart) et si possible soutenir les FAI locaux http://www.fdn.fr.

    Pour les picards : rhizome-fai.net/

    Avec un peu de chance on pourrait alors voir un jour des campagnes kickstarter pour l’amélioration du résaux en France ^^

    Bref c’est un roman que j’écris (désolé), et merci pour cet article.

  • Blague

    “L’arrivée de la télé réalité même si elle existait ailleur avant m’a fait prendre conscience de la débilité mentale de mes cons-temporains.

    et y a qu’à voir le succès que ça a. Une majorité d’abrutis lobotomisés n’attendant qu’une chose, leur emission préférée le soir avec la pizza, ç’est irrécupérable.”

    Le but de la télé est de créer des emissions de plus en plus débiles. Aussi bizarre que cela puisse paraitre, cela requiert pas mal d’intelligence. Moi-même suis un grand fan de débilités, toujours à la recherche de conneries de plus en plus idiotes et ce n’est pas facile d’en trouver des bonnes.

    “Pour remonter aux actes filmés, comme tu l’as écrit, il faut bien partir de quelque part. Sauf que parfois, ce quelque part est bien maigre en fonction des technos utilisées par le gars.

    Je ne dit pas qu’il faut surveiller tout le monde, tous azimuts. Mais pour moi, il manque clairement de spécialistes pour voir un peu ce qui se passe dans les coins sombres du web.”

    Je te conseil de lire ceci :
    http://wikileaks.org/wiki/An_insight_into_child_porn

    @Sam : L’éducation doit servire entre autre à nous donner une vision compréhensive du monde dans lequel on vit. Aprendre à conduire une voiture à l’école est une grande blague. En revanche en apprendre le fonctionnement interne est beacoup plus intéressant.

  • JEEK

    roro : yep, je sais pour les stats…c’est bien pour ça que lorsque j’en donne, dans la mesure du possible je mets le plus possible de données en source (la culture, l’éducation, etc…ça change énormément de choses dès que le “matos humain” rentre en ligne de compte pour les comportements ; quand j’aborde les comportements humains…je m’imagine parfois en éthologue, après tout…l’homme est un animal évolué, même si parfois, j’me pose des questions quant au concept d’évolution) !
    ;-)

    Max : Max, t’es un poète… ;-)

  • Elektro121

    Pour l’histoire de la pédophilie, le filtrage est une fausse bonne idée.
    Je vous renvoie au fameux reportage des Internets sur Arte :

    Pour Philippe Zimmermann, créateur du logiciel libre de chiffrement PGP (http://fr.wikipedia.org/wiki/Pretty_Good_Privacy), la protection de la vie privée est une prérogative démocratique. Dire “Je n’ai rien à cacher donc je n’ai pas besoin d’outils pour protéger ma vie privée n’a pas de sens” car si protéger sa vie privée (via des outils comme PGP) est hors-la-loi alors seuls les hors-la-loi auront une vie privée.

Leave a comment

Des questions Python sans rapport avec l'article ? Posez-les sur IndexError.